Mettre l'environnement au cœur des droits de l'homme et du devoir de diligence environnementale - CIDSE

Placer l'environnement dans les droits de l'homme et la diligence raisonnable environnementale


Cet été, la Commission européenne devrait déposer une directive introduisant les droits de l'homme et la diligence raisonnable environnementale pour les entreprises basées et opérant dans l'Union européenne. La CIDSE et ses alliés ont plaidé pour une telle législation, notamment à travers un appel signé par plus de 230 évêques dans le monde. Il s'agit d'une première étape cruciale pour garantir que les activités des entreprises ne contribuent pas à de nouvelles violations des droits de l'homme et à la dégradation de notre maison commune.  

Les aspects environnementaux de la future directive seront cruciaux pour garantir que les dispositions qu'elle contiendra feront une différence dans la vie des Européens et des peuples du monde entier, un accord vert européen efficace et atteindront les objectifs climatiques. Les impacts environnementaux et les droits de l'homme sont étroitement liés, mais souvent la législation se concentre uniquement sur une approche des droits de l'homme - ce qui signifie que lorsque les impacts environnementaux négatifs ne constituent pas directement une violation des droits de l'homme, ils peuvent ne pas être considérés comme tels. Cependant, la jouissance des droits fondamentaux tels que le droit à l'alimentation, à l'eau et à une vie saine est clairement liée à l'accès à un environnement sain - en particulier pour les communautés du Sud, dont les moyens de subsistance dépendent souvent directement de l'accès aux ressources naturelles.  

Dans ce nouveau briefing, CIDSE, Amnesty International, Client Earth, ECCJ, Fern, Forest Peoples Programme, Global Witness et Anti-Slavery International ont défini les normes environnementales minimales que la législation européenne à venir devrait prévoir.  

Contact CIDSE: Giuseppe Cioffo, Corporate Regulation Officer (cioffo (at) cidse.org)

Photo de couverture:
L'effondrement du barrage de résidus appartenant à la société minière Samarco, détenue par Vale et Anglo-Australian BHP, a provoqué une inondation de boue qui a inondé plusieurs maisons dans le district de Bento Rodrigues, municipalité de Mariana, Minas Gerais, Brésil en novembre 2015.
Crédit: Rogério Alves / TV Senado.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange