Le financement de l’UE en faveur des ONG palestiniennes et israéliennes menacé – CIDSE

Le financement européen des ONG palestiniennes et israéliennes menacé

Lettre ouverte sur la décision de l'UE et de plusieurs États européens de suspendre et de revoir le financement des ONG palestiniennes et israéliennes

Dans une lettre ouverte, la CIDSE, Amnesty International et 98 autres organisations de la société civile expriment leurs vives inquiétudes face à l'UE et à plusieurs États européens» décision de suspendre ou de revoir leur financement aux ONG palestiniennes et israéliennes.


Nous, soussignés, vous écrivons pour vous faire part de votre inquiétude concernant la décision de plusieurs gouvernements européens de suspendre ou de revoir leur financement à plusieurs organisations de la société civile palestinienne et israélienne. Nous sommes profondément préoccupés par ces développements et appelons votre gouvernement à revenir sur toute décision visant à suspendre un financement aussi crucial. Une réduction des fonds alloués à ces groupes et organisations érode la protection des droits humains en Israël et dans les territoires palestiniens occupés (TPO) et remet en question votre capacité à promouvoir et à protéger de manière crédible les valeurs universelles des droits humains au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Plusieurs États européens, notamment Autriche, Danemark, Finlandeand, Allemagne, Suède et Suisse, ainsi quedes Commission européenne ont pris des mesures pour suspendre ou revoir leur financement en faveur d'organisations de la société civile palestinienne et israélienne en raison d'allégations infondées de détournement de fonds vers des organisations terroristes. Ces mesures se sont intensifiées à la suite des attaques du Hamas et d’autres groupes armés du 7 octobre 2023, au cours desquelles des membres du Hamas et d’autres groupes armés ont commis des exécutions sommaires, des prises d’otages de civils et des tirs aveugles de roquettes sur Israël.

Même si nous sommes pleinement d’accord sur le fait que la responsabilité et la transparence doivent être au cœur de l’aide internationale au développement et que les donateurs ont la responsabilité de réexaminer régulièrement leur financement, nous sommes préoccupés par le calendrier, la justification et l’impact des révisions récemment annoncées. À notre connaissance, les raisons de l'arrêt ou de la révision du financement incluent des craintes non fondées selon lesquelles les fonds pourraient être indirectement détournés vers des groupes armés tels que le Hamas et des affirmations non fondées selon lesquelles le travail légitime des organisations de la société civile documentant et dénonçant les violations des droits humains par le gouvernement israélien équivaut à antisémitisme (facultatif) incite violence contre l’État d’Israël.

Il n'y a rien de crédible preuve À ce jour, tout financement de l’UE ou d’un État européen a été canalisé vers des groupes armés palestiniens. Les organisations de la société civile palestinienne sont accusées depuis des années d’entretenir des liens avec le terrorisme dans le but de saper leur travail et leur légitimité. Ils ont été soumis à un examen minutieux de la part des donateurs internationaux, et l’aide fournie a été régulièrement examinée rigoureusement par les donateurs. Les récentes annonces de plusieurs donateurs européens et de l'UE elle-même soutiennent implicitement les allégations infondées d'Israël selon lesquelles les ONG palestiniennes auraient des liens avec le terrorisme, et ont été rendues possibles par des années d'utilisation abusive et abusive des réglementations antiterroristes mondiales, y compris la recommandation n° 8 du Groupe d'action financière. .XNUMX.

Nous sommes profondément préoccupés par le fait que ces décisions constituent une ingérence indue dans le travail des organisations de la société civile qui promeuvent et protègent les droits humains pour tous en Israël et dans les TPO. Exiger des organisations qu’elles adhèrent à certaines lignes politiques qui représentent les positions politiques des États donateurs porte atteinte et restreint leur liberté d’expression. En suspendant tout financement de développement en faveur de la Palestine en attendant un examen, Suède a également souligné qu'il ne fournirait pas de financement de développement futur aux acteurs qui ne condamnent pas le Hamas. L’absence d’une telle condamnation des actes criminels commis par le Hamas et les groupes armés palestiniens contre des civils israéliens ne constitue toutefois pas une incitation à la violence ou une complicité à la violence. Pénaliser le silence d'un individu ou d'un groupe sur une question va directement à l'encontre de leur droit à la liberté d'expression et à la liberté de conscience et de croyance. Seuls les discours qui violent les droits d’autrui ou qui prônent la haine et incitent à la discrimination ou à la violence devraient être interdits.

Ces décisions violent également les engagements des États envers les défenseurs des droits humains en vertu des lignes directrices de l'UE pour les DDH, des lignes directrices suisses pour les DDH et de l'engagement général en faveur des droits humains et de la liberté d'association. La liberté d'association garantit que chacun peut s'organiser, former et participer à des groupes, de manière formelle ou informelle. Il englobe le droit d'un groupe de mener une action collective pour défendre les intérêts de ses membres. La capacité rechercher, recevoir et utiliser des fonds, y compris le financement externe, est fondamental pour le droit à la liberté d’association. Aucune restriction ne devrait être imposée à l'exercice du droit à la liberté d'association, à moins qu'elle ne soit prescrite par la loi et qu'elle ne soit nécessaire dans une société démocratique dans l'intérêt de la sécurité nationale ou de la sûreté publique, de l'ordre public (ordre public), la protection de la santé ou de la moralité publiques ou la protection des droits et libertés d'autrui. Les accusations non fondées et discriminatoires associant les organisations de la société civile opérant dans les TPO à des groupes armés ou à des activités criminelles ne répondent pas aux critères des limitations légitimes de la liberté d'association. Le fait que des mesures antiterroristes ou « anti-extrémistes » soient utilisées comme prétexte pour restreindre le travail d’une société civile indépendante constitue une violation du droit international.

La décision de suspendre et de revoir le financement, en particulier en ce moment, ne fera que contribuer à une situation déjà désastreuse des droits humains en Israël et dans les TPO. Les défenseurs et les organisations des droits humains en Israël et dans les TPO sont des acteurs clés dans la documentation des violations des droits humains dans la région, en plaidant pour que les responsables de ces violations soient tenus responsables et en recherchant des recours efficaces pour les victimes et les survivants. Ces organisations apportent des contributions inestimables au travail des organisations internationales de défense des droits de l’homme, des organisations internationales et des gouvernements d’autres régions ayant une influence sur la situation des droits de l’homme en Israël et dans les TPO. Pour ces raisons, les autorités israéliennes ont restreint leur capacité à recevoir des financements, les rendant ainsi dépendantes des financements extérieurs.

Enfin, la crédibilité des approches des gouvernements européens face à la crise actuelle à Gaza, en Cisjordanie et en Israël a déjà été mise à mal par leurs restrictions aux droits à la liberté d'expression et de réunion des personnes et des groupes. protester les violations par les autorités israéliennes du droit international humanitaire et les crimes de guerre potentiels contre les Palestiniens à Gaza. De nombreux États européens non seulement ne dénoncent pas les graves violations israéliennes du droit international humanitaire ou ne demandent pas de comptes à toutes les parties qui les violent, mais prennent également des mesures qui ont pour résultat de restreindre la liberté d'expression et de réunion en Europe et de porter atteinte à l'espace civique. et la protection des droits de l’homme en Israël et dans les TPO en suspendant le soutien aux acteurs locaux des droits de l’homme.  

Les menaces de suppression du financement ou l’arrêt effectif du financement des groupes et organisations qui défendent les droits de l’homme en Israël et dans les TPO aligneraient les États européens sur les gouvernements répressifs de la région MENA qui emploient des tactiques similaires pour fermer l’espace civique et faire taire les voix vitales qui accomplissent un travail vital. Nous savons que les droits de l'homme pour tous ne peuvent être réalisés qu'avec la participation significative de la société civile, fondée sur les principes d'égalité, de sécurité, de justice et de dignité humaine. Les empêcher de poursuivre leur travail ne ferait que saper les espoirs d’un avenir où tout le monde en Israël et dans les TPO puisse jouir de droits égaux.

Sincèrement,

  1. ActionAid international
  2. Alianza pour la Solidarité – ActionAid Espagne
  3. Amnesty International
  4. Annulliamo La Distance
  5. Association espagnole de recherche pour la paix (AIPAZ)
  6. Association pour le progrès des communications – APC
  7. Association des organisations italiennes de coopération et de solidarité internationale (AOI)
  8. Association de coopération et de solidarité (ACS)
  9. Armadilla Scs
  10. Assemblée de coopération pour la paix
  11. Confiance du dimanche sanglant
  12. Broederlijk Delen
  13. Union centrale pour la protection de l'enfance (Lastensuojelun Keskusliitto)
  14. Centre Delàs d'Estudis per la Pau
  15. Centre pour l'éducation mondiale
  16. Christian Aid Irlande
  17. CIDSE
  18. CISS
  19. CIVICUS
  20. CNCD-11.11.11
  21. Comhlámh Justice pour la Palestine
  22. Comité catholique contre la faim et pour le développement
  23. Coopération Nord-Sud
  24. COSPE
  25. Droits numériques · Amérique Latine
  26. Diaconie Suède
  27. Action numérique
  28. Een Andere Joodse Stem / Another Jewish Voice (Belgique)
  29. Droits EuroMed
  30. Juifs d'Europe pour une paix juste
  31. FIAN International
  32. Centre finlandais de conseil pour les réfugiés
  33. Fondation La Locomotive
  34. Forum pour le développement et l'environnement
  35. Forum Ziviler Friedensdienst (forumZFD)
  36. Free Press Illimité
  37. Frieda – l'Organisation féministe pour la paix
  38. Défenseurs de première ligne
  39. Gerechtigkeit et Frieden en Palästina (GFP)
  40. Glas ljudstva (Voix du peuple)
  41. Centre de justice mondiale
  42. Le Fonds Actie
  43. Hivos
  44. Réseau du logement et des droits fonciers - Habitat International Coalition
  45. Fondation Maison des droits de l'homme
  46. Humanitas – Centre d’apprentissage et de coopération mondiale
  47. droitshumains.ch
  48. Partenaire de développement suédois IM
  49. Ina autra senda – Amis suisses des Combattants pour la Paix
  50. Institut PROJA
  51. Soutien aux médias internationaux
  52. Partenariat international pour les droits de l'homme (IPHR)
  53. Service international pour les droits de l'homme (ISHR)
  54. Campagne de solidarité Irlande-Palestine
  55. Campagne irlandaise anti-apartheid pour la Palestine (IAACP)
  56. Conseil irlandais pour les libertés civiles
  57. Voix juive pour la démocratie et la justice en Israël/Palestine (Suisse)
  58. Juifs pour la justice pour les Palestiniens
  59. KFUK-KFUM Global
  60. La Coordinadora de Organizaciones para el Desarrollo (Espagne)
  61. Centre libanais des droits de l'homme
  62. MÈRE
  63. Majal.org
  64. Médecins du Monde Suisse
  65. Medico International
  66. Médico International Suisse
  67. Mouvement pour la Paix (MPDL)
  68. Fondation Mundubat
  69. Initiative Nobel pour les femmes
  70. Comité norvégien d'Helsinki
  71. Fonds norvégien des droits de l'homme
  72. Aide populaire norvégienne
  73. Fonds d'assistance internationale pour les étudiants et universitaires norvégiens (SAIH)
  74. Novact
  75. ONG Rescate Internacional
  76. Briefing ouvert
  77. International pur et simple
  78. Oxfam International
  79. Région Palästina-Solidarität Bâle
  80. Pax Christi – Deutsche Sektion
  81. Piattaforma delle OSC Italiane in Medio Oriente e Mediterraneo
  82. PIC – Centre Juridique pour la Protection des Droits de l’Homme et de l’Environnement
  83. Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
  84. Première Urgence Internationale
  85. Fondation Rafto
  86. Sadaka - L'Alliance Irlande-Palestine
  87. Saferworld
  88. Philanthropie slovène
  89. SOLIDAR
  90. Règlement de Suomentiliitto
  91. Fédération Internationale Terre des Hommes
  92. Le Fonds pour les droits de l'homme dans le monde
  93. La Fondation Kvinna till Kvinna
  94. Trans ry
  95. Trasek ry
  96. Trócaire
  97. Un Ponte Par
  98. War Child Royaume-Uni
  99. Weltfriedensdienst eV
  100. zusa – l'art de la collaboration

Crédit photo de couverture : Esther Genicot, Amnesty International

Partager ce contenu sur les médias sociaux