Du COVID-19 à la transformation radicale de nos systèmes alimentaires - CIDSE

Du COVID-19 à la transformation radicale de nos systèmes alimentaires

Nouveau rapport du Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSC) sur les relations avec le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA)

Le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSC) pour les relations avec le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA) a accueilli aujourd'hui un briefing politique virtuel pour lancer le rapport de synthèse global
"Voix du sol: du COVID-19 à la transformation radicale de nos systèmes alimentaires ».
Le briefing politique a également été l'occasion de présenter les appel à l'action sur le Sommet des systèmes alimentaires.

Communiqué de presse: Les organisations de base mondiales exigent une transformation radicale des systèmes alimentaires pour lutter contre les impacts du COVID-19
Rome, 12 octobre 2020 - La crise alimentaire du COVID-19 est étroitement liée aux injustices économiques, sociales, de genre et environnementales du néolibéralisme de libre marché, indique un rapport lancé aujourd'hui par le plus grand espace international d'organisations de base et de peuples autochtones travaillant à l'éradication de l'alimentation insécurité et malnutrition. La crise ne sera pas résolue par des mesures d'urgence ou des plans de relance qui perpétuent le même modèle, mais seulement par une transformation radicale des systèmes alimentaires conforme aux droits humains.

Entre 83 et 180 millions de personnes supplémentaires pourraient être poussées dans la faim à cause de la pandémie, portant le nombre total de personnes en situation d'insécurité alimentaire à plus de 2 milliards. Des actions audacieuses sont nécessaires pour inverser cette tendance. La promotion de la nourriture en tant que produit de base n'est plus une option, étant donné l'impact catastrophique de l'agriculture industrielle et de l'élevage sur les personnes et les écosystèmes. La souveraineté alimentaire est la seule solution à cette crise. Il garantit le droit à une alimentation saine et culturellement appropriée, produite par des méthodes écologiquement rationnelles et durables, et le droit des personnes à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles.

Le produit rapport montre que les initiatives les plus efficaces pour faire face aux crises alimentaires du COVID-19 sont venues des efforts communautaires - pour prévenir la contagion, protéger les travailleurs (en particulier les migrants), assurer la sécurité alimentaire et économique, mettre fin aux expulsions et à l'accaparement des terres. Malgré la reconnaissance officielle que 70 à 80% du monde est alimenté par de petits producteurs alimentaires et des systèmes alimentaires locaux, la plupart des politiques COVID-19, le soutien financier et les plans de relance économique continuent de favoriser le complexe agro-industriel des entreprises et les chaînes d'approvisionnement mondiales. Les petits producteurs de denrées alimentaires, les travailleurs, les peuples autochtones, les populations urbaines en insécurité alimentaire et sans terre, en particulier les femmes, sont parmi les plus touchés par la pandémie. Leur santé, leurs moyens de subsistance, leur sécurité et leur accès sécurisé aux ressources sont les moins protégés contre la pauvreté, la discrimination et la violence. En outre, le rapport expose comment la destruction des écosystèmes causée par les chaînes alimentaires industrielles est étroitement liée à la montée en puissance de pathogènes tels que le COVID-19. Plutôt que de promouvoir une agriculture intensive orientée vers l'exportation qui perpétue les inégalités, les violations des droits de l'homme et la crise climatique, le rapport exhorte les États à encourager l'agroécologie, qui offre une alimentation saine et nutritive, tout en préservant l'environnement. La pandémie COVID-19 présente une occasion unique d'accélérer la transition agroécologique et d'inverser des décennies de politiques néolibérales qui ont exacerbé les inégalités et conduit à la négligence officielle du domaine public essentiel à la construction d'une santé et d'un bien-être solides et d'une alimentation durable. systèmes.

En outre, il est grand temps que les priorités de développement soient redéfinies conformément à la justice de genre et aux exigences des jeunes en tant que futurs gardiens des systèmes alimentaires, indique le rapport. L'action publique doit donner la priorité à la santé future des personnes et de la planète, mettre fin aux discriminations structurelles et redistribuer le travail de reproduction et de soins sociaux effectué principalement par les femmes. Le rapport est publié avant une réunion virtuelle du Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA) où les gouvernements discuteront de la manière de transformer les systèmes alimentaires mondiaux et de s'attaquer aux impacts du COVID-19.

Le rapport constate de graves lacunes dans la coordination mondiale pour faire face à la pire crise alimentaire depuis plus d'une décennie et que peu de réponses des États à ce jour se sont concentrées sur la réalisation des droits de l'homme ou les besoins des communautés vulnérables et marginalisées. Il y a eu des abus des pouvoirs d'exception et une augmentation de la criminalisation des défenseurs des droits de l'homme, tandis que les réglementations environnementales et du travail ont été affaiblies.

Pourtant, quelques initiatives gouvernementales ont montré qu'il est possible de soutenir les plus vulnérables en fournissant un abri aux sans-abri, des revenus de base universels ou des transferts monétaires en quelques semaines.

Le CSA a le mandat et la capacité de s'attaquer aux fragilités du système alimentaire mondial sur lesquelles le COVID-19 a attiré l'attention. Les voix exprimées dans le rapport l’invitent d’urgence et les États à le faire.

FIN

Contact Presse
Marion Girard | marion.girard.cisneros@csm4cfs.org | +31 686152970

Rapports
• "Voix du sol: du COVID 19 à la transformation radicale de nos systèmes alimentaires »
Rapport des femmes du CSM sur le COVID-19
Déclaration de politique jeunesse du MSC sur le COVID-19

Le rapport a été préparé par le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSC) pour les relations avec le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale et comprend les voix des petits producteurs alimentaires, des peuples autochtones, des travailleurs, des sans-terres, des populations jeunesse.
Le rapport a été officiellement lancé par ses principaux auteurs lors d'une conférence de presse virtuelle le 12 octobre 2020.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange