Une longueur d'avance pour nous aligner sur le changement systémique - CIDSE

Une longueur d'avance pour nous aligner sur le changement systémique

Dans cet article, Stefan Siebenhaar, Fixations Conseiller principal à la direction, décrit le parcours de changement systémique de l'organisation à l'occasion de la publication de son dernier rapport de développement durable.

Le parcours de développement durable de Fastenaktion
Fastenaktion a un engagement à long terme envers la durabilité dans ses programmes dans les pays du Sud ainsi que dans ses programmes de travail en Suisse. Au début des années 70, par exemple, Fastenaktion était membre fondateur des principales organisations Fairtrade de Suisse. En 1989, nous avons réalisé notre première campagne de sensibilisation sur le changement climatique. Forts de notre travail politique et de sensibilisation, nous avons commencé à assumer notre responsabilité dans notre sphère d'influence immédiate. Par conséquent, nous avons réfléchi nos propres activités à la lumière de la durabilité. Les jalons du parcours de développement durable de Fastenaktion sont :

  • Nos rapports de développement durable suite à la Norme GRIs, publiés en 2008, 2010, 2011/12 et 2013/14.
  • Concept comment nous comprenons et abordons la durabilité (2011). Lorsque nous l'avons examiné cette année, nous avons été étonnés qu'il soit toujours très à jour et n'ait pratiquement pas besoin d'être mis à jour.
  • Nos directives sur les achats durables datent de 2017 et sont en cours de révision.

Fastenaktion se concentre sur le bien commun
Fastenaktion accorde une grande importance à la question de la durabilité. Ces dernières années, nous avons débattu intensivement du type de changement nécessaire et avons ajouté d'autres principes, comme une société juste respectant les limites de notre planète, un changement systémique et la nécessité d'une économie qui contribue au bien commun. Sur la base de notre concept et de ces principes, nous avons fait une nouvelle tentative en 2019 pour les futurs rapports de développement durable. Notamment l'approche de l'économie du bien commun (www.ecogood.org) a retenu notre attention. C'est pourquoi nous avons choisi la matrice du bien commun comme cadre pour évaluer notre travail et utilisé le bilan du bien commun pour l'analyser en détail :

  • La matrice du bien commun est une approche holistique. Il vise à aider les organisations à s'inscrire dans le changement.
  • La dignité humaine, la justice, l'environnement et la transparence sont les critères. Ceux-ci sont utilisés pour réfléchir sur les activités de l'organisation.
  • A l'aide d'une matrice de bien commun, on mesure l'impact sur les parties prenantes et l'environnement.
  • Avec la matrice du bien commun, nous examinons également les effets positifs. Nous ne nous concentrons pas uniquement sur les dommages sociaux et écologiques afin de les réduire. L'impact sur le bien commun est équilibré sur l'ensemble de l'activité.

Le rapport de développement durable comme processus d'apprentissage
Nous avons mené cette évaluation dans un groupe de pairs d'ONG. Nous avions hâte d'échanger des idées avec d'autres organisations suisses comme Greenpeace. Nos discussions sur le travail que nous faisons ont été très animées. Comment Greenpeace parvient-elle à mettre en place la sociocratie au sein des structures d'une fondation ? Qui peut servir de modèle pour la coopération de la société civile ? Nous avons apprécié cet apprentissage au-delà des frontières organisationnelles et tous ont bénéficié des meilleures pratiques des autres.
Au sein de Fastenaktion, le groupe de travail a discuté en profondeur du bilan avec le personnel et la direction. Les raisons de la controverse étaient les concepts de gestion d'entreprise qui n'étaient pas appropriés pour Fastenaktion en tant qu'ONG : notre coopération avec des organisations partenaires ne peut pas être analysée comme une relation client ou fournisseur. Notre travail se caractérise par l'effort de créer un partenariat équitable, la proximité avec les bénéficiaires et l'apprentissage en commun avec les partenaires.
Après cette réflexion, nous avons substantiellement retravaillé le rapport et avons décidé de présenter les principales conclusions dans notre propre logique. Avec un peu de retard, nous avons publié notre rapport de développement durable en février 2022.

Qu'avons-nous appris?
Les résultats peuvent être trouvés dans le rapport disponible en Allemand et des tours Français. En tant qu'organisation, nous avons beaucoup appris, notamment :

La coopération est au cœur de Fastenaktion
Nous avons réfléchi à notre modèle de partie prenante. Ce faisant, nous constatons que coopération avec d'autres organisations de la société civile est au cœur de Fastenaktion. C'est pourquoi nous avons choisi l'image de l'ADN pour la représentation de notre modèle d'acteur. Fastenaktion se connecte à de nombreuses organisations et groupes en Suisse et dans nos pays de programme.


Cela ne fonctionnera pas sans changement systémique
Un monde de justice n'est pas possible sans changement systémique. Cette idée n'est pas nouvelle, mais la conclusion selon laquelle nous devrions avant tout réfléchir à la mesure dans laquelle Fastenaktion est capable de tirer parti des effets systémiques. Pour être réaliste, seuls les débuts et les premiers signes d'effets systémiques sont visibles. Afin d'obtenir des effets systémiques, la réflexion sur les causes profondes de l'injustice jusqu'à la coopération concrète en matière de plaidoyer au sein de la société civile ainsi que la mise en réseau et la création de mouvements sont indispensables.

Quels sont les objectifs environnementaux réalistes ?
Notre impact environnemental global est positif : non seulement grâce à nos efforts en matière de consommation durable et de construction de bureaux, mais principalement grâce à notre plaidoyer pour la justice climatique et nos projets de production alimentaire et énergétique communautaire durables, y compris notre projet climatique Gold Standard pour des foyers améliorés au Kenya.
Les impacts négatifs proviennent surtout des voyages internationaux. Pendant les fermetures de Covid, nous en avons appris davantage sur les possibilités d'échange en ligne. Cela renforcera nos efforts pour réduire les déplacements à un minimum opérationnel. Mais il y a aussi des limites à la coopération internationale pour le développement, de sorte que les voyages continuent d'être indispensables dans nos façons de travailler. Les avantages et les inconvénients doivent être soigneusement pesés.

Prochaines étapes d'amélioration
Le révisé lignes directrices sur les achats durables viennent d'être approuvés. Nous les partagerons bientôt avec nos fournisseurs. Cela nous aidera à développer davantage le dialogue avec nos fournisseurs sur la durabilité.

Nous prévoyons de créer un ensemble de indicateurs de durabilité. Grâce à cela, nous voulons revoir chaque année notre contribution au bien commun. Il est déjà clair que le CO2 les émissions seront un indicateur important du panier. Il regroupe nos impacts environnementaux négatifs les plus importants liés aux déplacements, à l'impression et au chauffage des bâtiments.

Pour bien avancer sur ces défis, nous comptons sur la échange au sein de la CIDSE et d'autres réseaux. Notre stratégie est claire et la voie vers un changement de système et une véritable durabilité a fait un bond en avant. Maintenant, il s'agit des problèmes pratiques, concrets du quotidien mais aussi des questions difficiles comme le voyage, où l'échange d'expériences avec les autres nous aide. Encore une fois, cela montre: le but et le chemin sont importants – et surtout les compagnons.


© Fastenaktion

Depuis 2019, Stéphane Siebenhaar contribue au développement stratégique et organisationnel de Fastenaktion. Il est membre du groupe de travail sur le développement durable qui a produit le rapport sur le développement durable. Avant de rejoindre Fastenaktion, il a travaillé comme responsable d'un projet d'intégration pour les personnes souffrant de troubles mentaux et comme expert en communication et campagne. Stefan a étudié la théologie avec un diplôme de troisième cycle en économie et sciences de l'environnement.

Fixation est l'organisation membre suisse de la CIDSE.

Image de couverture : © Fastenaktion

Partager ce contenu sur les médias sociaux