Inverser la tendance des projets d'annexion israéliens - CIDSE

Renverser le courant des plans israéliens d'annexion

Appel à l'action: inverser le cours des plans israéliens d'annexion de parties de la Cisjordanie

Dans l'accord de coalition, le nouveau gouvernement d'urgence israélien a exprimé son intention d'annexer unilatéralement des parties de la Cisjordanie occupée à partir du 2020er juillet XNUMX. Cette étape marquerait le début de la mise en œuvre effective de la Plan Trump. L'annexion imminente d'Israël a fait l'objet d'une condamnation généralisée. Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, le Haut représentant et vice-président de l'UE,  Josep Borrell, ainsi quedes Patriarches et chefs des églises de Terre Sainte ont, entre autres, exprimé leurs inquiétudes au sujet de l'annexion, avertissant qu'elle nuirait à une solution pacifique et fondée sur les droits du conflit, ainsi qu'à la stabilité de la région.

L'annexion équivaut à un acte d'agression et est strictement interdite par le droit international en toutes circonstances. Il viole la Charte des Nations Unies, la résolution 2625 (XXV) de l'Assemblée générale des Nations Unies, et les résolutions 242 et 497 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Lorsqu'Israël a annexé Jérusalem-Est et le plateau du Golan dans les années 1980, l'ONU a condamné de manière univoque ces mesures, interdit fermement l'acquisition de territoire par la guerre, et a appelé les États à ne pas reconnaître la souveraineté israélienne dans ces domaines. Toutefois, au fil des ans, le non-respect par les États tiers de leur obligation de mettre fin à la situation illégale a conduit à l'impunité d'Israël en ce qui concerne ces annexions illégales. Si Israël poursuit l'annexion de certaines parties de la Cisjordanie et n'est pas tenu responsable, il en résultera une grave violation du droit international qui se répercutera probablement sur d'autres conflits territoriaux.

Les organisations partenaires des membres de la CIDSE en Israël et en Palestine sont profondément préoccupées par la possible annexion et le mépris du gouvernement israélien pour le droit international soutenu et encouragé par l'administration américaine. Bien que les grandes lignes exactes des plans ne soient toujours pas claires, les partenaires préviennent qu’une telle initiative entraînerait inévitablement une détérioration des droits de l’homme des Palestiniens et du droit des Palestiniens à l’autodétermination. L'annexion aurait un impact dévastateur sur la vie quotidienne des Palestiniens vivant sur les terres annexées. Si le modèle de Jérusalem-Est se reflète sur la Cisjordanie, après l'annexion, nous pouvons nous attendre à une expropriation massive des terres et à la nationalisation de la propriété et des terres privées palestiniennes. Cela entraînerait à son tour une augmentation des expulsions, des démolitions de maisons et des transferts forcés.

Un récent rapport des volontaires israéliens pour l'organisation des droits de l'homme, Oui Din, prévient que l'annexion exacerberait la liberté de mouvement limitée que les Palestiniens connaissent déjà aujourd'hui. L'isolement accru des enclaves palestiniennes, les nouvelles règles de sécurité et la construction de routes de contournement supplémentaires pour les colons entraîneraient un accès encore plus restreint à l'éducation, aux soins de santé, aux marchés, aux lieux de travail, et bien sûr à la famille et aux proches. En outre, l'annexion de la vallée du Jourdain, la bande fertile de terres qui longe la frontière avec la Jordanie, entraînerait une perte importante de terres agricoles palestiniennes et, à son tour, une perte de revenus. L'annexion corroderait davantage le tissu économique et social de la société palestinienne, et cela ne se limitera pas à la vie palestinienne en Cisjordanie. Les restrictions de circulation accrues aggraveraient encore la Politique israélienne de séparation d’après laquelle tant la circulation des personnes que celle des biens entre Gaza, Jérusalem-Est et la Cisjordanie sont limitées et même utilisées comme mesures punitives. Cela aura encore un impact négatif sur la situation déjà désastreuse à Gaza.

Dans une entretien à la fin du mois de mai, le Premier ministre Netanyahu a déclaré que les Palestiniens ne recevraient pas la citoyenneté et resteraient confinés dans des enclaves, contrôlées militairement par Israël. Même si l'Autorité palestinienne continuerait théoriquement à gouverner ces enclaves, son autonomie sera gravement compromise par le contrôle israélien sur l'accès, la mobilité et la sécurité. Les plans du gouvernement israélien témoignent de sa volonté de maximiser le territoire sous sa souveraineté tout en excluant les Palestiniens. Même si les Palestiniens des territoires annexés obtiennent la citoyenneté et que les enclaves restantes deviennent indépendantes, cela laisserait le territoire palestinien très fragmenté et toujours sous contrôle israélien. Dans la pratique, cela aboutirait à un régime de contrôle discriminatoire dans lequel, sur la base de l'appartenance ethnique, certaines personnes auront la pleine citoyenneté et les droits civils et politiques et d'autres non. Rapporteur spécial de l'ONU Michael Lynk a souligné ce risque en déclarant que «le plan cristalliserait un apartheid du XXIe siècle, laissant dans son sillage la disparition du droit des Palestiniens à l'autodétermination ». À cet égard, nous devons garder à l’esprit que la réalisation des droits de l’homme et de l’autodétermination des Palestiniens ne doivent pas dépendre de leur situation géographique, mais doivent être poursuivis pour tous.

Deux éléments sont essentiels pour trouver une voie constructive et prévenir une grave détérioration du conflit et de la situation des droits de l'homme et du droit international. Premièrement, Israël doit être tenu responsable de ses violations flagrantes et systématiques des droits de l'homme des Palestiniens. Tout en reconnaissant le droit israélien à l'autodétermination et à la sécurité, il faut l'étendre aux Palestiniens. Par conséquent, il est primordial de favoriser le soutien international aux mécanismes de responsabilité existants. Il s'agit notamment de la Base de données du HCR des sociétés opérant dans les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, ainsi que de l'Enquête de la CPI sur des crimes commis dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est. Deuxièmement, les droits collectifs et internationaux des Palestiniens doivent occuper une place centrale dans les négociations. Une approche basée sur les droits peut offrir un moyen de sortir du paradigme défaillant d'Oslo. À cet égard, il convient de remédier au manque de légitimité de l'Autorité palestinienne en encourageant le renouvellement du leadership palestinien par le biais d'élections et d'unification attendus depuis longtemps. Cela pourrait donner de l'oxygène et de l'espace aux revendications, ambitions et visions légitimes du peuple palestinien pour l'avenir.

Il est indéniable que le manque de volonté en matière de politique internationale à agir nous a largement amenés à ce point. Récemment, l'UE et ses États membres se sont montrés plus francs contre l'annexion d'Israël. Le haut représentant et vice-président de l'UE Josep Borrell a souligné que l'annexion "Ne pouvait se dérouler sans être contestée". Dans le cas de l'annexion russe de la Crimée, l'UE a prouvé sa volonté de réagir fermement contre l'annexion illégale. Encore une fois, l'UE doit respecter ses normes internes et faire preuve de la même force en s'opposant aux revendications israéliennes de souveraineté sur la Cisjordanie palestinienne. L'UE devrait commencer par vigoureusement mettre en œuvre la législation existante sur la différenciation entre Israël et les colonies illégales de Cisjordanie, et par faire respecter l'étiquetage correct des produits des colonies, comme la Cour européenne de justice. Le moment est venu pour l'UE de jouer un rôle actif depuis longtemps en tant que médiateur et de parvenir à un accord multilatéral. Cela peut et doit être un moment charnière pour inverser la tendance.


Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange