Déclaration des OSC sur l'adoption du rapport de diligence raisonnable - CIDSE

Déclaration des OSC sur l'adoption du rapport de diligence raisonnable

Déclaration de la société civile sur l'adoption du Parlement européen Rapport législatif sur la diligence raisonnable et la responsabilité d'entreprise

Hier, le Parlement européen a adopté à une large majorité, 504 pour, 79 contre et 112 abstentions, le rapport d'initiative législative de la commission des affaires juridiques du Parlement (JURI) de l'eurodéputée Lara Wolters sur le devoir de diligence et la responsabilité des Commission sur les prochaines étapes nécessaires à entreprendre.

Avec ce rapport, le Parlement européen a montré son ferme soutien à l'initiative législative en cours sur la gouvernance d'entreprise durable lancée en 2020 par la Commission européenne. Cette proposition, qui devrait être déposée en juin 2021, vise à obliger les entreprises à faire preuve de diligence raisonnable afin de prévenir et de traiter les droits de l'homme et les risques et impacts environnementaux au sein de leurs propres opérations et chaînes de valeur; ainsi que de donner accès à un recours judiciaire en cas de préjudice.

Signal fort du Parlement européen

Ce rapport envoie un signal fort à la Commission européenne sur les éléments clés que le Parlement européen attend de la législation à venir. Il appelle à l'introduction d'une obligation de diligence raisonnable des entreprises pour prévenir et traiter les impacts négatifs sur les droits de l'homme, l'environnement (y compris sur le changement climatique) et la bonne gouvernance dans les opérations et les chaînes de valeur des entreprises.

Il stipule que les entreprises doivent veiller à ce que leurs politiques d'achat n'entraînent pas ou ne contribuent pas à des impacts potentiels ou négatifs. Le rapport met en évidence le rôle de la cartographie et de la divulgation de la chaîne de valeur afin que les entreprises puissent mieux identifier leurs relations commerciales; et recommande des exigences de divulgation concernant la stratégie de diligence raisonnable de l'entreprise.

Le rapport prévoit également que les autorités compétentes entreprennent des enquêtes de leur propre initiative ou à la suite de plaintes; et à émettre des amendes et autres sanctions administratives.

Il appelle également les États membres à veiller à ce qu’un régime de responsabilité civile soit en place pour garantir que les entreprises soient tenues pour responsables et qui permette de réparer les dommages causés aux personnes et à la planète.

La Commission doit s'appuyer sur ce rapport

Cependant, la Commission peut encore s'appuyer sur ce rapport dans la législation à venir. Les organisations de la société civile demandent que la législation s'applique obligatoirement à toutes les entreprises; ainsi qu'une obligation de diligence raisonnable plus forte et harmonisée couvrant l'ensemble de la chaîne de valeur. La définition de la diligence raisonnable devrait s'appuyer sur les instruments internationalement reconnus, à savoir les Principes directeurs des Nations Unies et les entreprises et les droits de l'homme et les Principes directeurs de l'OCDE.

La définition donnée aux droits de l'homme, à l'environnement et à la bonne gouvernance doit être clarifiée pour couvrir le plus large éventail d'impacts sur l'ensemble de la chaîne de valeur et correspondre aux objectifs inscrits dans les traités de l'UE en ce qui concerne ces questions.

Bien que le rapport reconnaisse la nécessité d'un engagement avec un large éventail de parties prenantes afin d'établir et de mettre en œuvre la stratégie de diligence raisonnable d'une entreprise, la législation à venir devrait garantir que la consultation est significative et efficace.

En outre, les mécanismes de mise en application (à la fois publics / administratifs et privés / civils) en cas de non-respect des obligations de diligence raisonnable ou de préjudice causé doivent fournir un moyen de dissuasion efficace. À cet égard, nous attendons de la Commission qu'elle envisage la responsabilité pénale ou des instruments équivalents.

Enfin, comme indiqué dans le rapport, l'accès à la justice et aux recours pour les personnes et les communautés touchées en cas de préjudice est essentiel pour le succès de la législation à venir. Pour ce dernier, nous appelons la Commission à mettre en place un régime de responsabilité civile avec des dispositions particulièrement fortes pour faciliter l'accès à la justice des victimes d'abus des entreprises dans le pays et à l'étranger. Celles-ci doivent inclure la responsabilité en cas de non-prévention des dommages tout au long de la chaîne de valeur; une répartition plus équitable de la charge de la preuve pour tous les éléments de preuve; et des délais raisonnables pour les réclamations transnationales.

Les organisations soussignées continueront de faire campagne pour s'assurer que la législation est aussi ambitieuse que possible pour protéger les personnes et la planète.

ORGANISATIONS SIGNATAIRES

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange