Communiqué de presse : Les dirigeants religieux soumettent une déclaration puissante à la COP28 – CIDSE

Communiqué de presse : Les dirigeants religieux soumettent une déclaration puissante à la COP28

La lutte contre les pertes et les dommages continue ! Les chefs religieux soumettent une déclaration puissante à la COP28 sur le Arguments moraux en faveur de l’action sur les pertes et dommages

Dubaï, le 2 décembre 2023.- Aujourd'hui, de hauts responsables religieux ont lancé un puissant appel à l'action lors de la conférence sur le climat COP28 de l'ONU à Dubaï pour poursuivre l'élan en matière de pertes et de dommages, suite à la mise en œuvre du Fonds pour les pertes et dommages le premier jour de la conférence en début de semaine.

En remettant la déclaration intitulée »Pertes et dommages : les arguments moraux en faveur de l'action » au Pavillon de la Foi à la COP28, les signataires ont souligné que les progrès réalisés pourraient être une fausse victoire sans autre action concrète. 

La déclaration a été signée par plus de 600 chefs religieux du monde entier de tous les continents, notamment des évêques, des archevêques, des cardinaux, des prêtres, des frères, des diacres, des PDG d'organisations confessionnelles, des professeurs, des étudiants, des cardinaux et près de 200 sœurs. Il définit une série de critères que le Fonds pour pertes et dommages doit remplir, dont beaucoup, selon les chefs religieux, sont encore en suspens et nécessitent une attention plus approfondie avant la fin de la COP28.

Alistair Dutton, secrétaire général de Caritas Internationalis, a déclaré : « Accepter le Fonds pour les pertes et dommages si tôt dans la COP28 est une réussite remarquable. Mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. Le fonds doit être capitalisé rapidement avec des milliards pour répondre à l’ampleur des besoins. Il doit s'agir d'un financement nouveau et supplémentaire, sans priver Pierre pour payer Paul. Ce n’est qu’avec un financement accru que le Fonds pour les pertes et dommages pourra véritablement remplir son objectif et apporter des réparations à l’injustice ».

Josianne Gauthier, secrétaire générale de la CIDSE, a déclaré : « Les pertes et dommages sont en fin de compte une question morale. Il s’agit de remédier à la profonde injustice qui est au cœur de la crise climatique, là où ceux qui ont le moins contribué souffrent le plus. La responsabilité du financement des pertes et des dommages doit incomber aux pays ayant une responsabilité historique. La COP28 doit le préciser clairement.»

Le cardinal Fridolin Ambongo Besungu, président du SCEAM et archevêque de Kinshasa, a déclaré : « Le pape François nous appelle à entendre le cri de la terre face au cri des pauvres. La COP28 doit faire les deux. En mettant en place un Fonds efficace pour les pertes et dommages, nous répondons dès maintenant aux besoins des pauvres, qui subissent déjà les impacts climatiques. Mais nous devons également entendre le cri de la terre et agir pour nous mettre rapidement sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Chaque degré de réchauffement climatique signifie davantage de pertes et de dommages.

Sœur Susan Nchubiri, représentante des Sœurs Maryknoll à la COP28, a déclaré : « Il est essentiel de se rappeler que les pertes et dommages ne sont pas seulement économiques. Vous pouvez calculer le coût des dommages causés aux maisons ou aux infrastructures, mais vous ne pouvez jamais évaluer le coût de la perte de cultures, de patrimoine, de terres ou de la perte d’êtres chers. Le nouveau conseil d'administration du Fonds pour les pertes et dommages doit s'assurer que les pertes et dommages non économiques constituent une priorité transversale majeure et que les communautés peuvent accéder à des recours qui peuvent contribuer à se remettre de pertes et dommages inestimables.

Contexte

L’organisme de bienfaisance Déclaration des chefs religieux sur les pertes et les dommages a été produit à la suite d'un dialogue en ligne en juin 2023 entre des experts et des personnes ayant une expérience vécue des pertes et dommages du gouvernement, des organisations confessionnelles et de la société civile. Ce dialogue, comprenant un mélange d'apports techniques et de recommandations avec une réflexion théologique et morale, a produit un riche corpus de réflexion sur ce sujet. La déclaration a été diffusée à l'échelle internationale et approuvée par les chefs religieux du monde entier et présentée lors d'une conférence Conférence de presse en ligne le 23 novembre. 

Au 17 novembre, il avait été signé par 639 personnes à travers le monde, dans 58 pays représentant tous les continents. Les signataires comprennent de nombreux évêques, archevêques, prêtres, frères, diacres, PDG, professeurs, étudiants, cardinaux et près de 200 sœurs. 84 % de ceux qui ont signé la déclaration sont des chefs religieux du Nord. 

La COP28 est chargée de convenir de la création du Fonds pour les pertes et dommages. La déclaration énonce 5 éléments clés auxquels ce fonds doit adhérer afin de parvenir à la justice climatique et garantir que le soutien parvienne le plus rapidement possible aux personnes souffrant des impacts climatiques :

  • Le fonds doit être accessible, en veillant à ce que les communautés dans le besoin dans les pays du Sud reçoivent l’argent dont elles ont besoin pour se relever et devenir maîtres de leur propre avenir.
  • Le fonds doit être complet, soutenant à la fois les réponses aux pertes et dommages économiques et non économiques, lors d'événements météorologiques extrêmes et d'événements à évolution lente tels que l'élévation du niveau de la mer et la désertification.
  • Le fonds doit être réparatrice, accordant des subventions et non des prêts sur la base du principe du pollueur-payeur
  • Le fonds doit être représentant, étayée par les droits de l'homme et le principe de subsidiarité, et gouvernée par un conseil d'administration équitable agissant dans l'intérêt commun
  • Le fonds doit être efficace et efficaces, fournissant une réponse rapide en cas de catastrophe, un soutien à long terme pour se protéger des dommages futurs et agissant en tant que fonds mondial phare pour faire face aux pertes et aux dommages, aux côtés d'autres accords de financement.

Il existe des risques que la COP28 n’accepte pas un fonds qui réponde à ces principes clés et que le fonds convenu ne soit pas adapté à son objectif. Cela ne doit pas arriver. Fournir un Fonds pour les pertes et dommages entièrement fonctionnel qui répond aux besoins des communautés et assure la justice climatique est une priorité morale.

Contact médias sur place : 

contreras (at) cidse.org

Partager ce contenu sur les médias sociaux