Vote de la commission du PE sur le devoir de diligence: un pas dans la bonne direction, des améliorations supplémentaires sont nécessaires - CIDSE

Vote de la commission du PE sur le devoir de diligence: un pas dans la bonne direction, des améliorations supplémentaires sont nécessaires

Cet après-midi, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a adopté un rapport important demandant à la Commission européenne de présenter une proposition formelle de loi européenne sur le devoir de diligence. La loi oblige les entreprises, y compris les institutions financières, à faire face aux droits de l'homme, aux risques et aux impacts environnementaux et de gouvernance tout au long de leurs chaînes de valeur mondiales. Une telle loi sur la responsabilité des entreprises est nécessaire car les engagements volontaires des entreprises n'ont pas réussi à mettre un terme aux abus continuels des entreprises.

Le rapport, un compromis politique bénéficiant d'un fort soutien multipartite, mérite d'être soutenu par tous les membres du Parlement européen lors de la plénière de mars. Bien qu'elle représente un pas dans la bonne direction, la Commission devra s'appuyer sur cette proposition pour présenter une proposition législative encore plus solide, cohérente et ambitieuse qui fonctionnera dans la pratique et donnera accès à la justice aux victimes de violations des droits de l'homme.

Nous, les organisations soussignées, saluons le rapport comme un début positif vers la responsabilisation des entreprises. Il impose une obligation de diligence raisonnable à certaines entreprises, reconnaît la nécessité de sanctions en cas de non-conformité de l'entreprise, y compris des sanctions administratives, et crée une responsabilité civile en cas de préjudice ou de défaut de diligence raisonnable. Le rapport insiste également à juste titre sur la transparence des entreprises, les rapports et la divulgation, ainsi que sur l'importance d'inclure les parties prenantes - telles que les communautés locales ou les syndicats - dans le processus de diligence raisonnable.

La Commission doit être ambitieuse
La Commission européenne doit utiliser le rapport comme point de départ pour proposer une législation plus ambitieuse en élargissant le champ d'application à toutes les entreprises et en supprimant les exemptions et les distinctions dans les niveaux d'obligation en fonction de la localisation des activités ou du type d'entreprise. La Commission doit instaurer des obligations de diligence raisonnable plus strictes et harmonisées, ainsi que des dispositions en matière de responsabilité et de mise en application des entreprises plus solides, visant à protéger les victimes d'abus des entreprises. Nous recommandons à la Commission de mettre en place un régime de responsabilité civile soutenu par une exécution soutenue par les États membres avec une responsabilité pénale ou des instruments équivalents. Pour garantir que la loi finale donne vraiment des résultats pour les personnes et la planète, des dispositions plus strictes sont nécessaires pour faciliter l'accès à la justice des victimes d'abus des entreprises et pour remédier aux déséquilibres de pouvoir lorsqu'elles demandent réparation. Les victimes doivent être soutenues financièrement lorsqu'elles engagent des poursuites judiciaires et elles doivent être autorisées à saisir les tribunaux lorsque les entreprises ne font pas preuve de diligence raisonnable.

Prochaines étapes
Le rapport sera mis aux voix lors de la première séance plénière de mars. Si le Parlement suit le vote de la commission, les recommandations du rapport pourraient contribuer à façonner l'initiative de loi sur la gouvernance d'entreprise durable annoncée par le commissaire européen à la justice Didier Reynders en avril 2020.
Une fois que la Commission aura proposé un projet de loi, le Parlement européen et les 27 États membres de l'UE devront s'entendre sur le texte pour qu'il entre en vigueur.

Signé par:
Amnesty International
Internationale de lutte contre l'esclavage
CIDSE
Campagne de vêtements propres
ClientEarth
Centre européen des droits constitutionnels et humains
Coalition européenne for Corporate Justice
FIDH
Amis de la Terre Europe
Global Witness
Oxfam UE

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange