La CIDSE appelle à l'annulation de la dette et à un soutien financier aux pays les plus pauvres avant la réunion des ministres des Finances du G20 - CIDSE

La CIDSE appelle à l'annulation de la dette et à un soutien financier aux pays les plus pauvres avant la réunion des ministres des Finances du G20


Au début de la pandémie COVID-19 en février 2020, le pape François n'a pas tardé à appeler à l'annulation immédiate de la dette:

"On ne peut s'attendre à ce que les dettes contractées le soient au prix de sacrifices insupportables. Dans de tels cas, il est nécessaire de trouver - comme en fait c'est en partie le cas - des moyens d'alléger, de reporter ou même d'annuler la dette, compatibles avec le droit fondamental des peuples à la subsistance et au progrès. »

Aujourd'hui, les paroles du Saint-Père sont aussi pertinentes qu'elles l'étaient alors. En plus de la perte tragique de vies humaines, le COVID-19 a poussé les systèmes de santé de nombreux pays pauvres au-delà du point de rupture, laissé des millions de personnes sans emploi et sans moyens de subsistance et a décimé les économies. Elle a exacerbé les inégalités existantes; grâce à laquelle les pays plus puissants peuvent utiliser leur position et leur pouvoir pour garantir l'accès aux vaccins et soutenir leur propre reprise économique. Cela a aggravé les défis pour de nombreux pays qui étaient aux prises avec les effets du changement climatique.

La priorité immédiate pour tous les pays est de sauver des vies et de soutenir les moyens de subsistance, et l'annulation de la dette est le moyen le plus rapide de financer cela. À long terme, une restructuration permanente de la dette et de nouveaux financements sont nécessaires pour reconstruire des sociétés et des économies qui accordent la priorité aux besoins des personnes les plus pauvres et les plus vulnérables, prennent soin de notre maison commune et s'attaquent à la crise climatique.

Nous devons agir dans la solidarité mondiale en tant que famille humaine, passant de la vision myope de ce qui est politiquement, financièrement et techniquement possible, à nous concentrer sur ce qui est nécessaire pour sauver des vies et protéger notre planète pour les générations actuelles et futures.

En tant qu'organisations catholiques de justice sociale, nous appelons donc les ministres des Finances du G20 à répondre à l'urgence de la crise actuelle par la coopération mondiale, la solidarité et le leadership nécessaires:

  1. Soutenir une nouvelle et importante émission de 3 billions de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS) par le FMI, qui permettra à tous les pays de répondre à la crise actuelle de Covid et de soutenir une reprise juste et durable.
  2. Étendre le moratoire sur la dette par le biais de la DSSI (Debt Service Suspension Initiative) pendant plus longtemps (au moins 4 ans) et à plus de pays, y compris les pays vulnérables au climat qui luttaient déjà pour répondre aux pressions accrues du changement climatique.
  3. Faire en sorte que les créanciers privés - qui continuent actuellement d'accepter les remboursements de la dette des pays qui luttent pour répondre aux besoins de leurs citoyens - soient obligés de participer à toutes les restructurations et allègements de dette.
  4. Soutenir un mécanisme permanent de résolution de la dette afin de procéder à une restructuration de la dette rapide, complète et équitable à tous les pays dont le fardeau de la dette est élevé et insoutenable, sans conditionnalité


Voir également Briefing politique de la CIDSE «Financer une réponse et un redressement juste et mondiaux au COVID-19, le rôle de l'annulation de la dette, de la restructuration et du nouveau financement», Février 2021

Crédit photo de couverture: Amis de la Terre International - Creative Commons - CC-BY-NC-ND-2.0

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange