This translation has been provided by an automatic online service. Errors in translation are possible. To verify the translation, please contact us.

Les cardinaux au Synode appellent à l'ambition climatique: "L'inaction est un crime pour l'humanité et la nature" - CIDSE

Les cardinaux au Synode appellent à l'ambition climatique: «L'inaction est un crime pour l'humanité et la nature»

Un appel du Synode pour l'Amazonie pour une action urgente pour le climat

Les dirigeants de l’Église catholique de tous les continents, réunis récemment au Vatican pour le Synode des évêques d’Amazonie, ont lancé un appel du Synode à une action climatique urgente, faisant écho au cri du peuple amazonien et de la forêt elle-même. À une semaine de la Conférence des Nations Unies sur le climat à Madrid, en Espagne (COP25), la CIDSE appuie leur message exprimant sa profonde préoccupation face au faible engagement et à la mise en œuvre depuis la conférence de l'année dernière; L'appel indique que certains pays ne négocient pas dans l'esprit de l'accord de Paris.

«Nous sommes ici unis au Synode des évêques «Amazonie: nouvelles voies pour l'Église et pour l'écologie intégrale». Nous entendons le cri des peuples vivant de et avec les territoires amazoniens et le cri de la forêt elle-même.

Les souffrances des peuples et la création dans la région amazonienne sont les conséquences d'un mode de vie impérial. L’économie extériorise à maintes reprises les conséquences de sa production sur les autres: par le biais d’une économie extractiviste dont nous dépendons tant pour l’agriculture, les transports et l’énergie, pour satisfaire notre consommation et notre production insatiables qui détruisent actuellement notre planète et menacent la vie de ceux-ci. qui essaient de protéger la terre. Ce que nous voyons en Amazonie est comme un laboratoire pour la planète entière.

"Les changements climatiques représentent l'un des principaux défis auxquels l'humanité est confrontée aujourd'hui."

(LS 25)

L'Amazone au bord du gouffre

Les peuples d’Amazonie sont témoins des signes: ils connaissent des sécheresses, de la chaleur et d’autres changements importants en Amazonie, comme l’érosion constante de la couverture forestière - dont 20% sont déjà détruits - affaiblit le rôle de la forêt pluviale en générant suffisamment de nuages ré-nourrir les forêts de l'Amazone et bien au-delà de l'Amazonie avec la pluie. La forêt amazonienne risque de se dégrader de plus en plus en savane.

La science est réelle pour les peuples d’Amazonie: le réchauffement de la planète et la déforestation sont des phénomènes exacerbants. À mesure que la capacité d'absorption de carbone de la forêt diminue, les conséquences se font sentir sur le climat de la planète. À l'inverse, le réchauffement de la planète accélère le processus de «savannisation».

Nous sommes à la croisée des chemins

Si l'humanité ne parvient pas à atténuer les changements climatiques, des points de basculement tels que celui de l'Amazonie pourraient atteindre un point de non retour et potentiellement envoyer la Terre dans une spirale de changements climatiques incontrôlables modifiant le visage de notre maison commune.

Le rapport spécial du GIEC de l'année dernière sur 1.5 ° C était clair sur les choix auxquels l'humanité est actuellement confrontée: les communautés les plus vulnérables de la planète continueront à en pâtir de plus en plus. Le temps presse. Dans le monde entier, pour atteindre le zéro net de 2050, il ne nous reste que quelques années pour réduire radicalement nos émissions actuelles de CO2.

Comme le montrent les scénarios du GIEC, les compétences ne manquent pas. et idées cadeaux - juste, durable et bien documenté - pour que les gouvernements mettent en œuvre une transition écologique. De nombreuses communautés ont une richesse d'expertise et d'expérience dans les modèles innovants de production alimentaire et énergétique ayant fait leurs preuves, comme l'agroécologie et les systèmes démocratiques d'énergie renouvelable. Ce n'est pas une question de connaissance. il s'agit de la mise en œuvre.

Les solutions basées sur la nature peuvent contribuer de manière significative à rester dans les limites de 1.5 en augmentant les températures moyennes mondiales en évitant les émissions dues à la déforestation, à la dégradation des forêts et à la perte des écosystèmes de zones humides, en restaurant les terres dégradées et en développant les systèmes agro-alimentaires, en garantissant les droits fonciers et les territoires aux populations locales et locales. Populations indigènes.

Il n'y a aucune raison de recourir à des expérimentations spéculatives, potentiellement catastrophiques, en géo-ingénierie. Et nous avons de sérieuses préoccupations concernant d’autres «fausses solutions» fausses: «Il est de plus en plus évident que le progrès scientifique et technologique ne peut être assimilé au progrès de l’humanité et de l’histoire, et qu’il est de plus en plus évident qu’un avenir meilleur est ailleurs» (LS113) .

Les gouvernements, les entreprises et la société retardent trop longtemps les actions, tandis que les personnes vulnérables souffrent et que notre planète brûle littéralement sous nos yeux. Ils méritent une réponse et une réponse à leurs appels, car nous n'avons qu'une seule planète sur laquelle vivre.

L'inaction est un crime envers l'humanité et la nature

Par cette déclaration, nous réaffirmons la déclaration faite par les dirigeants de l’Eglise des groupements continentaux de conférences épiscopales de l’année dernière de finaliser le Livre de Règles de Paris, et nous exprimons notre profonde préoccupation devant le piètre engagement et la mise en œuvre qui ont suivi. Les contributions déterminées au niveau national (CDN) actuelles à peine représentent un tiers de la réduction des émissions nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à 1.5 ° C et permettre à la place un réchauffement supérieur à 3.5 ° C.

Nous sommes inquiets d'apprendre que certains pays ne négocient pas dans l'esprit de l'Accord de Paris, mais continuent d'agir dans leur propre intérêt en créant des échappatoires dans le cadre des règles sur les échanges de droits d'émission de carbone, sans accepter les garanties sociales et environnementales.

Nous sommes déçus du manque d’honnêteté et de transparence alors que les gouvernements réaffirment leur engagement au titre de l’Accord de Paris alors que leurs politiques disent le contraire. Et nous sommes attristés que les communautés les plus vulnérables et les générations futures paient à nouveau le prix de notre inaction, avec très peu de fonds pour l’adaptation, et toujours aucun mécanisme à l’horizon pour compenser les pertes et dommages causés par le changement climatique.

Nous avons besoin d'une action climatique

Nous ne pourrons pas réduire la pauvreté et garantir la dignité humaine pour tous sans reconnaître les liens qui nous unissent à la nature, la nature étant notre source de vie. De même, nous ne nous attaquerons pas au changement climatique sans nous attaquer aux facteurs sociaux, économiques et politiques qui guident notre trajectoire de développement actuelle, ce qui nous mettrait en contradiction avec la stabilité de la planète dont nous dépendons.

L’humanité a déjà une grande dette historique envers les peuples autochtones et, à cause de notre inaction, cette dette grandit et touche des centaines de millions de personnes dans le monde qui risquent de perdre leur maison, leur culture et leur mode de vie à cause des effets dévastateurs du climat. changement.

En écoutant les voix de l'Amazonie, nous pouvons sentir la même urgence que celle des voix courageuses du mouvement des jeunes pour le climat. Nous nous engageons à soutenir leur mouvement à travers le monde, à demander aux dirigeants politiques de changer radicalement notre mode de vie pour sauver notre Common Home, pour l’Amazone, et d’autres biomes essentiels dans le monde, au Congo, en Asie, et d'Océanie.

Nous sommes convaincus que ce processus synodal, qui a commencé par écouter les voix de l'Amazonie, contribuera à la construction d'une Eglise engagée dans le souci de la création, aux côtés des défenseurs de l'environnement et des droits de l'homme, engagés contre la violence et l'exploitation. L’Église elle-même est attachée à cette transition écologique vers un mode de vie plus durable.

"Notre foi doit être plus forte que notre peur du changement."

SIGNATAIRES

  • Cardinal Fridolin Ambongo Besungu (République Démocratique du Congo)
  • Cardinal Pedro Ricardo Barreto Jimeno (Pérou)
  • Cardinal Oswald Gracias (Inde)
  • Cardinal Jean-Claude Hollerich (Luxembourg)
  • Cardinal Cláudio Aury Affonso Hummes (Brésil)
  • Cardinal John Ribat (Papouasie Nouvelle Guinée)
  • Cardinal Oscar Andrés Rodríguez Maradiaga (Honduras)
  • Mgr Héctor Miguel Cabrejos Vidarte (Pérou)

Les notes de bas de page complètes sont disponibles au format PDF.

Partager ce contenu sur les médias sociaux