#WhereIsTheEU? L'UE ne parvient à nouveau pas à protéger les droits de l'homme à l'ONU - CIDSE

#WhereIsTheEU? L'UE ne parvient à nouveau pas à protéger les droits de l'homme à l'ONU

Communiqué de presse: La position de la CIDSE sur la 6th IGWG du Traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme 

«En exposant les vulnérabilités des chaînes d'approvisionnement mondiales et les personnes qui les font fonctionner, la crise du COVID-19 a rendu encore plus claire l'importance de l'agenda des entreprises et des droits de l'homme. La crise a montré en particulier l'urgence d'intensifier les efforts pour garantir que les États protègent les droits de l'homme dans le contexte des activités commerciales et que les entreprises respectent les droits de l'homme, y comprisg droits du travail, dans leurs opérations ». C'était la ligne d'ouverture de l'Union européenne au 6th session des négociations de l'ONU sur un traité des droits de l'homme pour réglementer la conduite des entreprises. Pourtant, les jours suivants, l'Union européenne et ses États membres n'ont pas respecté cette déclaration et n'ont pas apporté de contribution substantielle aux négociations. 

Au titre des mesures de distanciation sociale actuellement appliquées dans le contexte incertain de la pandémie mondiale, la CIDSE salue les efforts du CDH et du Président du groupe de travail intergouvernemental pour maintenir ces négociations, qui ont permis l'avancement du projet de texte du Traité. Dans le contexte du COVID-19, un nombre important d'États se trouvaient dans la salle, d'autres y assistaient à distance. De même, un grand nombre d'organisations de la société civile et de syndicats ont participé aux discussions pratiquement avec des interventions puissantes et substantielles sur le texte. 

La CIDSE et nos partenaires ont lancé des appels forts à la justice pour les personnes touchées, à une forte responsabilité à la lumière du devoir des entreprises de respecter les droits de l'homme, à faire en sorte que les droits de l'homme priment sur les accords de commerce et d'investissement, ainsi qu'à une analyse de genre renforcée et à la protection des défenseurs des droits de l'homme. .  

Lors d'un événement parallèle "Creuser plus profondément: l'exploitation minière en Colombie et le besoin urgent d'un traité des Nations Unies", Mónica López Pushaina, de la communauté autochtone Wayuu, a témoigné sur les effets dévastateurs de la mine de Cerrejón dans sa communauté, notamment les effets sur la santé, les dommages environnementaux et les attaques contre les défenseurs des droits humains. Elle a souligné comment un traité des Nations Unies pourrait empêcher de tels abus et garantir l'accès à la justice pour les communautés touchées.  

Le Brésil, la Chine et la Russie ont pris la parole à de nombreuses reprises pour critiquer des dispositions substantielles du Traité, remettant à plusieurs reprises en question les principes fondamentaux du droit international des droits de l'homme. Plusieurs États ont saisi l'occasion pour protéger les droits de l'homme et appellent au maintien et au renforcement des dispositions essentielles du texte à l'examen. 

Pendant ce temps, l'UE et ses États membres ont honteusement attendu sur la touche: ce comportement dure depuis des années, avec diverses excuses et éludant la responsabilité. Nous avons atteint la sixième année de négociations et l'UE n'a pas encore engagé de négociations de fond, n'ayant posé que quelques questions de clarification.  

En tant que plus grande économie et bloc commercial du monde, l'UE devrait imposer le fonctionnement éthique de ses entreprises. "les citoyens européens veulent se libérer du lien qui existe entre les produits dans leurs maisons et les histoires choquantes de travail exploité et d'écosystèmes dévastés. Ils ne veulent pas faire partie de ce système d'exploitation, dont les pires répercussions affectent toujours plus les femmes et empêchent les populations autochtones de prospérer.», A déclaré Josianne Gauthier, secrétaire générale de la CIDSE. Les membres du Parlement européen ont adopté plus de 10 résolutions au cours des dernières années à l'appui des négociations du traité. L'absence de l'UE est un déni de la volonté des citoyens européens, de leurs représentants, du Comité économique et social européen et du Réseau européen des institutions nationales des droits de l'homme (voir leur déclaration)

L'UE s'est engagée à organiser une consultation publique sur la future loi européenne sur le devoir de diligence obligatoire en matière de droits de l'homme. Compte tenu de cet engagement, l'UE doit rechercher un mandat pour négocier et ses États membres doivent s'acquitter de leur responsabilité de négocier sur le fond dans le traité des Nations unies.  

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange