Fin de la COP 24: plus de solidarité et d'équité sont nécessaires pour faire face au changement climatique - CIDSE
© CIDSE

Fin de la COP 24: il faut plus de solidarité et d'équité pour faire face au changement climatique

© CIDSE

Les négociations climatiques de la COP 24 à Katowice, en Pologne, se terminent aujourd'hui, après deux semaines. Les négociateurs de la conférence avaient pour tâche de rédiger le «Paris Rulebook», la prochaine étape cruciale dans la mise en œuvre de l'Accord de Paris adopté il y a quelques années par 3.

 Dans le rapport historique du GIEC (octobre 2018), les scientifiques du monde entier nous ont avertis de l'urgence de mettre en place toutes les mesures possibles pour maintenir le réchauffement planétaire au-dessous de 1.5 C, si nous voulons éviter des conséquences catastrophiques. Ils ont clairement indiqué que nous traversions une période d'urgence climatique et que, pour sauver notre planète, nous devrons modifier radicalement nos politiques et nos modes de vie. La fin de ces discussions et le règlement de Paris qui a été adopté ne reflètent pas correctement l'urgence et il reste encore beaucoup à faire pour mettre en œuvre des mesures plus strictes permettant de rester dans les limites de température 1.5 C. L'absence de mécanismes solides pour renforcer l'ambition de réduire les émissions de GES, ainsi que des engagements financiers solides, et l'exclusion de la référence aux droits de l'homme et à la sécurité alimentaire montrent clairement que les gouvernements évitent leur responsabilité d'agir et donc de mettre pleinement en œuvre l'Accord de Paris. engagements.

Hier, la société civile, y compris la CIDSE, réagissant au manque apparent d'engagements forts dans les négociations, a organisé une grande manifestation au sein de la COP 24, rappelant aux dirigeants politiques les "revendications du peuple", qui concordent avec des preuves scientifiques irréfutables. Avec de nombreuses autres organisations, nous avons souligné la nécessité d’une action immédiate et ambitieuse. et un changement radical de notre énergie et de nos systèmes agricoles doit commencer maintenant; et que les finances doivent soutenir de tels changements transformationnels et aider ceux qui font déjà face aux catastrophes climatiques. Nous avons répété que pour être vraiment efficaces, nous devons le faire de manière juste et équitable pour les communautés locales et de première ligne, en veillant à ce que le fardeau ne repose pas de nouveau sur les pauvres et les personnes les plus touchées - mais les moins responsables - la crise climatique actuelle. Les gens ont demandé aux gouvernements de mettre en place des actions de transformation lors de cette CdP: «Personne ne s'attendait à ce qu'une conférence puisse résoudre seule la crise climatique. Mais nous nous attendions à mieux que cela - et nous méritons mieux. »A déclaré les participants à l'action hier.

«Pour la CIDSE, le fondement des politiques climatiques doit être la solidarité, car la justice climatique est un impératif moral et la solidarité ne peut exister sans humilité. Les politiciens des pays riches devraient être assez humbles pour reconnaître leur devoir de faire passer les intérêts des autres au premier plan, de comprendre que nous partageons une maison commune et de nous protéger tous en tant qu’une seule famille humaine. » a déclaré Josianne Gauthier, secrétaire générale de la CIDSE. La solidarité doit également être au centre de notre système économique, nécessitant des réformes structurelles ambitieuses et profondes, appelant notre société à s'ancrer dans de nouvelles approches et politiques: un nouveau régime commercial pour une économie sociale et solidaire, un système bancaire et financier différent - tout un changement de paradigme.

Les derniers jours passés à la COP 24 nous ont montré une fois de plus qu’un tel changement devrait être poussé fortement par la voix et les actions des citoyens. Un groupe important de volontaires du réseau CIDSE s'est réuni à Katowice et s'est engagé à modifier radicalement son mode de vie et à agir pour le climat, devenant ainsi des ambassadeurs du changement dans leurs communautés d'origine (voir la campagne «Changer pour la planète - Prendre soin de la population”). Ils savent que leur engagement - avec celui de plusieurs acteurs de la société civile - contribuera à l'éveil qu'ils vont créer tout autour d'eux, par la puissance de leurs actions et de leur témoignage. CIDSE en tant que réseau s'engage également à soutenir cet engagement. Une telle poussée s'est appuyée sur l'engagement de l'Église catholique pour le climat, y compris le Saint-Siège parlant d '«Action urgente et besoin urgent d'une nouvelle solidarité» dans les négociations sur le climat.

Notes aux éditeurs:
Eglise du monde entier appelle à une action climatique ambitieuse et urgente (Octobre 2018)
Les dirigeants des agences de développement catholiques ont appelé à une action urgente pour le climat et à une économie post-croissance (Octobre 2018)

L'urgence climatique: naviguer vers un nouveau paradigme

Contact pour les médias: Valentina Pavarotti, chargée de la communication et des relations avec les médias, CIDSE, pavarotti (at) cidse.org

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange