COP25 - OUT sur l'ambition, la finance et les droits de l'homme - CIDSE

COP25 - OUT sur l'ambition, la finance et les droits de l'homme

La CIDSE avait bon espoir qu'après un an d'action dans la rue, une science alarmante; des incendies, des sécheresses et des tempêtes plus extrêmes frappant les communautés vulnérables; et sous la bannière de la Conférence «Il est temps d'agir», nous verrions des décisions fortes. Au lieu de cela, ces discussions sur le climat ont suivi la domination du capital; bloquer l'ambition et les engagements sur le financement climatique. Le débat sur les règles du commerce du carbone s'est effondré alors que les pays puissants aux intérêts particuliers comme l'Australie et le Brésil cherchaient des échappatoires.

Il est temps que les nations les plus riches mettent leur argent là où se trouve leur bouche et aident les plus pauvres à s'adapter au changement climatique, tout en s'attaquant aux pertes et dommages actuels et futurs, et promeuvent une agriculture qui aide tous à vivre en douceur sur la terre.

Approches fondées sur les droits

Droits humains devrait être explicitement reconnu dans toutes les nouvelles règles clés (pour aller plus loin que la mention dans le préambule de l'Accord de Paris - AP). Les droits de l'homme sont souvent omis dans l'élaboration de politiques et d'orientations pour la mise en œuvre de l'AP telles que la réduction de la pauvreté, les droits des peuples autochtones, la participation et la transparence du public, l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, la sécurité alimentaire, la transition juste pour les travailleurs et le travail décent, la justice intergénérationnelle et l'intégrité de l'écosystème.

Lors de cette COP, des progrès ont été réalisés dans un programme de travail amélioré sur le genre et le Plan d'action sur le genre, qui comprend désormais un libellé sur les approches fondées sur les droits.

Dans d'autres domaines, les droits de l'homme ont été mis à l'écart ou minimisés, en particulier dans les arguments concernant l'article 6 sur le commerce du carbone. Pourtant, ils sont fondamentaux pour un avenir pour les pauvres, les générations futures et peut-être l'existence humaine sur cette planète.

(ONU) Plans de mise en œuvre ambitieux

Toutes les parties à l'accord de Paris devraient présenter des plans climatiques nationaux plus solides en 2020. Nous recherchions des signaux indiquant que ceux-ci seraient fixés à un niveau compatible avec une limitation de la hausse des températures à 1.5 ° C. Nous avons également demandé une soumission rapide d'ici début septembre, afin de permettre à l'ONU d'évaluer l'écart entre ce qui est promis et ce qui est nécessaire.

Seuls quelques pays ont profité de l'occasion pour annoncer des plans plus ambitieux (voir Alliance de haute ambition). Cependant, aucun accord n'a été trouvé sur un délai de soumission, le projet de texte de décision final de la COP25 disant simplement: "Les stress l'urgence d'une ambition renforcée afin d'assurer les efforts d'atténuation et d'adaptation les plus élevés possibles de toutes les Parties ».

À la lumière de l'échec de l'ambition collective à l'horizon 2030, l'UE doit intensifier son rôle de chef de file en matière de climat et augmenter substantiellement son engagement climatique pour 2030 au début de 2020.

La finance climatique

Nous recherchions des signaux d'un engagement plus important en faveur du financement climatique pour 2020, y compris un engagement plus fort en faveur de l'adaptation.

Là encore, la COP25 n'a pas réussi. La décision finale «rappelant» simplement l'engagement pris par les pays développés parties à un objectif de mobilisation de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement; et appelant vaguement «les entités internationales» à continuer de soutenir «les mesures pour éviter, minimiser et traiter les effets néfastes du changement climatique».

En particulier, et en solidarité avec les personnes les plus touchées par le changement climatique, la CIDSE est profondément déçue de l'absence d'engagement en faveur d'un financement supplémentaire et d'un mécanisme financier pour faire face aux pertes et dommages. Des progrès très limités ont été accomplis dans l'examen du Mécanisme international de Varsovie (WIM) sur les pertes et dommages, y compris une demande de clarifier comment les pays en développement peuvent accéder au financement du Fonds vert pour le climat et d'autres mécanismes financiers dans le cadre de la CCNUCC et de l'Accord de Paris, pour remédier aux pertes et dommages dans les pays en développement dus au changement climatique. Cependant, cette clarification ne garantit pas que plus d'argent sera fourni. Il a également été décidé de créer un groupe d'experts chargé d'élaborer un plan d'action ciblé pour le WIM et le «réseau de Santiago» pour faciliter l'assistance technique et le soutien entre les pays. La question de la gouvernance du Mécanisme international de Varsovie a été renvoyée à la COP26.

Article 6 sur le commerce du carbone

La CIDSE ne préconise pas l'échange de droits d'émission de carbone comme un outil efficace pour l'engagement national à réduire les émissions. Nous avons considéré qu'un article 6 efficace ne fonctionnerait que s'il comportait tous ces éléments: règles comptables solides, sensibilité au genre, garanties en matière de droits de l'homme, intégrité environnementale, pas de report des projets des régimes antérieurs, consultation obligatoire des parties prenantes et un mécanisme de réclamation indépendant.

À la lumière de cela, et compte tenu des efforts déterminés de quelques pays pour créer des échappatoires, y compris le double comptage et le report des crédits du Mécanisme pour un développement propre (MDP), nous nous félicitons que la discussion sur l'article 6 ait été reportée à la COP26. Cela donne plus de temps pour établir des règles équitables, justes et robustes autour du commerce du carbone - si elles sont écrites du tout.

Crédit photo: CIDSE

Partager ce contenu sur les médias sociaux

1 réflexion sur "COP25 - OUT sur l'ambition, la finance et les droits de l'homme"

  1. Pingback: COP25 - À procura de ambição, financiamento et Direitos Humanos | FEC

Les commentaires sont fermés.