événement

Quatre ans d'impunité après l'effondrement du barrage de Brumadinho


Détails de l'évènement


Online event
Rejoindre via Zoom

Quand : 20 janvier 2023 - 1h5 heure brésilienne / XNUMXhXNUMX CET
Langues: FR/PT

CONVITEZ LES PORTUGAIS

A l'occasion du quatrième anniversaire de l'effondrement du barrage de Brumadinho, CIDSE, CEDH, RENSEIGNER, MISEREOR, AVABRUM et COMECE voulons commémorer tous ceux qui ont été touchés par cette tragédie. A l'heure où des négociations sont en cours tant au niveau européen qu'international pour obliger les entreprises à respecter les droits de l'homme et l'environnement – ​​ainsi qu'à accroître l'accès à la justice pour les victimes d'abus des entreprises – cet événement tragique sert d'avertissement sur les dommages que peut être causé par un système qui place les bénéfices des entreprises au-dessus des personnes et de la planète. En outre, cela démontre la nécessité d'intégrer les demandes et les préoccupations des communautés affectées négativement par les activités des entreprises dans le processus législatif existant pour promulguer une loi européenne sur le devoir de diligence.

L'effondrement du barrage de Brumadinho représente un échec systématique dans la coordination entre la chaîne d'exploitation minière, la supervision de l'État et le contrôle privatisé par des entreprises de certification pour garantir les normes de sécurité et environnementales. L'affaire souligne la nécessité pour les législateurs d'obliger les entreprises à identifier et à traiter ces risques. Nous nous demandons si ce crime aurait pu être évité si une loi allemande ou européenne sur la chaîne d'approvisionnement avait été en place plus tôt ? Que peut-on faire pour s'assurer qu'une telle nouvelle législation européenne ne contient aucune échappatoire et fait tout son possible pour empêcher que de tels crimes ne se produisent?

Ces questions et d'autres concernant la situation des personnes et des communautés affectées, ainsi que les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes qui luttent contre l'impunité, seront abordées par :

CONTEXTE
Vale s'est effondré, tuant 272 personnes et libérant des boues toxiques dans l'environnement. Seulement quatre mois plus tôt, la filiale brésilienne du certificateur allemand TÜV SÜD avait certifié que le barrage était sûr, malgré des risques de sécurité élevés connus. Trois familles attendent toujours le sauvetage et l'identification des restes de leurs proches. Les communautés traditionnelles qui dépendent du fleuve et de la terre pour la pêche, l'agriculture et la culture continuent à ce jour d'être affectées par des violations de leurs droits d'utilisation de ces biens communs.
Le 15 octobre 2019, avec ECCHR et MISEREOR, cinq citoyens brésiliens, proches des victimes, ont déposé une plainte pénale contre le certificateur TÜV SÜD et l'un de ses employés en Allemagne. Le parquet de Munich mène actuellement ses investigations afin de clarifier l'éventuelle responsabilité pénale d'acteurs allemands dans la rupture du barrage.
Au Brésil, la procédure pénale contre 11 employés de Vale SA, cinq employés de TÜV SÜD et deux sociétés a été invalidée en décembre 2022 par la Cour suprême fédérale brésilienne, qui a déterminé que le procès était en cours dans une juridiction incorrecte. En conséquence, la procédure pénale concernant les 272 homicides et plusieurs délits environnementaux est close. Un nombre important de preuves obtenues au cours de la phase d'enquête restent valables et peuvent justifier la réouverture du dossier pénal par le Parquet fédéral.
Jusqu'à présent, l'impunité règne pour la société minière Vale, le certificateur allemand TÜV SUD, ainsi que leurs agents respectifs, car pas une seule personne n'a encore été jugée.

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux