Il n'y a pas de vaccin contre le changement climatique: l'Église, la jeunesse et la science appellent à un sommet sur l'ambition climatique qui porte bien son nom - CIDSE

Il n'y a pas de vaccin contre le changement climatique: l'Église, la jeunesse et la science appellent à un sommet sur l'ambition climatique qui porte bien son nom

«La crise nous invite à replanifier nos voyages, à construire de nouveaux modèles, vers une conversion écologique», commente le cardinal Peter KA Turkson lors d'un panel de haut niveau préparé par la Commission Vatican Covid-19

À une époque où la planète et les peuples sont malades ensemble, et avant le Climate Ambition Summit (12 décembre) et le 5th anniversaire de l'Accord de Paris, un appel audacieux a été lancé pour une action climatique ambitieuse dans le cadre du panel de haut niveau «Foi, science, jeunesse - un appel pour un sommet climatique ambitieux» organisé par la Commission Vatican Covid-19 et ses partenaires. Les orateurs ont réfléchi aux opportunités et aux défis que la crise du Covid-19 a apportés, comme la nécessité indéniable de changer le système.  

Comme l'a souligné Professeur Schellnhuber (Institut Postdam pour la recherche sur l'impact climatique), seuls quelques pays sont en bonne voie avec les engagements de l'Accord de Paris, mais l'urgence demeure. De plus, «Nous n'échapperons pas au réchauffement climatique à cause des réductions d'émissions résultant des mesures corona. Nous devons le faire de manière systémique, pas en mode crise. » dit le professeur.

Hindou Oumarou Ibrahim (AFPAT, Tchad) a réfléchi à l'importance de prendre soin de la nature et au rôle unique que les autochtones y jouent. Elle a lancé un appel aux dirigeants politiques, au secteur privé, aux jeunes: «Il n'y a pas d'entreprise durable, pas de vie durable, sans nature durable. Si nous ne respectons pas la nature, notre santé sera un gros problème. Elle a souligné qu'il est crucial d'agir car «il n'y a pas de vaccin contre le changement climatique», et les politiciens devraient conduire le changement à travers leurs choix et leurs exemples. Par exemple, pas assez de fonds ont été alloués pour soutenir l'adaptation au changement climatique, en particulier pour les régions les plus vulnérables, alors que la pandémie a démontré qu'il est possible de mobiliser de nombreux fonds.

Cardinal Peter KA Turkson, (Dicastère pour la promotion du développement humain intégral), qui a également joué un rôle crucial dans l'engagement du Vatican pour la justice climatique jusqu'à présent, nous a également rappelé l'urgence de changer de cap, comme le souligne l'encyclique Laudato Si ': «Malheureusement, nous n'y arrivons pas avec un bilan qui permet nous réjouir. Nous sommes sur la bonne voie pour dépasser les 3 degrés [Celsius] de réchauffement. » Il a également réfléchi sur la voie à suivre: «La crise nous invite à replanifier nos voyages, à construire de nouveaux modèles. C'est ce à quoi nous invite le Saint-Père avec son appel à une conversion écologique.

Selon Chiara Martinelli de la CIDSE, l'une des principales organisatrices du webinaire et membre de la Commission Vatican Covid-19 - Groupe de travail sur l'écologie intégrale (WG2), «Les défis de la pandémie ne peuvent être utilisés comme une excuse pour retarder ou diluer action climatique. Plutôt comme un impératif supplémentaire pour un changement transformationnel, pour élever des ambitions et des actions pour un avenir juste et durable à tous les niveaux. En tant qu'individus, nous pouvons faire notre part pour évoluer vers un mode de vie plus durable; Les gouvernements, qui se préparent pour leurs annonces pour samedi, avec leur devoir de diligence, ont des responsabilités spécifiques. »

Notes aux rédacteurs:

-Un résumé vidéo sera publié par la CIDSE dans les jours suivant le webinaire

-En savoir plus sur le travail de la CIDSE sur la justice climatique ici et à propos de la Commission Vatican Covid-19 ici

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange