Entretiens sur le climat avec Francisca Ziniel : "La voix des jeunes est la voix de l'espoir, de l'avenir et de l'action" - CIDSE

    Discussions sur le climat avec Francisca Ziniel : "La voix des jeunes est la voix de l'espoir, de l'avenir et de l'action"

    Photo de couverture : Cynesa.

    Du 6 au 18 novembre 2022, la 27e Conférence des Parties des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s'est tenue à Charm el-Cheikh, en Égypte. La COP27 était censée être une COP africaine, celle qui soutient les droits des peuples africains pour un avenir durable et une transition énergétique juste et propre. Cependant, la présence de lobbyistes lors des négociations a influencé le texte final, qui est faible dans la promotion de la sortie des énergies fossiles. Notre partenaire CYNESA étaient présents et ont utilisé leur voix pour exiger une action climatique cruciale pour l'avenir de la jeunesse africaine.  

    Propos recueillis par Carmen Contreras, chargée de communication à la CIDSE.

    J'ai rencontré Francisca Ziniel après avoir assisté à un événement dans le pavillon de son pays, le Ghana. Elle m'a accueilli avec un grand sourire et une robe aux broderies typiques de son pays. Ce jour-là, les organisateurs du pavillon ont voulu rendre hommage aux us et coutumes du Ghana qui, comme d'autres pays africains, souffre déjà des forts impacts du changement climatique. 

    « Le changement climatique cause de nombreux problèmes dans mon pays. Il y a du chômage, des pénuries alimentaires, des augmentations de prix et des limites pour les gens », m'a-t-elle dit lorsque je l'ai interrogée sur les défis auxquels ils ont été confrontés ces dernières années. En outre, elle a expliqué que les plus touchés sont les petits agriculteurs du nord de son pays qui, en plus de ne pas avoir accès à l'eau, luttent également contre l'exploitation minière illégale.

    Cette année, la présidence de la COP27 a annoncé que pour la première fois, les pertes et dommages feraient partie de l'agenda des négociations. «En tant que jeune Africain, le fait que les pertes et dommages soient la priorité absolue me rend heureux. Les années précédentes, lorsque l'Afrique parlait des pertes et dommages, d'autres personnes pensaient que ce n'était pas un sujet de discussion parce que ce n'était pas important, mais c'est devenu un sujet important à la COP et, pour nous, c'est comme la justice pour l'Afrique. Justice pour les jeunes », réfléchit-elle. 

    Ce fut l'un des résultats les plus applaudis par les organisations de la société civile dans le texte final. Cependant, beaucoup ont élevé la voix pour protester devant le peu d'ambition qui existait autour de la décarbonisation, car bien qu'il s'agisse d'un acte de justice et de réparation pour les pays qui subissent les conséquences de la crise climatique et qui, à leur tour, ne sont pas les plus grands émetteurs, il n'y a pas d'engagement réel pour stopper le réchauffement climatique. 

    Regardez l'interview complète ci-dessous: 

    Partager ce contenu sur les médias sociaux