Comment une ONG prend la parole: une interview - CIDSE

Comment une ONG prend la parole: une interview

Illustration par Anya Frances Verkamp, ​​chargée de communication de la CIDSE

Dirk Van der Roost a passé l'essentiel de sa carrière dans la coopération au développement: chez Médecins sans Frontières, au cabinet du secrétaire d'État à la coopération au développement et à l'Institut de médecine tropicale d'Anvers. Depuis fin 2012, il travaille chez Broederlijk Delen, d'abord en tant que chef du département international, et maintenant en tant que conseiller politique sur la durabilité et le changement de système.  

Dans ce blog, il réfléchit sur les travaux réalisés jusqu'à présent sur la durabilité et l'empreinte écologique à Broederlijk Delen et sur la manière dont ce travail est lié à leur approche plus large du changement systémique.  

Comment le travail sur l'empreinte écologique a-t-il commencé à Broederlijk Delen? WQuelle a été votre implication?   

Broederlijk Delen a créé un groupe de travail sur la «politique verte» en 2010 dans le cadre de sa responsabilité sociale d'entreprise. À l'époque, il y avait aussi une sensibilité de la part d'un certain nombre de membres du personnel pour assurer la cohérence dans notre organisation et pour nous assurer que nous prenons également la parole en matière de durabilité environnementale. Depuis 2016, je coordonne ce groupe de travail. Il est composé de collègues très motivés et est fortement soutenu par la direction de notre organisation. Cette motivation et ce soutien ont facilité l'organisation de différentes activités et l'élaboration de plusieurs politiques. Grâce à ce groupe par exemple, Broederlijk Delen a mis en place un plan d'action (2018-2021) pour travailler sur la politique verte.  

Quoi voyez-vous comme étapes clés qui Broederlijk Delen a pu intégrer ce travail sur la durabilité et l'empreinte écologique? De quoi êtes-vous fier, personnellement?  

Nous avons pu créer un groupe de travail du personnel actif et engagé sur la politique verte, qui représente les parties pertinentes de notre organisation. Chaque année, nous publions nos principaux indicateurs et politiques environnementaux et sociaux. Nous avons pu mettre en place un système de communication interne pour tenir les collaborateurs informés et motivés sur les pratiques vertes, au travail et dans leur vie privée. Nous avons adopté des politiques et des pratiques en matière d'alimentation durable, de voyages intérieurs, européens et intercontinentaux respectueux de l'environnement et nous avons également signé l'initiative Laudato Si 'd'Ecokerk sur le désinvestissement. Je suis fier de dire que la «politique verte» est devenue centrale dans notre organisation. 

Dans quel domaine a-t-il été le plus difficile de faire un changement?  

Le domaine le plus difficile à changer est clairement les voyages internationaux. L'une des raisons les plus importantes à cela est la tension entre la nécessité d'un contact direct avec les partenaires et alliés internationaux et les émissions qu'elle génère. Les voyages internationaux ont toujours représenté 80 ou 90% de nos émissions, cependant, la valeur ajoutée de rassembler les gens pour discuter et échanger a été si claire, en particulier dans notre travail de plaidoyer. Puisque c'est notre objectif principal, le but social de notre organisation, nous devons voyager mais nous devons le faire de manière consciente. Pas à pas, nous avons pu élaborer une politique claire qui nous permet de mieux équilibrer les avantages du voyage avec l'impact environnemental négatif. Cette année, nous avons commencé à utiliser de manière plus intensive des outils en ligne pour la communication et les réunions virtuelles. Nous avons appris que nous pouvons éviter certains voyages simplement en connectant des personnes en ligne, en particulier dans notre travail avec des partenaires du Sud. Nous avons, par exemple, eu des contributions de certains d'entre eux lors de séminaires et de débats en ligne en Belgique. Cela a créé beaucoup de potentiel pour nos bénévoles de se rencontrer et d'échanger avec nos partenaires directement en ligne, au lieu de nous faire les défendre.   

Comment le travailler sur l'empreinte écologique contribue au changement systémique Broederlijk Delen 

Pour nous, le travail interne sur l'empreinte écologique est en quelque sorte un contrôle de la réalité. J'ai déjà mentionné le domaine des voyages internationaux. Nous appelons à des réductions drastiques des émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique. Au niveau de l'UE, au moins 55% d'émissions en moins d'ici 2030. Mais, pouvons-nous le faire nous-mêmes, pouvons-nous réduire nos émissions de 55% d'ici 2030? Pour le moment, il n'y a pas un engagement à 100% de l'organisation pour y arriver, car nous ne savons pas si nous pouvons le faire. C'est donc une sorte de vérification de la réalité.  

Un autre exemple de vérification de la réalité est lié à l'agroécologie. Nous promouvons l'alimentation à travers la production agroécologique. Cependant, la nourriture que nous utilisons au sein de notre organisation, comme la soupe à midi, la nourriture pour les réunions, etc., est-elle issue de la production agroécologique? Ce n'est pas si facile de l'obtenir en ville et d'être cohérent dans tout ce que vous faites. De nombreux collègues ne savaient même pas ce que signifiait la production agroécologique. Est-ce la même chose que les aliments biologiques ou biologiques? Sinon, quelle est la différence? Ces types de discussions sont les mêmes que nous avons avec nos supporters et nos bénéficiaires. Cela nous pousse à être réalistes et nous oblige à bien expliquer comment nous pouvons avancer.  

Ce ne sont là que deux exemples de la façon dont vos ambitions doivent rester réalistes et vous devez procéder étape par étape. Si vous ne pouvez pas le faire vous-même, vous ne pouvez pas prétendre que toute la société devrait le faire.  

Qu'est-ce qui dans votre carrière et votre vie vous a amené à croire que travailler sur l'empreinte écologique et le changement systémique sont nécessaires pour une organisation?    

Une anecdote me vient directement à l'esprit: j'étais une fois en Ouganda; ça devait être en 1998. À l'époque, je travaillais pour une fédération d'ONG. Au cours d'une de mes visites sur le terrain, j'ai vu un ouvrier de la canne à sucre qui pressait la canne pour presser le jus, le capturant dans un gros récipient. Le soleil brillait sur son corps - il portait un petit short et sa poitrine était nue - il transpirait tout le temps et il travaillait sans cesse… Après une journée complète de travail physique pour «plaire» au grand propriétaire de la ferme, il a peut-être reçu quelques dollars ou shillings ougandais pour son travail. Et j'étais arrivé dans une voiture à quatre roues motrices, souffrant parce qu'il faisait chaud dans la voiture. J'étais assis là depuis environ 30 minutes, avec un petit sac de papier à côté de moi, à l'observer lui et son travail. Pendant ces 30 minutes, mon salaire était supérieur au salaire journalier de cet homme qui faisait un gros travail physique. Pour moi, c'était une image si forte de l'inégalité qui est construite dans notre monde et qui s'est développée dans nos sociétés pendant des centaines d'années.   

  Même si nous faisons un travail de plaidoyer et que nous sommes des militants, ce n'est pas du tout équilibré et je pense qu'il est bon d'en être bien conscient. Être témoin direct de l'extrême pauvreté et être confronté à des gens qui tentent de survivre vous convainc que de grands changements sont nécessaires. Au cours des dernières années, nos connaissances sur le fonctionnement du monde et sur ce qui devrait être fait se sont beaucoup améliorées, grâce aux connaissances qui progressent. Il est clair que le système doit changer radicalement, que la croissance économique ne peut pas conduire à des solutions, etc.  

Dirk Van der Roost
Responsable du département international de Broederlijk Delen
Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange