La CIDSE se joint à l'appel du Pape pour arrêter l'écocide et sauver l'Amazonie et le monde

La CIDSE se joint à l'appel du Pape pour arrêter l'écocide et sauver l'Amazonie et le monde

Ci-dessous quelques commentaires de Josianne Gauthier, Secrétaire Générale de la CIDSE, qui a participé au Synode

L'Exhortation du Pape « Querida Amazonia» rappelle les messages de Laudato Si ', nous invitant à sauver l'Amazonie et la planète entière en solidarité et en collaboration avec tous ses habitants, en entreprenant une profonde conversion.

La CIDSE se félicite de l'Exhortation du Pape, un appel poétique à entreprendre des changements radicaux pour préserver l'Amazonie en tant que source de vie pour le monde entier et à écouter la sagesse et respecter les droits de ses peuples traditionnels et indigènes. Ce document, dans lequel il nous rappelle l'importance du Synode sur l'Amazonie, conforte le travail que nous menons dans la région depuis des décennies, à l’écoute de la voix et des demandes des communautés locales. Leurs témoignages nous ont permis de constater l'exploitation des terres et des ressources de l'Amazonie qui est source de dégradations et de dommages irréversibles, favorisant l’«écocide», le changement climatique dans le monde entier et les conflits sociaux qui affectent principalement les populations locales, y compris "la criminalisation des mouvements sociaux et l'assassinat de leurs dirigeants" [cf. Document du Synode, chapitre III, b].

Comme l'a déclaré le Pape François, l'écologie et la justice sociale sont intrinsèquement liées et la région amazonienne est un exemple clair de la fragilité d'un tel équilibre. Mais c'est également vrai au-delà de la région pan-amazonienne : il s'agit de tout un système mondial qui permet aux multinationales d'exploiter les terres et les ressources sans prêter suffisamment attention aux conséquences sur les populations et sur l'environnement. La CIDSE se joint à l'appel du Pape en faveur d'un nouveau système mondial où les personnes et la planète sont au premier plan.

Le Synode sur l'Amazonie a également rappelé que les actions quotidiennes ont des répercussions au niveau mondial et que nous sommes interconnectés en tant qu'êtres humains par notre mode de vie et nos choix économiques. Nous avons besoin d'un système différent et de meilleurs choix disponibles autour de nous, mais en fin de compte, c'est à nous de faire des choix plus courageux sur le type de produits à utiliser et le mode de vie à adopter, en tenant compte de l'impact qu'ils auront sur les personnes et sur la planète. Nous devons tous entreprendre une conversion intégrale "à un style de vie simple et modeste" [cf. Document du Synode, Ch. I]. Citant abondamment Laudato Si', le Pape nous rappelle qu'en éludant notre responsabilité d'agir, nous cherchons à justifier notre mode de vie actuel de surconsommation : "les choses ne semblent pas si graves, et la planète pourrait continuer comme elle le fait pendant un certain temps. De tels propos évasifs nous permettent de poursuivre nos modes de vie et nos modèles de production et de consommation actuels. C'est ainsi que les êtres humains parviennent à nourrir leurs vices autodestructeurs, en essayant de ne pas les voir, en essayant de ne pas les reconnaître, en retardant les décisions importantes et en prétendant que rien n’arrivera ».

Nous sommes également inspirés par l'Église qui est représentée par l'Exhortation et que le Synode a décrite : une Église humble qui s'élève contre l'injustice, qui défend les plus vulnérables et qui respecte la culture des peuples indigènes tout en rejetant une approche colonialiste. Le vaste processus de consultation qui a précédé le Synode, l'écoute des préoccupations des communautés, la consultation de milliers de femmes et d'hommes vivant dans la région, ont renforcé le processus du Synode avec des apports réels et l'ont rendu convaincant et pertinent pour nos partenaires de la région.

En tant qu'organisation engagée dans le Genre, nous nous sommes également félicités que de nombreuses femmes aient été écoutées lors des consultations synodales, et que 40 d'entre elles aient été présentes et activement impliquées lors du Synode à Rome, dont notre Secrétaire Générale, Josianne Gauthier. Celle-ci a déclaré : "La façon dont nous nous traitons les uns les autres est intimement liée à la façon dont nous traitons la planète. Reconnaître l'égalité et la dignité des femmes, que ce soit dans la société en général ou dans l'Église, c'est choisir de défendre la justice pour tous. Cela n'est pas facultatif. "L'Exhortation reconnaît la contribution inestimable des femmes dans la vie de l'Église, en particulier en Amazonie. En outre, le pape François souligne également que cela nécessitera des changements dans les prises de décision futures : les évêques et toute l'Église d’Amazonie, et au-delà, sont appelés à faire des propositions concrètes pour créer un espace et de nouveaux rôles pour les femmes.

Cette Exhortation est une invitation à renouer avec les messages fondamentaux de Laudato Si' et à revivre le processus du Synode où une grande richesse de témoignages puissants a été recueillie auprès des communautés de base. Nous nous en réjouissons alors que cette année sera celle où devront être prises des décisions cruciales au niveau mondial pour éradiquer la pauvreté et mettre fin au changement climatique. L'Exhortation nous donne la voie que vous devrons prendre pour réaliser la profonde transformation requise, en partant de l'Amazonie et en projetant ce changement dans le reste du monde. Le processus synodal se poursuivra et nous guidera, nous qui travaillons pour que ses principes se transforment en actions et appels politiques.

Commentaires de Josianne Gauthier, Secrétaire générale de la CIDSE, qui a participé au Synode

« L'Exhortation est la continuation d'un processus et d'une réflexion qui a commencé avec les communautés, en particulier les peuples indigènes de l'Amazonie. Elle invite à écouter toujours et encore leurs voix, leurs cris et aussi leur sagesse face à la crise écologique et culturelle urgente à laquelle nous sommes tous confrontés. Il ne s'agit pas seulement de l'Amazonie, mais de nous tous, de notre mode de vie, de nos responsabilités, de nos mentalités colonialistes, et de la façon dont nous nous justifions au lieu de remettre en question notre propre comportement consumériste". »

« L'Exhortation s’inscrit dans un cadre plus spirituel, contemplatif et poétique des enjeux politiques cruciaux : la surexploitation des ressources naturelles, la violation des droits de l'homme, un modèle économique qui a de graves répercussions sur la survie des espèces et des cultures. C'est une invitation à rester à l’écoute de la diversité des voix alors que nous travaillons ensemble à lutter pour la justice. »

« Au cœur de l'Exhortation post-synodale, nous retrouvons les messages retentissants de Laudato Si', dans toute leur force politique. Nous entendons une fois de plus l’appel à écouter la voix et la sagesse des cultures traditionnelles, à remettre en question notre modèle de développement et notre idée du progrès et à l’évaluer face à la destruction de la nature et à la violence faite à ceux qui la défendent. »

Contact pour les médias:
Valentina Pavarotti, Chargée de Communication et Médias de la CIDSE
pavarotti@cidse.org, T: +32 (0) 491 39 54 75

Photo de couverture: Ana Palacios / CIDSE / REPAM
Crédit photo Josianne Gauthier, Secrétaire générale de la CIDSE: CIDSE

Partager ce contenu sur les médias sociaux