Toujours en attente de justice pour Bernardo - CIDSE

Toujours en attente de justice pour Bernardo

# EscazúAhoraGT #JusticiaParaBernardo et #BernardoCaalXol

Aujourd'hui, c'est la Journée internationale de la Terre. Au Guatemala, un défenseur de l'environnement nommé Bernardo Caal, le fêtera en prison, condamné injustement à sept ans et trois mois de prison. Il attend toujours, après plus de trois ans, une opportunité équitable de faire appel de sa condamnation. Dans le même temps, les défenseurs des droits de l'homme en Amérique latine célèbrent l'entrée en vigueur d'un nouveau traité régional contraignant: l'Accord d'Escazú. (*) Malheureusement, le Guatemala ne l'a pas ratifié.

Bernardo Caal Xol est un chef de file de la résistance pacifique de Cahabón, un collectif de 38 communautés mayas Q'eqchi 'dans le nord du département d'Alta Verapaz au Guatemala. Les communautés autochtones qui ont besoin d'accéder à la rivière pour leur subsistance, se sont opposées à la construction des barrages Oxec et Renace sur la rivière Cahabón et ses affluents. De plus, le fleuve est sacré pour les Q'eqchi et coulera en paix. Il y a sept barrages hydroélectriques en fonctionnement dans le bassin fluvial. Bernardo a déposé une série d'injonctions contre le projet et, en 2017, les hautes juridictions ont reconnu que le droit à une consultation libre, préalable et éclairée des communautés autochtones avait été violé. Mais en novembre 2018, Bernardo Caal Xol a été condamné à sept ans et quatre mois de prison par un tribunal sur la base d'allégations dépourvues de preuves objectives.  

Dans l'une de ses récentes lettres de prison, Bernardo a écrit: «Le département d'Alta Verapaz est habité par le peuple Q'eqchi '; ses rivières séquestrées et canalisées pour faire fonctionner les centrales hydroélectriques. Cependant, les communautés Q'eqchi 'n'ont pas d'électricité, restent dans l'obscurité, elles continuent à utiliser la fameuse' bougie '. Et puis, où est prise l'énergie électrique? C'est ce qu'on appelle: dépossession, exclusion, discrimination et racisme. »

Depuis que Bernardo a été emprisonné, des collectifs de défense des droits humains au Guatemala et dans le monde ont tenté de faire réexaminer le procès de Bernardo par différents moyens et d'attirer l'attention sur le schéma plus large d'incrimination injuste des défenseurs des droits humains et de l'environnement au Guatemala. En Belgique, un collectif de comités de solidarité et membre de la CIDSE, Broederlijk Delen, a invité la sœur de Bernardo en 2019 à recevoir le prix Quetzal des droits de l'homme au nom de son frère.


En 2020, Amnesty International a déclaré Bernardo Caal Xol prisonnier d'opinion qui a été injustement emprisonné.

Plus tôt cette année; CIDSE a cosigné un déclaration à la 46e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (22 février-23 mars) pour attirer l'attention sur le cas de Bernardo.

Le 30 mars, le collectif d'avocats qui accompagne l'affaire Bernardo a soumis à la Cour trois «amicus curiae», Pour renforcer les arguments de la défense. Une amicus curiae, cosigné par CIDSE, témoigne de la manière dont les militants des droits humains sont systématiquement criminalisés au Guatemala. le seconde amicus curiae était basé sur le Laudato Si ' et Fratelli Tutti encycliques, soulignant l’importance de la défense des droits environnementaux. Cette amicus curiae a été cosigné par le cardinal guatémaltèque, Alvaro Ramazzini et le théologien brésilien Leonardo Boff ainsi que par la militante des droits de l'homme Marcia Miranda. le troisième amicus curiae a été rédigé par un expert en droit argentin et montre comment des procédures judiciaires vicieuses aboutissent à des peines injustes pour des défenseurs des droits humains comme Bernardo. Ces trois amicus curiae devaient être présentés à une audience de la Cour le 5 avril, mais cette dernière a été retardée à deux reprises. Ce retard est un schéma récurrent dans la justice guatémaltèque.



Avec Bernardo, la CIDSE espère que la nouvelle date fixée pour l'audience, le 7 mai, sera respectée par la Cour et qu'il aura la possibilité d'être entendu.


(*) L'objectif de l'accord Escazu est de garantir un accès complet et effectif des citoyens aux informations sur les projets environnementaux; participation du public aux processus décisionnels et accès à la justice en matière d'environnement. Il s'agit du premier accord régional d'Amérique latine et des Caraïbes contraignant sur l'environnement. Cet accord ouvre également la voie à des mécanismes de coopération entre les pays. Surtout, il contient des dispositions spécifiques sur les défenseurs des droits de l'homme engagés dans des questions environnementales qui les protègent et les encouragent dans leur travail.

Voir aussi: "Un espoir pour la défense de l'environnement en Amérique latine»Par Walter Prysthon, chef du département Amérique latine et Caraïbes, CCFD-Terre Solidaire


Crédit photo de couverture: Bernardo Caal

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange