De nouvelles données révèlent un déficit massif de fonds publics vers l'agroécologie - CIDSE

De nouvelles données révèlent un déficit massif de fonds publics vers l'agroécologie

Ce manque de financement risque de freiner la transition vers des systèmes alimentaires résilients, qui est un élément crucial du juste rétablissement post-pandémique. 

-Rapport disponible en téléchargement en bas de page-

Communiqué de presse en FR / IT

L'agroécologie est de plus en plus reconnue comme essentielle pour renforcer la résilience et faire face à la crise climatique; elle est jugée essentielle pour la poursuite de l'Accord de Paris sur le climat et des objectifs de développement durablei Cependant, le nouveau rapport de la CIDSE en collaboration avec l'Université de Coventry «Finance pour l'agroécologie: plus qu'un rêve?» révèle que les finances actuelles des institutions européennes et internationales renforcent l'agriculture conventionnelle tandis que peu d'argent va à l'agroécologie, ce qui rend la transition difficile à réaliser.   

L'étude se concentre sur les fonds d'aide publique au développement (APD) de l'UE acheminés de 2016 à 2018 par le biais de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Dans le même temps, l'étude se concentre également sur le portefeuille du Fonds vert pour le climat (FVC), de sa création à décembre 2019.  

Les données collectées révèlent que:  

Concernant les projets agricoles financés par l'UE via la FAO, le FIDA et le PAM  

  • Aucun d'entre eux ne soutient l'agroécologie transformatrice, en d'autres termes, envisage une transformation à la fois des agroécosystèmes et des systèmes alimentaires; 
  • Près de 80% promeuvent des approches business as usual et des approches axées sur l'efficacité (telles que l'intensification durable); 
  • 2.7% des fonds concernent des projets qui représentent un premier pas vers l'agroécologie.  

Concernant les projets agricoles financés par le Fonds vert pour le climat 

  • Près de 80% des fonds sont dirigés vers des programmes et des projets promouvant des approches commerciales comme d'habitude et des approches axées sur l'efficacité (comme l'intensification durable); 
  •  10.6% de l'argent investi dans des projets agricoles par le FVC soutient l'agroécologie transformatrice;   
  • 10.1% des fonds sont destinés à des projets qui représentent un premier pas vers l'agroécologie.  

Cela se produit dans un contexte où les partenariats public-privé (PPP) et le financement `` mixte '' - des mécanismes qui reposent sur des partenariats avec des entreprises du secteur privé et des acteurs financiers - se sont multipliés, mais ils se sont avérés se concentrer sur l'agriculture industrielle et leurs avantages pour les petits exploitants. ont été sérieusement remis en question. 

«À la lumière de ce rapport, il est crucial de réorienter les financements vers l'agroécologie et de mettre fin au financement de projets qui nuisent à la transformation des systèmes alimentaires. Sans ce changement, il ne sera tout simplement pas possible de garantir le droit à l'alimentation pour tous dans un climat en évolution. » a déclaré François Delvaux, responsable de l'agroécologie et de la souveraineté alimentaire de la CIDSE.  

Le rapport fait valoir qu'en tant qu'investisseurs publics de premier plan, le Fonds vert pour le climat, les États membres de l'UE et l'Union européenne ont le potentiel de jouer un rôle important dans le soutien de la transformation de nos systèmes alimentaires et de financer des projets qui protègent l'environnement et luttent contre le changement climatique comme l'agroécologie le fait. Les agences basées à Rome (FAO, FIDA et PAM) ont également un rôle clé à jouer pour soutenir cette transformation. 

«Les données montrent que l'agroécologie est toujours sous-financée. Un énorme potentiel de changement reste inexploité », a déclaré Nina Moeller, chercheuse principale du Center for Agroecology, Water and Resilience (CAWR) de l'Université de Coventry.  

Comment les flux financiers peuvent-ils catalyser la transformation? C'est une vaste question à laquelle la CIDSE et le CAWR de l'Université de Coventry ont commencé à répondre par la recherche-action et le dialogue avec diverses parties prenantes. Les résultats de cette recherche seront publiés plus tard cette année. 
 

Notes aux éditeurs:  

François Delvaux, responsable des politiques d'agroécologie et de souveraineté alimentaire à la CIDSE et Nina Moeller, chercheuse principale de l'Université de Coventry, sont disponibles pour des entretiens. Contact médias: Valentina Pavarotti, pavarotti@cidse.org 

-Consulter le rapport pour plus de précisions sur la méthodologie de la recherche, des données supplémentaires et une liste de recommandations  

-Pour des éclaircissements sur ce qu'est l'agroécologie, vous pouvez consulter le CIDSE Principes d'agroécologie  

-Voir également le rapport Biovision et IPES-food «Flux d'argent: qu'est-ce qui freine l'investissement dans la recherche agroécologique pour l'Afrique?» (Juin 2020): http://www.ipes-food.org/pages/MoneyFlows

Image: «Gerardo Germano da Silva récolte du coton agroécologique au Ceará, Brésil» by affaires agricoles sous est autorisé CC BY-NC-SA 2.0 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange