«AMAZON FRAGILE» - CIDSE
Ana Palacios / CIDSE et REPAM photo de l'exposition de photos "Amazonie fragile"

“AMAZON FRAGILE”

Exposition de photos de Ana Palacios. Produit par CIDSE en collaboration avec REPAM, cofinancé par l'Union européenne.
CETTE EXPOSITION est prête à voyager et montrer en tout lieu que notre organisations membres décider. Les textes de l'exposition photo sont prêts à l'emploi en anglais et en espagnol. S'il vous plaît, si vous êtes intéressé ou avez toute autre question, contactez ogereau (at) cidse.org.
DOSSIER GÉNÉRAL EXPOSITION DE PHOTOS (en PDF) (Espagnol / Italien/ Anglais)

Le pape François reçoit le dossier de l'exposition photographique «Amazonie fragile» de Josianne Gauthier et Pirmin Spiegel, directeur de Misereor. Photo © Vatican Media

«L'Amazonie est incroyablement puissante, mais magnifiquement vulnérable. Le fleuve, la forêt et le peuple témoignent de la création. Avec quelle facilité nous abusons, négligeons, détruisons et jetons ce qui est le plus précieux, le plus essentiel. À travers ces images, nous pouvons entendre les voix de l'Amazonie et les soutenir. Nous sommes appelés à remettre en question nos choix, nos privilèges et à nous rappeler que nous sommes tous interconnectés ».

Josianne Gauthier, secrétaire générale CIDSE

«La région panamazonienne est une source de vie au cœur de l'Église et du monde. Leur présence particulière, leurs spiritualités, leur éco-biodiversité et leur beauté nous parlent du mystère de la création de Dieu. D'un autre côté, le modèle de culture jetable menace tout ce qui chante la vie et l'espoir dans la région. Il est temps d'agir au nom de la vie et de l'espérance ».

Mauricio López, secrétaire exécutif, REPAM (Réseau ecclésiastique panamazonien)
Vue sur les rives de l'Amazone depuis Caballococha. Caballococha. Département de Loreto. Pérou

«Louange à toi, Seigneur, pour ton merveilleux travail auprès de tes peuples amazoniens et pour toute la biodiversité que ces terres englobent! (…) Je voulais venir vous rendre visite et vous écouter, afin que nous puissions nous tenir ensemble, au cœur de l'Église, partager vos défis et réaffirmer avec vous un choix sincère pour la défense de la vie, la défense de la la terre et la défense des cultures ».

Rencontre du Pape François avec les peuples autochtones d'Amazonie Janvier 2018, Puerto Maldonado (Pérou)

LA RIVIÈRE AMAZONIENNE EST COMME UNE ARTÈRE DU CONTINENT ET DU MONDE, ELLE S'ÉCOULE COMME DES VEINES POUR LA FLORE ET LA FAUNE DU TERRITOIRE, COMME UN RESSORT POUR SES PEUPLES, SES CULTURES ET SES EXPRESSIONS SPIRITUELLES.

LE BASSIN DE LA RIVIÈRE AMAZON ET LES FORÊTS TROPICALES ENVIRONNANTES NOURRISSENT LE SOL ET RÉGULENT, À TRAVERS LE RECYCLAGE DE L'HUMIDITÉ, LES CYCLES DE L'EAU, DE L'ÉNERGIE ET ​​DU CARBONE AU NIVEAU PLANÉTAIRE. L'AMAZONE EST INDISPENSABLE POUR LA DISTRIBUTION DE LA PLUIE DANS D'AUTRES RÉGIONS DISTANTES DE L'AMÉRIQUE DU SUD ET CONTRIBUE AUX GRANDS MOUVEMENTS DE L'AIR AUTOUR DE LA PLANÈTE. MAIS C'EST AUSSI LE SECOND SECTEUR LE PLUS VULNÉRABLE DE LA PLANÈTE QUAND IL S'AGIT DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CAUSÉS PAR LES HUMAINS: LA DÉFORESTATION, LES INCENDIES, LES DÉSORDRES AU SOL ET LA POLLUTION SONT TOUT QUI LE CONDUISENT À UN POINT DE NON-RETOUR.

LA RECHERCHE DES PEUPLES AUTOCHTONES AMAZONIENS POUR LA «VIE EN ABONDANCE» EST INCORPORÉE DANS CE QU'ILS APPELLENT BUEN VIVIR (BON VIVRE): VIVRE EN HARMONIE AVEC SOI, AVEC LA NATURE, AVEC L'HUMANITÉ ET AVEC L'ÊTRE SUPRÊME. TOUTEFOIS, LA SITUATION EST CRITIQUE ET CES PEUPLES AUTOCHTONES SOUFFRENT DE LA VIOLATION DE LEURS DROITS, CAR LEURS TERRITOIRES SONT DÉMARQUÉS SANS RESPECTER LEUR DROIT À UN CONSENTEMENT LIBRE ET ÉCLAIRÉ (FPIC). CES MENACES SONT POSÉES PAR LES INTERVENTIONS ÉCONOMIQUES ET POLITIQUES. INDUSTRIES ET ENTREPRISES EXTRACTIVES, SOUVENT EN RELATION AVEC LES GOUVERNEMENTS LOCAUX ET NATIONAUX.

LE SYNODE PANAMAZONIEN, NÉ DE L'ENCYCLIQUE «LAUDATO SI», EST UN ESPACE DANS LEQUEL LE PAPE CHERCHE À AFFIRMER L'IMPORTANCE DE L'AMAZONE POUR L'AVENIR DE LA PLANÈTE, ET APPEL À LA COHÉRENCE, LA PROXIMITÉ ET L'ENGAGEMENT DE L'ÉGLISE COMME UN ENTIER: POUR CONTINUER À OFFRIR SA VIE POUR OBTENIR PLUS DE VIE.

Données importantes

La région amazonienne comprend des parties de différents pays 9: Brésil, Bolivie, Pérou, Équateur, Colombie, Venezuela, Guyane, Suriname et Guyane française. • Elle couvre une superficie d'environ 8 millions de kilomètres carrés. • La région panamazonienne abrite 35 millions de personnes, dont près de 3 millions sont des peuples autochtones. • La population autochtone est composée de communautés 390, dont 137 est isolé. • Certaines langues 240 classées en familles de langues 49 sont parlées en la zone. • Chaque année, le fleuve Amazone libère 15% de l'approvisionnement total en eau douce de la planète dans l'océan Atlantique. • La moitié des forêts tropicales du monde sont situées en Amazonie, et celles-ci abritent 15% de la biodiversité de la terre. • Une augmentation de 4ºC des températures et 40% de déforestation sont définis comme les seuils qui conduiraient à la désertification de l'Amazonie. • Maintenant (2019), il y a déjà entre 15% - 20% déforestation.

«Amazonie fragile» Exposition de photos de Ana Palacios. Produit par CIDSE en collaboration avec REPAM, cofinancé par l'Union européenne

Diosjhaimer, un élève de la classe 7th, pose devant une murale qui raconte l'histoire des clans Tikuna sur l'un des murs du pensionnat autochtone de San Francisco de Loretoyaco San Francisco. Puerto Nariño. Département d'Amazonas. Colombie

«La région panamazonienne regorge de jungles et de rivières et abrite des millions de personnes dont le mode de vie est basé sur les ressources tirées de la forêt: l'eau, l'air, le soleil, la terre et tout ce qu'elle nous offre - matériel et spirituel - subsistance. Le mode de vie en Amazonie contraste avec le modèle d'accumulation capitaliste qui menace la vie sur la planète. Le consumérisme effréné et la rhétorique du développement conduisent à l'accaparement des terres et les gens sont expulsés de leurs vastes terres pour faciliter l'extractivisme, l'industrialisation - mégaprojets et agro-industries -, la mercantilisation et la financiarisation de ces ressources naturelles. cueillir des fruits et apprendre à ramer et à garder le silence pendant la pêche en canoë. Aujourd'hui, ils découvrent le monde à travers leurs écrans, tout comme leurs grands-parents l'ont appris par les voyageurs et les chasseurs de fortune. Les jeunes d'aujourd'hui rêvent d'une éducation de qualité dans leurs écoles et d'avoir des universités à proximité pour ne pas avoir à migrer. Ces rêves renferment de l'espoir pour le changement, mais aussi de la frustration, de la peur et de la tristesse en raison de l'état de pauvreté de leurs communautés. Les jeunes d'aujourd'hui seront demain ceux qui créeront des opportunités pour une vie décente sur leurs territoires ».

María Teresa UrueñaCoordonnatrice, Service de sensibilisation, d'éducation et de formation Service jésuite panamazon (SJPAM) - CPAL

L'artiste indigène Santiago Yahuarcani expose son œuvre «La jungle amazonienne se meurt» Caballococha. Département d'Amazonas. Pérou

«Dans cette pièce, j'ai essayé de la représenter. Il est intitulé «La jungle est en train de mourir». J'ai essayé de distinguer deux espaces, celui de droite est celui où il y a de la pollution, avec la tronçonneuse, la hache, la contamination par les poisons utilisés pour tuer les plantes et les insectes, les usines, les compagnies pétrolières… Les arbres sont secs. Les grues abattent des arbres, on voit des marées noires, des ordures… De nos jours, on ne sait pas gérer les animaux, ils se raréfient. Tous les gouvernements pensent à faire des bénéfices, ils pensent que la jungle est pleine d'argent. C'est pourquoi vous voyez ces factures qui ont écrit sur eux «dollars» ou «Washingtons». C'est le visage de l'Amazonie; elle est en train de mourir. C'est le visage d'une femme au bord de la mort. Les indigènes la nourrissent. Ils essaient de lui donner des médicaments pour empêcher la jungle de mourir. Un chaman chante des icaros pour la protéger, elle ne mourra donc pas. Les autres chamans tentent également de soutenir mère nature. Un autre chaman s'est transformé en tigre pour se battre pour la survie de la mère jungle. C'est une manière de symboliser la lutte indigène contre les déprédations perpétrées par les gouvernements. Le soleil est si fort maintenant… Autrefois, le soleil ne brûlait pas. Quand nous étions enfants, vous pouviez travailler sans chemise et ne pas sentir le soleil. Mais, aujourd'hui, vous ne pouvez même pas rester au soleil pendant une demi-heure sans vous brûler. Et cela nous fait nous demander ce qui ne va pas avec la nature, pourquoi le soleil brûle si chaud. L'idée est simplement de préserver les traditions que nos grands-parents nous ont enseignées ».

Santiago Yahuarcani Peintre et sculpteur. Chef du peuple Murui et Bora sur la rivière Ampiyacú

Enfants jouant le long des rives de la rivière Igara ParanáSan Francisco. Puerto Nariño. Département d'Amazonas. Colombie

«Nous devons promouvoir des politiques positives comme offrir des incitations au reboisement aux petits et grands agriculteurs. Cela nous permettrait de promouvoir des pratiques agricoles durables. Même encourager le tourisme contribue à protéger la jungle. Dans le passé, les jeunes se rendaient à la campagne pour travailler dans les ranchs. Aujourd'hui, certains le font encore, mais ce n'est plus comme avant. Bien qu'ils disposent d'un approvisionnement alimentaire stable, la consolidation du tourisme créerait des opportunités d'emploi pour les jeunes. Malheureusement, sans opportunités d'emploi, ils accepteront toute offre et finiront par se perdre dans d'autres mondes, comme le trafic de drogue, la vente de leur corps… En créant des emplois dans l'industrie du tourisme durable qui aide à préserver l'environnement - cartographier et promouvoir les sentiers de randonnée ou créer itinéraires d'observation des oiseaux - nous pouvons empêcher les jeunes de recourir à ces sources de revenus alternatives très nuisibles ». Marco Antonio

Guzmán Restrepo Directeur du secteur de la production et de l'environnement à l'unité municipale d'assistance technique agricole (UMATA).
Bureau du maire de Puerto Nariño. Département d'Amazonas. Colombie

uliana Yucuna, âge 9, jouant dans la salle à manger de la communauté Monilla AmenaMonilla Amena. Resguardo Tikuna-Huitoto. Leticia. Département d'Amazonas. Colombie

«Nous organisons des conférences pour discuter des répercussions subies par les garçons, les filles et les adolescents qui ont été recrutés dans tout le pays pendant la guerre et le but de ces rassemblements est de dignifier ces victimes de recrutement forcé. La région amazonienne couvre 42% du territoire de Colombie, mais seulement 3.2% de la population de la Colombie vit ici. Dans d'autres régions du pays, les gens ont vu la guerre à la télévision, mais en Amazonie, nous avons vécu la guerre dans la chair parce que plus de 50% des habitants de ce département ont été victimes du conflit armé. Peut-être que le monde associe ce conflit à des problèmes de trafic de drogue et avec un groupe de barbares qui se tuent depuis des années. Pour nous, il y a des problèmes objectifs liés à la réforme agraire qui n'a jamais été réalisée; problèmes de racisme; problèmes d'attitudes envers les femmes, contre la communauté LGTB… Ces constructions culturelles ont généré beaucoup de violence pendant la guerre. Beaucoup de ces dynamiques sont ancrées dans la société et, bien sûr, dans les agents armés qui étaient actifs dans tout le pays ».

Jorge Pulecio Délégué régional de la Commission de vérité Macroamazonía. Colombie
La Commission de la vérité est une organisation officielle de l'État qui cherche à clarifier les schémas et les causes qui expliquent le conflit armé interne d'une manière qui respecte les droits des victimes et de la société à connaître la vérité, en promouvant la reconnaissance de ce qui s'est passé et la coexistence pacifique entre les territoires, et en aidant à jeter les bases pour empêcher la réapparition du conflit grâce à un processus participatif large et pluriel visant à construire une paix stable et durable.

Rihanna dans sa classe à l'établissement éducatif José Antonio Galán de San Francisco San Francisco. Puerto Nariño. Département d'Amazonas. Colombie

«Le rôle des femmes autochtones est compromis parce qu'elles sont prises dans l'ambiguïté du soi-disant« développement ».» La lutte des femmes autochtones est invisibilisée; il a été réduit au silence par le conflit. Ils ont fait preuve de résilience face aux multiples formes de violence au cours du siècle dernier et de l'actuel. Cette invisibilisation peut encore être perçue dans les langues, les cultures, la cuisine, les célébrations rituelles, et chez les hommes et les femmes sages. Bien qu'ils se soient montrés résistants face aux multiples formes de violence au cours du siècle dernier et de la présente, la lutte des femmes autochtones reste réduite au silence par le conflit et ces femmes sont invisibilisées dans des aspects tels que les langues, les cultures, la cuisine et les célébrations rituelles.Le grand défi est de faire en sorte que le droit des femmes leaders de s'exprimer librement pour défendre la vie soit reconnu et protégé il est représenté sur le territoire comme une source d'autonomie, d'auto-gouvernance, comme un espace pour survivre dans une relation mutuellement équilibrée avec mère nature. Les politiques éducatives ont tendance à être militaristes, centrées sur le monde du travail capitaliste et l'esclavage de l'autre (entreprises, ONG, etc.). Ils prennent le temps et l'espace des jeunes sans leur permettre de profiter tranquillement du rythme de vie. Cela produit des agronomes qui ne souhaitent pas essayer de comprendre la dynamique productive des peuples autochtones. C'est une pédagogie obsolète qui est enfermée dans un espace limité, oubliant que le processus d'apprentissage pour les garçons, les filles et les adolescents est diversifié et implique des personnes de générations différentes »

Anitalia Pijachi KuyuedoOcaina-UItoto ou chef indigène Murui des Janayari («Jaguar»)
Clan. Diplômé en Ethno-Education. Membre de la Commission de vérité. Leticia, Colombie

Copier Ana Palacios / CIDSE & REPAM
Des filles étudient dans les couloirs du pensionnat autochtone de San Francisco de Loretoyaco San Francisco. Puerto Nariño. Département d'Amazonas. Colombie

«L'exploitation sexuelle et le travail forcé sont deux formes de traite des êtres humains que nous avons identifiées dans ces communautés d'Amazonie. Les réseaux de traite sont bien conscients de la vulnérabilité des jeunes - garçons, filles et adolescents - sur ce territoire. Ils savent que beaucoup d'entre eux ne trouvent pas d'autre alternative dans leur communauté et que, dans le meilleur des cas, ils ne termineront l'école que pour rencontrer des obstacles à la poursuite de leurs études et orienter leur vie vers un projet à long terme. Ces réseaux d'exploitation sont des personnes qui visitent fréquemment la région ou y vivent; ils connaissent la situation et créent des organisations de petite ou moyenne taille pour capturer, transférer, héberger et exploiter [leurs victimes]. Ce n'est pas un recrutement forcé ou obligatoire, mais plutôt subtilement déguisé en «patronage» et déguisé comme des opportunités, souvent même avec le consentement de la famille, bien que la famille ne soit pas consciente de toute l'étendue de ce que cela implique. Ces situations sont légitimées, naturalisées et excusées.Travailler pendant plusieurs mois dans une scierie ou racler du coca dans une plantation, sont de réelles opportunités de travail, et c'est pourquoi cela n'est souvent pas considéré comme un problème dans la communauté mais plutôt comme une forme de emploi".

Nathalia Forero RomeroCoordonnatrice du réseau Defenders of Life et membre du
Un réseau pour lutter contre la traite des êtres humains à la triple frontière

Enfants de Mayoruna. Casa del Indio (CASAI) Atalaia do Norte. Département d'Amazonas. Brésil

«CASAI ou Casa del Indio [Maison indienne], est un espace qui offre un support, un waypoint. Dans les villages, ils n'ont que des soins de santé primaires. Lorsque les gens ont besoin d'un traitement plus spécifique, ils viennent ici. Nous organisons leur inscription au système de santé brésilien. Nous gérons toutes les formalités administratives pour les hôpitaux; et, en attendant, ils reçoivent également un traitement ici. Il est composé de quatre petites maisons où nous hébergeons les différentes communautés:

Kulina, Marubos, Kanamarí et Mayorunas ». Deocleciano Sousa Chaves Peixoto Directeur, Casa del Indio (CASAI) Atalaia do Norte. Brésil

Aryana Adali se baignant dans la rivière Tacana Monilla Amena. Resguardo Tikuna-Huitoto. Leticia. Département d'Amazonas. Colombie

«Le monde doit prendre soin de l'Amazonie car c'est notre maison commune. Il doit injecter de l'argent dans ce domaine afin de protéger l'environnement. Les gouvernements doivent garantir tout ce qui est nécessaire pour protéger les peuples autochtones et leurs cultures, et leurs territoires, la biodiversité et la diversité sociale. Si ses habitants manquent d'opportunités économiques, ils continueront de détériorer l'environnement au service des sociétés d'exploitation forestière ou du trafic de drogue afin de survivre et d'éviter d'être contraints de migrer. Mais si on leur offre un moyen de subsistance, ils se comporteront de manière responsable et protégeront le territoire, en respectant les droits des personnes et de la terre, selon une vision du monde inhérente à leur tradition ».

Edelmira PintoCoordinatrice du pensionnat autochtone de San Francisco de Loretoyaco.
Puerto Nariño. Département d'Amazonas. Colombie

Préparation rituelle du tabac et de la coca. Akile Arango, du peuple Murui Monilla Amena. Resguardo Tikuna-Huitoto. Leticia. Département d'Amazonas. Colombie

«Nous utilisons des feuilles de coca, du manioc doux et du tabac pour gérer la douleur. Lorsque nous nous sentons faibles ou malades, nous nous connectons avec Dieu Almi-ghty à travers ces offrandes. Nous invoquons l'esprit de Dieu et les esprits de nos ancêtres pour qu'ils nous montrent le chemin, nous donnent de la force et nous aident à nous relever. C'est ainsi que nous gérons la douleur et la conquérons. Pour nous, la coca est une plante sacrée; l'utilisation de cette plante par les occidentaux est un trafic de drogue. Pour nous, la coca est destinée à être utilisée pour travailler et pour guérir. Il n'est pas utilisé comme un vice. Cela fait partie de notre spiritualité ».

Juan Enocaisa Guidone, enseignant et chef indigène du peuple Murui à «El Estrecho»
Communauté, Réserve de Guepí, District de Teniente Manuel Clavero, Département d'Alto Putumayo, Pérou

«Nous élaborons des propositions pour défendre nos droits, garantir l'accès à une éducation autochtone interculturelle de qualité avec des programmes éducatifs qui respectent les langues maternelles et garantir l'accès au système de santé. Nous travaillons à renforcer les organisations autochtones afin de garantir que les ressources publiques sont gérées efficacement dans leurs territoires et que ce sont les communautés autochtones elles-mêmes qui gèrent ces ressources. Ces politiques semblent bonnes sur le papier, mais elles ne sont pas mises en œuvre parce que les institutions en charge de leur mise en œuvre sont affaiblies par la corruption, parce qu'il n'y a pas de volonté politique et parce qu'il y a des conflits d'intérêts. Notre travail consiste à enseigner aux femmes autochtones leurs droits, la souveraineté alimentaire, une alimentation saine et la jouissance de leurs droits économiques, sociaux et culturels. Nous les formons à intégrer des objectifs visant à préserver leur culture et leurs ressources naturelles dans leurs projets dans une perspective d'écologie intégrale. Former ces femmes est un moyen de sensibiliser les familles, en veillant à ce que les familles autochtones respectent le droit des enfants à la vie »

.Fany Kuiru Castro Coordinatrice des femmes, des enfants, des jeunes et des familles à l'Organisation des peuples autochtones de l'Amazonie colombienne (OPIAC)
Elle est la seule femme Murui en Amazonie colombienne à avoir obtenu son diplôme d'avocate. Elle s'est spécialisée dans la haute gestion gouvernementale et possède une maîtrise en études politiques et internationales avec une thèse de lauréate basée sur la résistance des femmes autochtones pendant la violence à Cauchería.

Andrés Wadick à la maison avec son petit-fils Asafi, son beau-frère Pereira et son neveu OrlandoAtalaia do Norte. État d'Amazonas. Brésil

«Depuis des années, nous subissons les agressions des intrus dans notre vallée. Nous avons été envahis par des sociétés d'exploitation forestière qui détruisent la nature, des chercheurs d'or sans scrupules et des chasseurs illégaux qui épuisent les stocks. Nous respectons le cycle de vie et ils ne le font pas; ils détruisent tout. Les compagnies pétrolières n'ont aucun respect pour la terre et polluent nos rivières, nuisant ainsi à la santé de ses habitants. Cela n'affecte pas seulement la vallée, cela affecte toute l'Amazonie et la planète parce que c'est la maison de tous. Ce gouvernement nous soutient dans un coin. Il attaque violemment nos droits, nous laissant sans ressources pour défendre la jungle, réduisant les budgets de l'éducation et de la santé. Beaucoup de gens sont obligés de quitter cette terre car ils ne peuvent pas survivre. C'est ce que Bolsonaro veut pour pouvoir exploiter la vallée à sa guise. Il prive également la FUNAI (National Indian Foundation) de pouvoirs en la privant de l'essentiel de son financement et en sapant sa capacité à desservir ce vaste territoire. Le gouvernement de Bolsonaro nous anéantit, et c'est pourquoi il est important de s'exprimer pour que les gens sachent ce qui arrive aux peuples autochtones du Brésil et prennent une sorte d'action ».

Andrés Wadick, chef autochtone du peuple Mayoruna

Remerciements

Cette exposition est le fruit d'un voyage médiatique international aux frontières entre la Colombie, le Pérou et le Brésil organisé par la CIDSE et REPAM en juillet 2019: Merci d'avoir confié vos témoignages: Abijan Fernández, Adán Martínez, Akile Abel Antonio Arango, Alberto Panichela, Alonso Arango, Andrés Wadick, Anitalia Pijachi, Bushe Matis, Capitán Absalón, Clous de girofle Rufino Reis Marubo, Clous de girofle Rufino Reis Marubo, Cristina Larraín, Daniela Andrade, Deocleciano Sousa, Dominik Szkatula, Edelmira Pinto, Edilma Ramos, Elver Isido Viena, Ew , Fany Kuiru, Felipe Da Costa Marubo, Fernei Pereira, Francisco Pinto, Gilberto Nascimento Doles Marubo, Iván Xunu Matis, Ivanés Favretto, Joaquín Humberto Pinzón, Jorge Pulecio, Josianne Gauthier, Juan Enocaisa, Liseth Escobar, Lorenzo Guzmán, Magnolia Bush Matis, Manoel Barbosa Da Silva Marubo, Manoel Barbosa Da Silva, Marco Antonio Guzmán, Marcos Guzmán, Marcos Paulo Gonçalves Fortz Matses, María Das Dores Ro drigues de Moura, María de Fátima Batista, Maria Emilia Kuche, María Teresa Urueña, Marta Barral, Marta Isabel González, Martha Alicia Reynoso, Mauricio López, Nathalia Forero, Nubia Stella Torres, Obispo Adolfo Zon, Padre Alfredo Ferro, Padre Valerio Sartor Patricia Calderón, Patricia Calderón, Patricia Damancio, Paulo Dollis Barbosa da Silva Marubo, Ruth Chaparro, Sandra Vargas Dionisio Marubo, Santiago Yahuarcani, Tatiana Santana, Teolinda Bautista et Tumi Matisand à tous ceux qui nous ont accueillis chez eux et nous ont offert leurs mots.

DOSSIER GÉNÉRAL DE L'EXPOSITION PHOTO (en PDF) (Espagnol /Italien/ Anglais)

AUTRES IMAGES / EXEMPLES de disposition de l'exposition

Vidéos sur l'Amazonie fragile

Partager ce contenu sur les médias sociaux