Rapport sur l'état du droit à l'alimentation et à la nutrition 2020 - CIDSE

Rapport sur l'état du droit à l'alimentation et à la nutrition 2020

Auteurs: Daniel Fyfe, Ayushi Kalyan, Yifang Tang, M. Alejandra Morena, Astrud Lea Beringer

A un nouveau rapport du Réseau mondial pour le droit à l'alimentation et à la nutrition (GNRtFN) décrit une histoire alternative de la faim

Un peu plus d'une semaine après la publication du rapport de l'ONU sur l'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition (SOFI) présentant les chiffres de la faim et de l'insécurité alimentaire dans le monde, le Réseau mondial pour le droit à l'alimentation et à la nutrition (GNRtFN) publie son état 2020 du droit à Rapport sur l'alimentation et la nutrition.

Comme dans le édition précédente, ce numéro cherche à compléter SOFI en utilisant une approche alternative basée sur les progrès concernant le droit à l'alimentation et la souveraineté alimentaire pour surveiller la faim et la malnutrition.

«Le but est de regarder au-delà des chiffres présentés par SOFI, en présentant des aperçus des luttes sur le terrain à travers les régions, une perspective trop souvent laissée de côté dans les discussions sur l'insécurité alimentaire», explique Daniel Fyfe, coordinateur du suivi de FIAN International, Secrétariat du GNRtFN.

«Les communautés, les mouvements sociaux et les organisations de la société civile travaillant quotidiennement sur le terrain sont les« vrais experts »dont la voix doit être entendue lors du suivi du droit à l'alimentation et à la nutrition», Fyfe continue.

Le rapport de cette année présente également comment la pandémie de COVID-19 a révélé des décennies de politiques ratées qui réduisent les droits sociaux et du travail des gens, les laissant à la merci des banques alimentaires et d'autres organismes de bienfaisance. Ensemble avec Rapports de surveillance COVID-19 de FIAN International, ce numéro met en évidence comment les causes structurelles de la faim et de la malnutrition sont antérieures à la pandémie COVID-19, ce qui, selon SOFI, augmentera considérablement le nombre de personnes souffrant de la faim, ce qui rendra encore plus difficile l'objectif Faim Zéro d'ici 2030 de l'Objectif de développement durable 2. atteindre.

Certains des développements sur le droit à l'alimentation et à la nutrition mis en évidence dans le rapport comprennent:

  • L'épidémie de la maladie COVID-19 a mis en évidence la lien intrinsèque entre le système alimentaire industriel prédominant, le changement climatique et l'éco-destruction. Le droit à l'alimentation et à la nutrition offre un lieu de convergence pour les mouvements agraires et pour la justice climatique, et sert d'outil puissant pour faire face à la crise climatique.
  • Dans toutes les régions, les communautés et les gouvernements locaux transforment déjà activement les systèmes alimentaires, comme à Gaza où les pratiques agricoles urbaines et périurbaines sont devenues des stratégies pour parvenir à la souveraineté alimentaire dans un contexte de crise prolongée; ou dans les îles Baléares espagnoles, où le gouvernement local a utilisé sa politique d'achat pour acheter des produits alimentaires frais auprès de petits producteurs locaux pour l'aide alimentaire ainsi que pour les repas scolaires publics.
  • L'autoritarisme et les attaques contre les droits de l'homme persistent dans toutes les régions, par exemple en Inde, aux Philippines et au Malawi. Les meurtres de défenseurs des droits humains continuent d'être monnaie courante en Colombie, au Mexique, au Honduras et au Brésil.
  • D'autre part, le droit à l'alimentation et à la nutrition a été renforcé grâce à des développements juridiques progressifs au niveau national, par exemple au Paraguay, au Honduras et au Togo. Au niveau régional, la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples a adopté une résolution sur le droit à l'alimentation et à la nutrition, tandis que la Cour interaméricaine des droits de l'homme a rendu une décision historique reconnaissant pour la première fois une violation du droit à l'alimentation.
  • La responsabilité en matière de droits de l'homme au niveau international continue d'être affaiblie: le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a souffert de graves contraintes budgétaires et la société civile à travers le monde sévèrement critiqué la signature d'un accord de partenariat stratégique entre l'ONU et le Forum économique mondial comme prise de possession de l'ONU par les entreprises.

«Le rapport sur l'état du droit à l'alimentation et à la nutrition confirme la nécessité urgente de protéger les droits de l'homme», Souligne Daniel Fyfe.

"À la lumière des multiples crises actuelles, les communautés du monde entier ont déjà commencé à s'organiser pour la transformation des systèmes alimentaires, ce qui implique de revendiquer les droits des petits producteurs alimentaires qui produisent la plupart des aliments que nous consommons. Plus que jamais, les États doivent mettre en œuvre d'urgence instruments clés pour la réalisation du droit à une alimentation et une nutrition adéquates adoptée par le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale, ainsi que la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales», Conclut Fyfe



Remarque: le rapport couvre la période allant de juillet 2019 à juillet 2020. Il ne prétend pas être exhaustif, mais couvre plutôt les pays, les régions et les cas où le Membres du GNRtFN sont actifs.

La CIDSE est membre du Réseau mondial pour le droit à l'alimentation et à la nutrition, qui rassemble près de 50 organisations de la société civile et mouvements sociaux de toutes les régions du monde.

Partager ce contenu sur les médias sociaux