Extractivisme, postcolonialisme et féminisme - CIDSE
© DKA

Extractivisme, post-colonialisme et féminisme

© DKA

Le colonialisme, avec sa construction hégémonique et les idéologies patriarcales et racistes qui lui sont inhérentes, n’acceptait pas d’autres modes de vie. Au contraire, sa foi dans la supériorité des modes de pensée occidentaux justifiait la destruction violente de l'équilibre économique, social et écologique initial dans toutes les régions du monde envahies. Le colonialisme a propagé une aliénation de la nature et un écocide qui trouvent aujourd'hui leur prolongement dans l'extractivisme.

Comme l'a dit le philosophe allemand Ernst Bloch, les humains pensent avoir le droit de se rapporter à la nature, comme une armée d'occupation se rapporte à un territoire ennemi. Dans de nombreuses régions du monde, les gouvernements et les sociétés minières agissent comme si elles avaient le droit, donné par Dieu, d'exploiter la terre aux dépens des communautés locales et des femmes en particulier. Outre les traditions culturelles qui entravent de manière très inventive la propriété foncière des femmes, cela constitue la plus grande menace pour les communautés rurales et les femmes d'aujourd'hui.

En Afrique australe, de nombreuses communautés sont dépouillées de leurs terres sans recevoir l'indemnisation appropriée. Les gouvernements nationaux acceptent la plupart du temps cette pratique d'accaparement des terres en raison de la pression exercée par les sociétés en transition à qui est accordé le droit d'extraire des minéraux de la terre. Presque partout dans cette région, il est entendu que les communautés locales ne peuvent empêcher les gouvernements et les entreprises d’avoir accès à la terre si elle est nécessaire à des fins minières. Les gouvernements se sont laissé convaincre par les protocoles d’accord des entreprises qui promettent toujours non seulement de contribuer à la richesse des pays, mais également d’améliorer directement la situation des communautés locales. Ils promettent la création d'emplois et l'amélioration des infrastructures pour l'éducation, la santé et les transports. En réalité, rien ne se passe ou très peu. Les sociétés minières récoltent les bénéfices et laissent derrière elles la dégradation de l'environnement et la désintégration sociale. Tout ce que les gouvernements perçoivent sous forme de droits de licence et d’impôts, s’ils sont payés, disparaît souvent dans les comptes privés de l’élite extérieure des gouvernements nationaux. La richesse quitte le pays tandis que la destruction sociale et écologique reste sur place.

Les effets négatifs de l'exploitation minière touchent particulièrement les femmes, car ce sont elles qui assument la responsabilité de la survie de la famille, qui dépend de l'accès à la terre et à l'eau, deux ressources souvent polluées et détruites par l'extractivisme. Dans les contextes extractivistes, la plupart du temps, ce sont les femmes qui assurent la survie des sociétés socialement désintégrées où de nombreux hommes sont sujets à l'alcoolisme, ce qui à son tour affecte négativement les femmes. Ils sont confrontés à un nombre croissant de cas de violence domestique et doivent consacrer plus de temps au travail de protection, car les hommes qui travaillent dans les mines tombent souvent malades à cause des conditions de travail malsaines et de l'alcoolisme.

À la lumière de ces développements, il est important de comprendre la portée de nombreuses initiatives locales contre l'extractivisme. Ils font campagne pour réaliser leur «droit de dire non». En Afrique du Sud, par exemple, il existe la loi sur le développement des ressources minérales et pétrolières (MPRDA), une loi qui prévoit que les sociétés minières doivent consulter toutes les parties concernées avant de commencer leurs activités. Malheureusement, l'Afrique du Sud ne fait pas exception au tableau général dans lequel les gouvernements nationaux et les entreprises internationales réduisent les processus de consultation requis aux formalités, convaincus qu'ils disposent d'un droit incontestable d'accéder aux terres des communautés locales: les propriétaires fonciers et les utilisateurs ne peuvent refuser l'accès. . Face à cette menace existentielle, les communautés touchées par l'exploitation minière redécouvrent la valeur de la solidarité. Ils unissent leurs forces pour revendiquer leur place au centre des processus décisionnels concernant leurs communautés. Ce faisant, elles découvrent la force d'intégration de femmes, dont les voix ont été trop longtemps marginalisées. Revendiquer un espace au centre de la prise de décision signifie qu'ils conçoivent leurs propres options pour développer leurs communautés et ne voient pas d'avenir dans l'extractivisme. Les exemples positifs de communautés qui ont suivi cette voie de développement sont très rares.

L’extractivisme fait peser une lourde charge sur les communautés locales et sur les femmes en particulier, et porte également atteinte à l’environnement. Cet assaut combiné contre l’humanité et la nature n’est pas nouveau, mais indique une continuation qui remonte à la naissance du projet colonial. D'un point de vue historique, le colonialisme, compris comme la marchandisation de la terre, ses trésors, sa faune et sa flore et en particulier son peuple au service des intérêts économiques des nations colonisatrices, allait de pair avec la domination des femmes et de la nature dans l'auto-déclaration nations civilisées. Dans les colonies, les gens étaient éloignés de la nature et par le biais du travail forcé, amenés à développer un rapport violent avec la nature. Cette relation se poursuit dans l'extractivisme. Par conséquent, l'impératif de surmonter l'extractivisme constitue un élément essentiel de la décolonisation, dont le démantèlement du patriarcat est un élément central. L’extractivisme et ses relations violentes avec la nature et les habitants des zones minières sont une manifestation des relations de pouvoir asymétriques, des structures politiques et de la domination économique qui maintiennent la logique et la praxis coloniales. Les voix des communautés locales, en particulier celles des femmes, ne sont pas entendues, les discours publics étant dominés par des élites orientées vers l'extérieur, ce qui constitue à nouveau un élément du colonialisme. Par conséquent, nous ne pouvons surmonter avec succès la crise déclenchée par l'extractivisme que si les voix jusque-là marginalisées se voient accorder une place au centre du processus de changement. Les voix des femmes sont au centre de cela.

À propos de l'auteur: Dr. Boniface Mabanza Bambu est un théologien, philosophe et érudit littéraire de la RDC. Il travaille pour KASA, Kirchliche Arbeitsstelle Südliches Afrika / Service œcuménique pour l'Afrique australe à Heidelberg / Allemagne, où ses travaux sont principalement axés sur l'apartheid et le post-colonialisme.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange