Caravane latino-américaine pour la défense de l'écologie intégrale à l'époque extractive - CIDSE

Caravane latino-américaine pour la défense de l'écologie intégrale à l'époque extractive

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Les communautés latino-américaines martyrisées par l'exploitation minière se rendent en Europe pour dénoncer leur situation et discuter de la prise en charge de la Maison Commune.


Les voix des victimes de l'extractivisme minier et les voix de la défense de la Maison Commune arriveront en Europe. Leur objectif est de dénoncer les violations des droits de l'homme subies à la suite de l'imposition d'un programme extractiviste qui ne s'arrête pas en Amérique latine.

« Nous sommes des milliers, qui dans une résistance organisée, exigeons justice, exigeons l'arrêt des impositions colonialistes, exigeons que nos droits de décider et de vivre en paix soient respectés. Nous exigeons que la violence cesse et que les responsables de la douleur, de la dévastation et de la mort de ces crimes socio-environnementaux paient.

 Des leaders communautaires, des agents pastoraux, des militants et des chercheurs voyagent du Brésil, de la Colombie, du Honduras et de l'Équateur. La Caravane latino-américaine pour la défense de l'écologie intégrale à l'époque extractive, arrivera en Allemagne le 22 mars et visitera également l'Italie, la Belgique, l'Autriche et se terminera en Espagne le 6 avril.

La Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), à travers la Commission spéciale sur l'écologie intégrale et les mines (CEEM), et les communautés accompagnées par le Réseau des églises et des mines (IyM), à travers le Campagne Désinvestir dans l'exploitation minière, amplifiera leur voix et fera entendre « le cri de la terre des pauvres » (LS 49). Le cri retentissant des communautés martyrisées par les économies extractives et la violation historique de la Maison Commune par les activités minières, appelle à une conversion écologique urgente, comme l'a exprimé le Pape dans l'Encyclique Laudato Si.

La Caravane exprime sa solidarité avec l'Europe et les victimes de la guerre qui a éclaté. Une situation qui est le reflet de l'état de guerre permanent dans chacun de nos pays, entretenu par un système économique extractiviste générateur d'inégalités, de violences et de souffrances. Une guerre qui ne cesse de s'enrichir, avec l'inflation des matières premières, qui se traduit par des bénéfices historiques pour les sociétés minières transnationales qui ont atteint leurs niveaux maximum, après une année de pandémie, extrêmement fructueuse pour les activités extractives. La Caravane dénonce les activités minières qui soutiennent également l'industrie de guerre.

Des organisations catholiques partenaires en Europe telles que CIDSE, Misereor (Allemagne), DKA/KOO (Autriche), Redes et la campagne Enlázate por la Justicia en Espagne, promeuvent ces rencontres. La délégation sera présente en Europe pour promouvoir les dialogues avec la volonté de renforcer la mondialisation de l'espoir et la coresponsabilité Nord-Sud. Des rencontres auront lieu avec des responsables de l'Église catholique, comme le cardinal Jean-Claude Hollerich, il est un promoteur du désinvestissement dans l'extractivisme et président de la Commission des conférences épiscopales de l'Union européenne (COMECE). Il y aura également des rencontres avec des députés et des entités de la société civile et des congrégations religieuses avec des instances telles que la Commission pontificale pour l'Amérique latine et le Dicastère pour le développement humain intégral. Des dialogues se préparent au Vatican avec des autorités telles que la Commission pontificale pour l'Amérique latine et aussi avec le Dicastère pour la promotion du développement humain intégral.

L'agenda vise à influencer le Parlement européen, les banques et les organisations ecclésiastiques, sur des questions telles que la diligence raisonnable, le traité sur les droits de l'homme et les entreprises, les pratiques de violence financière, avec des investissements dans l'exploitation minière liés à des organisations européennes et confessionnelles. 

Les cas qui seront présents se trouvent dans les territoires suivants :

 Piquiá de Baxio – Brésil : extraction du fer, travail esclave, contamination des sources d'eau, mauvais indices de santé de la population. La résistance et l'organisation de la population ont abouti à la relocalisation dans un nouveau lieu appelé "Piquiá de la Conquista".

BrumadinHo – Brésil : déversement de boues toxiques qui a fait 272 morts, dans un autre crime environnemental de la société Vale qui ne trouve toujours pas justice. Familles qui ont tout perdu, agriculteurs sans terre et sans abri, population déplacée.

Putumayo, Mocoa – Colombie: concessions minières pour l'extraction du cuivre, en Amazonie colombienne, affectant des sources d'eau, des sources de rivières, des territoires indigènes, dans un territoire déjà affecté et déplacé par le conflit armé.

Jérico – Suroeste Antioqueño – Colombie : environ 90% du territoire est consacré à l'extraction du cuivre, de l'or et de l'argent. Elle a annulé les activités productives locales, basées sur l'agriculture, exacerbé la violence entre habitants et étrangers, et occupé des territoires ancestraux. L'organisation et la résistance ont réussi à bloquer une partie de la concession minière dans la municipalité de Jéricho, mais la menace persiste.

L'un des objectifs fondamentaux est d'avancer dans la consolidation des réseaux et des alliances de solidarité entre l'Église du Nord et du Sud global, en s'engageant dans le plaidoyer, à partir de la voix et du regard des victimes, à partir de leurs propositions, pour accompagner leurs alternatives de résistance et de défense de la vie, rendre visible les réalités et comprendre la dimension globale et intégrale de ces affectations, dans un monde intimement lié. Ainsi que d'accompagner les processus pastoraux des églises locales d'Amérique latine, qui avec courage et prophétie restent aux côtés des personnes touchées, en recherchant l'écologie intégrale.

Le réseau Churches and Mining et la campagne Divest in Mining


Le Réseau Églises et Mines est un espace œcuménique, composé de communautés chrétiennes, d'équipes pastorales, de congrégations religieuses, de groupes de réflexion théologique, de laïcs, de laïcs, d'évêques et de pasteurs qui cherchent à répondre aux défis des impacts et des violations des droits causés par les activités minières dans les territoires où nous vivons et travaillons.

, Campagne Désinvestir dans l'exploitation minière est promu par le Churches and Mining Network. Le désinvestissement est un outil concret pour faire face à un modèle économique extractiviste qui génère des ravages et des inégalités. La Campagne accompagne les organisations confessionnelles dans leur engagement pour une finance équitable et apporte des conseils, des outils techniques et des alternatives concrètes pour opérer une transformation au sein des Eglises. En outre, il cherche à défendre et à rendre visibles les violations des droits et les impacts environnementaux générés par l'exploitation minière. Elle cherche à faire entendre la vie et les exigences des peuples et de la nature.

Contacts :
Guilhermé Cavalli, équipe de coordination de la délégation.
E-mail : guilhecavalli(at)gmail.com – Whatsapp : +55 54 9653-0369
Daniela Andrade, chargée de communication
Courriel : daniela.iglesiasymineria(at)gmail.com – Whatsapp : +51916196141


Photo de couverture : Troisième pèlerinage pour l'écologie intégrale à la mémoire des victimes de l'effondrement du barrage de Brumadinho, Brésil, janvier 2022. Crédit : Guilherme Cavalli, Iglesias y Minería

Partager ce contenu sur les médias sociaux