20 ans du Forum Social Mondial - CIDSE

20 ans du Forum social mondial

Une courte histoire de la CIDSE par Markus Brun *
Version allemande

2001 n'a pas été seulement l'année du 9 septembre et le début de Wikipédia, c'était aussi la première réunion du Forum social mondial (FSM) à Porto Alegre. J'étais conscient que de nombreux chefs d'entreprise et dirigeants politiques du monde gagnaient chaque année une large couverture médiatique pour leur Forum économique mondial à Davos, contesté par une réunion de coalition d'ONG appelée «Public Eye on Davos» et que de nombreux militants ont tenté de manifester en et autour de Davos. J'étais moins au courant du Forum social mondial organisé simultanément au Brésil sous le thème «Le monde n'est pas un marché» qui a réuni des représentants de 11 pays, y compris des dirigeants syndicaux, des politiciens, des dirigeants communautaires, des jeunes et des militants autochtones.

Le Forum social mondial est né en offrant un effort conscient de développer un avenir alternatif en défendant mondialisation contre-hégémonique. Il se définit comme «un espace ouvert - pluriel, diversifié, non gouvernemental et non partisan - qui stimule le débat décentralisé, la réflexion, la construction de propositions, l'échange d'expériences et les alliances entre mouvements et organisations engagés dans des actions concrètes vers une solidarité plus démocratique et un monde juste… .un espace et un processus permanents pour construire des alternatives néolibéralisme. » Les participants au FSM pensent qu'un autre monde est possible.

Dès le départ, la CIDSE, et notamment son association membre française CCFD-Terre Solidaire, ont joué un rôle très actif dans ce forum. La CIDSE reste membre du Conseil international qui a approuvé la charte du Forum et organisé des délégations pour assister à presque toutes les 16 éditions jusqu'à présent.

Lorsque je me suis joint pour la troisième édition en 2003, une vingtaine de collaborateurs d'agences membres de la CIDSE étaient présents. le CCFD-Terre Solidaire (France) et membre canadien de la CIDSE, Développement et Paix a amené de nombreux militants avec eux - le CCFD à lui seul plus de 100 personnes. Les ateliers fascinants sur le financement du développement ont été l'occasion de rencontrer et de discuter avec des partenaires, en particulier des pays d'Amérique latine. Les journées étaient généralement longues: beaucoup de matière à réflexion, d'élaboration de stratégies et parfois des interventions excessives. Heureusement, Jean-Marie Fardeau, alors secrétaire général du CCFD-Terre Solidaire et président de la CIDSE était un spécialiste des bars à caipirinha locaux. J'ai toujours admiré les capacités de Jean-Marie à prononcer des discours concis au petit matin après une longue et intense nuit.

Le FSM 2004 à Mumbai (Inde) a été un jalon historique lorsque le forum est vraiment devenu mondial. La CIDSE, en collaboration avec Caritas Internationalis, a organisé un grand panel avec des partenaires, des scientifiques et des politiciens: La question «comment redistribuer le pouvoir et la richesse à l'échelle mondiale» a été abordée par des «VIP» tels que Vandana Shiva ou Eveline Herfkens (à l'époque, le secrétaire général de l'ONU coordinateur de la campagne sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)).

Lancement de la campagne CIDSE MDG,
WSF 2005
, Porto Alegre

La CIDSE et ses membres n'ont pas seulement rencontré des partenaires, consulté des scientifiques et échangé avec d'autres militants, ils ont également fait un véritable travail de plaidoyer et ont accordé de plus en plus d'attention au travail des médias professionnels. Un an plus tard - de retour à Porto Alegre - la CIDSE a lancé sa campagne OMD qui appelait non seulement à la justice fiscale mais aussi à 0.7% du PIB pour le développement.




Une campagne qui - du moins en Suisse - a été un grand succès puisque le parlement suisse a introduit 5 ans plus tard une politique officielle de 0.5%.

Panel CIDSE au FSM 2007, Nairobi

De nombreux membres de la CIDSE ont également été impliqués dans des forums régionaux et thématiques qui ont eu lieu entre 2 éditions mondiales, dont le FSM 2007 à Nairobi. La CIDSE a organisé un panel sur les impacts du pétrole, de l'exploitation minière et de l'exploitation forestière sur le développement avec la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Mary Robinson et a poursuivi son travail autour des finances.

La cérémonie de clôture a été impressionnante: pas une fête carnavalesque à travers la ville (comme nous étions habitués au Brésil), mais une marche à travers le bidonville de Kibera; des milliers de personnes ont exprimé tranquillement leur solidarité avec ceux qui n'ont presque rien à manger.

Deux ans plus tard, un forum coloré, festif et pluvieux en Amazonie, où la CIDSE et ses partenaires ont repris leurs activités autour des industries extractives déjà démarrées à Nairobi. Au sein de la CIDSE, le Forum 2011 à Dakar mobilisé beaucoup plus que celui de Belém.

Après la participation de la secrétaire générale de la CIDSE, Christiane Overkamp au FSM 2005 à Porto Alegre, son successeur Bernd Nilles est venu avec une grande délégation de Bruxelles. Son objectif n'était pas seulement de réseauter et d'élaborer des stratégies, mais de réussir travail médiatique et une soirée pour les participants de la CIDSE.

In 2013 et 2015, le FSM s'est arrêté à Tunis. La CIDSE y a discuté avec ses partenaires principalement des changement de paradigmes dans le développement et a entamé ses réflexions autour de nouvelles façons de travailler ensemble à l'échelle mondiale et du changement de système, sans parler des taxes sur les transactions financières, du changement climatique et de l'agroécologie.

2016 a été le premier FSM à se tenir dans un pays du Nord. Difficile d'obtenir des visas pour les collègues et amis des pays du Sud mais une mobilisation impressionnante des mouvements sociaux la. Inspiré par le pape François, la CIDSE a promu l'enseignement social catholique: Laudato Si 'est devenu un sujet de premier plan - mais c'était principalement une nouvelle prémisse de motivation pour examiner les défis mondiaux en cours tels que les effets du changement climatique, les systèmes financiers et la faim.

Marche d'ouverture, WSF 2016, Montréal

2018 retour au Brésil: Salvador de Bahia a accueilli le dernier Forum social mondial physique. Cette année, à l'occasion de son 20e anniversaire, le processus mondial le plus important pour inventer un autre monde doit se réinventer: il doit disparaître en ligne. Puisse ce nouveau format innovant permettre des synergies et des actions créatives afin de réaliser un véritable changement de paradigme conduisant à une redistribution juste et durable de la richesse et du pouvoir à l'échelle mondiale!

Panel CIDSE avec partenaires, FSM 2018, Salvador di Bahia

Le Forum économique mondial n'aura pas non plus lieu en Suisse. Il sera également remplacé en ligne et se rassemblera probablement plus tard cette année à Singapour. Le Forum social mondial espère une édition physique plus tard cette année ou au début de 2022 au Mexique.

About the Author:

Markus Brun (au centre) avec des partenaires
au FSM 2013, Tunis




Markus Brun est chef du département de la coopération internationale à Fastenopfer, Organisation membre suisse de la CIDSE et représente la CIDSE au Conseil international du FSM.




Lecture complémentaire:
"20 ans plus tard, quelle direction pour le Forum social mondial?" par Gilio Brunelli, ancien directeur du département des programmes internationaux de Développement et Paix (Canada)


Photo de couverture: Marche d'ouverture, WSF 2018 Salvador di Bahia. Tous les crédits photo: CIDSE.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange