La communauté Xolobeni et la lutte pour le consentement - CIDSE

La communauté Xolobeni et la lutte pour le consentement

«Nous croyons savoir qui nous sommes grâce à la terre. Nous pensons qu'une fois que vous avez perdu la terre, vous avez perdu votre identité », déclare le militant communautaire Nonhle Mbutuma, membre fondateur du Comité de crise d'Amadiba et habitant de Xolobeni. «Nous pensons également que c'est notre droit de vivre dans un environnement sain (…). Pour que toutes ces choses se produisent, nous croyons que les femmes doivent faire partie du processus décisionnel. Il ne devrait y avoir aucune discrimination en termes de sexe. Si nous faisons cela, nous allons bâtir une nation saine. »

NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE.

Pour des militants comme Mbutuma, le droit des femmes et des communautés à avoir leur mot à dire sur ce à quoi ressemble le développement pour elles est depuis longtemps une cause pour laquelle il vaut la peine de se battre. Dans de nombreux pays riches en ressources du Sud, l'exploitation et l'extraction à grande échelle des ressources naturelles et les méga projets d'infrastructure qui les accompagnent sont souvent la voie choisie et célébrée pour sortir de la pauvreté et de la dépendance. Cette approche de développement dominante tend cependant à se faire aux dépens des communautés, donnant la priorité aux profits sur les moyens d'existence et le bien-être des citoyens. Dans cette logique de développement, le consentement - le droit des communautés de dire «oui» ou «non» aux projets extractifs - est simplement un «exercice d'approbation automatique pour permettre aux projets… de se dérouler sans entrave» au lieu d'un processus démocratique et communautaire .

Les femmes sont aux premières lignes des projets liés aux activités extractives, faisant face au double fardeau d’une division du travail sexospécifique et à un pouvoir inégal de prendre des décisions au sein de la communauté. Lorsque la terre est prise, ce sont les femmes, les principaux producteurs de subsistance qui sont ignorées et ne sont pas indemnisées pour leurs droits fonciers informels non reconnus. Lorsque l'eau est polluée, les femmes marchent plus longtemps et plus longtemps, dans des zones souvent dangereuses, à la recherche d'eau potable pour leurs familles. Et lorsque des enfants et d’autres membres du ménage tombent malades à cause de la pollution de l’eau et de l’air, ce sont les femmes qui les soignent dans le cadre de leurs responsabilités parentales non rémunérées.

"Consentement ”N'est pas une nouvelle idée. En tant que concept, il est passé d’un individu à un collectif, fondé sur la théorie morale et le statut juridique. Cependant, dans de nombreuses communautés, la réalité est que même lorsque le consentement est légiféré, il vit et respire en lutte. Une de ces luttes est celle de la communauté Xolobeni dans la province du Cap oriental en Afrique du Sud.
Au début de 1996, Mineral Resource Commodities (MRC), une société minière australienne, a commencé à s'intéresser à l'extraction de titane à Xolobeni. Ils ont d'abord contacté l'autorité tribale locale (AT), qui gère les affaires de la communauté conformément aux lois et traditions coutumières. Le TA a ensuite présenté la société à la communauté Amadiba vivant dans la région et lui a donné l'occasion d'expliquer ses intérêts miniers. Dès le début, la majorité de la communauté n’était pas satisfaite - certains étant préoccupés par les menaces qui pèsent sur leurs pâturages et leur approvisionnement en eau, l’impact sur le bétail et les moyens de subsistance ainsi que la destruction de plantes médicinales et l’ingérence dans les tombes des ancêtres.

Néanmoins, dans 2002, le MRC a présenté sa première demande au département des ressources minérales (DMR) (alors département des minéraux et de l’énergie) pour prospecter la région dans l’intention de commencer l’exploitation minière dans 2007. Poussé par les intérêts croissants du secteur minier et les pressions sur la communauté, le Comité de crise Amadiba (ACC) a été fondé par des membres de la communauté opposés au secteur minier.

En juillet 2008, le DMR avait accordé des droits miniers à Transworld Energy and Minerals (TEM), filiale de MRC en Afrique du Sud, qui détient le projet Xolobeni Mineral Sands. Cette décision a suscité des protestations de la part de la communauté et une réaction violente de la part de la police à l'encontre de ceux qui ont pris la parole. «En septembre 2008, des élèves de l'école secondaire de premier cycle de Xolobeni ont été endossés par la police après avoir refusé de chanter lors d'un événement organisé par des hommes politiques pour célébrer l'octroi des droits miniers», écrit un journaliste à la fois.

La mobilisation du CAC contre la décision a entraîné la révocation des droits miniers. Mais la lutte ne s'est pas arrêtée là.

Depuis 2011, la communauté Xolobeni a continué de s'opposer aux perspectives minières de sa région, résolue à bloquer «l'évaluation de l'impact sur l'environnement» nécessaire à l'exploitation minière dans 2015. Ce blocus a entraîné une escalade de la violence et de la répression contre la communauté par la police. Sur 22 de février 2016, les forages prévus sur les dunes ont été bloqués par une mobilisation de masse. Peu de temps après, Bazooka Radebe, président du CAC, a été assassiné par deux tireurs devant son fils sur 22 March 2016.

En avril, 2016, la Commission sud-africaine des droits de l'homme condamné Le meurtre de M. Radebe et le violence continue liés à l'exploitation minière dans la communauté Xolobeni. Presque un an plus tard, en juin, 2017, le gouvernement a annoncé un moratoire sur le secteur minier à Xolobeni, prévu pour un mois, afin de donner le temps de «résoudre» le conflit qui oppose la communauté. ACC a depuis rejeté le moratoireet soutiennent que cela fait partie d’une stratégie visant à démobiliser la résistance de la communauté et à préparer le terrain à l’exploitation minière.

au jugement, lutter à Xolobeni est emblématique de centaines de communautés du Sud qui luttent pour revendiquer leur souveraineté en matière de développement contre des entreprises et des États. Dans ce cas, l'État travaille avec une vision du développement qui ignore les intérêts et les voix de la communauté même la plus directement touchée. Leur lutte en cours définir et façonner le développement en soi témoigne de la nature révolutionnaire du consentement.

Pour WoMin, le consentement est lié à la question du pouvoir. En tant que collectif, WoMin travaille avec les femmes et les communautés pour construire un «contre-pouvoir» autour du consentement, amenant les voix et les intérêts du développement des femmes rurales et paysannes au centre des processus décisionnels en matière de développement. aux femmes pouvoir de contrer L'exclusion patriarcale des discussions et des décisions concernant les programmes de développement capitalistes extractivistes qui les poussent à quitter leurs terres et à ouvrir leurs territoires à l'exploitation est essentielle pour la mise en place de solutions de développement véritablement radicales.

Pour en savoir plus sur l'extractivisme et la souveraineté du développement, les luttes de la communauté Xolobeni et les approches de WoMin, lisez le document sur lequel est basé cet article, Extractives contre la souveraineté du développement: instaurer des droits de consentement pour les femmes africaines, disponible à l'adresse suivante: Journal genre et développement - Natural Resource Justice ou visitez le site Web de WoMin ici: www.womin.org.za 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange