Pourquoi la flamme de l'espoir doit rester vivante en Palestine - CIDSE
CAFOD / CIDSE

Pourquoi la flamme de l'espoir doit être maintenue en Palestine

CAFOD / CIDSE

Cet article a été publié dans Le Tablet sur 26 Septembre 2018.

»Quand les gens perdent espoir, cela détruit leur dignité humaine»
Récemment, à Gaza, j'ai demandé à plusieurs mères palestiniennes ce qui les inquiétait le plus. Ils ont tous répondu que leur principale préoccupation était pour leurs fils plus que pour leurs filles. Pourquoi? Parce que, jeunes hommes, ils sentiraient qu'ils devaient défier le blocus israélien sur le territoire. «Ils seraient impliqués dans des affrontements et seraient tués», m'ont dit les mères.

Entrer à Gaza, c'est comme entrer dans une prison. Au passage d'Erez, vous devez vous rappeler ce que vous pouvez ou ne pouvez pas dire ou faire. Il y a du personnel de sécurité, des caméras et des contrôles des passeports, puis une passerelle d'un kilomètre de long à travers le no man's land jusqu'au côté palestinien, et en passant, vous êtes «accompagné» par le bruit des drones. C'est ma route pour entrer et sortir de Gaza, mais pour la majorité des Gazaouis, les restrictions signifient qu'il leur est difficile d'obtenir les permis nécessaires pour partir. Et pour les personnes qui recherchent des soins médicaux, cela peut parfois être une question de vie ou de mort.

En tant qu'étudiant 18 il y a quelques années, j'ai passé un mois dans un petit village de Cisjordanie appelé Taybeh. C'était en août 2000 et la deuxième Intifada ou soulèvement palestinien a commencé seulement un mois plus tard. Mais même si on pouvait sentir la tension, les gens étaient plus heureux, il y avait un sentiment d'espoir. Ils croyaient pouvoir mener une vie normale. Les parents souhaitaient que leurs enfants terminent leurs études et trouvent un emploi, que ce soit sur le territoire palestinien ou à l'étranger.

De plus, à cette époque, il y avait intégration. Les jeunes Israéliens et Palestiniens se mélangent - nous l’avons vu à l’Université de Ramallah. Ils croyaient en un avenir commun, qu'une solution était possible. L'atmosphère était tellement différente à cette époque. Les Palestiniens avaient des espoirs et des rêves. Et des années plus tard, cette croyance, cet espoir se sont ratatinés des deux côtés.

Je me suis rendu à Gaza avec CIDSE, l'alliance internationale d'agences de développement catholiques, et ai passé une heure avec six écolières de 11. Ils nous ont parlé de la gestion du parlement étudiant dans leur école, qui était gérée par l'UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens). Les filles m'ont dit comment elles s'organiseraient pour aider les enfants ayant des problèmes, par exemple à aller à l'école sans avoir les moyens de s'offrir un repas. Ils essayaient déjà de trouver des moyens d'améliorer un peu la vie des gens.

Quand j'ai demandé aux filles ce qu'elles voulaient faire en grandissant, elles ont répondu: «Je veux être médecin», «Je veux être enseignante», «Je veux être ingénieur», «Je veux être quelqu'un qui aide les gens. Mais ils savaient que leurs droits n'étaient pas respectés. Ce qui a fait couler mon cœur, c'est quand l'une des filles a demandé: «Vos enfants ont-ils des droits?» - pas une question qui se poserait jamais à mes enfants. Ces filles savent qu'elles ne pourront peut-être jamais quitter ce petit territoire, car c'est l'expérience de leurs parents.

J'ai rencontré une organisation partenaire travaillant avec les enfants par le biais du théâtre. Leur objectif principal était de donner de l'espoir à une communauté brisée et désespérée. Quand les gens perdent espoir, cela détruit leur dignité humaine. À leur jeune âge, on pouvait voir sur les visages des filles qu'elles sentaient leur dignité détruite. Les femmes que j'ai rencontrées avaient la même expression faciale, des yeux sans avenir, vivant au jour le jour, sans se soucier de savoir si elles étaient mortes ou en vie.

Le curé de Gaza nous a dit: «Les gens sont désespérés, 50% de la population sans emploi, les fonctionnaires ne sont pas payés, pas d'électricité, pas d'eau, pas de collecte des déchets, peur croissante des groupes terroristes islamiques…, Personne ne peut changer cette situation, mais Dieu. Depuis plus de 10 ans maintenant, les gens sont empêchés de partir. Dans le passé, les chrétiens pouvaient demander des permis à Jérusalem pour les célébrations de Pâques et de Noël. À Pâques (2018), aucun permis n'a été délivré. Il y a quinze ans, il y avait 4,000 900 chrétiens sur le territoire, maintenant il n'y en a plus que 150, dont XNUMX seulement sont catholiques. Mais parfois, les gens viennent juste à la messe pour ressentir la présence de Dieu, que quelqu'un prend soin d'eux.
Certains iront à la messe deux ou trois fois par jour, parce que cela les réconforte. Elle les rapproche non seulement de Dieu, mais aussi d'autres catholiques et d'autres personnes en général. Ils ont besoin de se sentir unis, lorsque le mur entre Israël et le territoire palestinien cherche à créer la division. La présence et l'engagement de l'Église dans le travail social au sein des communautés contribuent à maintenir vivante la flamme de l'espérance dans la vie des gens.

Pendant ce temps, en Cisjordanie, les effets de l'occupation s'aggravent. Quand vous parlez à des gens qui ont perdu leur terre, leur maison et leurs moyens de subsistance, il semble qu'ils n'ont d'autre choix que de partir. Mais lorsque nous avons visité un camp de réfugiés en Cisjordanie, j'ai été vraiment impressionnée par les jeunes femmes que j'ai rencontrées, qui étaient engagées et qui voulaient apporter des changements. J'ai demandé : "Si tu pouvais, tu partirais ?" Ils ont dit qu'ils pouvaient circuler librement en Cisjordanie et qu'ils avaient de la famille en Jordanie et au Liban - mais ils ne veulent pas partir. Une femme me l'a dit : "Je veux combattre et défendre ma communauté palestinienne." Elle était absolument déterminée à se tenir aux côtés des personnes qui ne pouvaient pas partir.

Tous les membres de la CIDSE travaillent pour défendre les droits de l'homme et promouvoir la justice, la paix et la réconciliation entre les communautés et travaillent aux côtés d'organisations palestiniennes et israéliennes. Nous avons parlé non seulement aux communautés palestiniennes, mais aussi aux étudiants juifs de l'Université hébraïque, de leurs espoirs pour l'avenir. CAFOD et ses partenaires locaux continuent de travailler avec les jeunes des deux côtés pour renforcer leur confiance en tant que leaders dans leurs communautés respectives et pour explorer leurs rêves et leurs idées pour l'avenir. Il est important de garder cette flamme vivante.

La Palestine visite le groupe d'avril 2018 

Délégation de la CIDSE à l'école gérée par l'UNWRA - Maria Gonzalez devant à droite.
Photo credit: ‘CAFOD/CIDSE

 

Maria Gonzalez est responsable du développement international à la CAFOD.

CAFOD est membre de la CIDSE en Angleterre et au Pays de Galles.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange