Communiqué de presse: Deux ans après l'éclatement du barrage de Mariana: une action mondiale est nécessaire pour éviter des catastrophes similaires - CIDSE
Crédits: Rogério Alves / Télévision Senado CC DE 2.0

Communiqué de presse: Deux ans après l'éclatement du barrage de Mariana: il faut agir au niveau mondial pour prévenir des catastrophes similaires

Crédits: Rogério Alves / Télévision Senado CC DE 2.0

La semaine dernière (23 Octobre 27-2017), les premières négociations en vue d'un traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme se sont déroulées à Genève. La dynamique progresse, mais des efforts supplémentaires sont nécessaires pour mettre en place le cadre nécessaire pour mettre fin à l'impunité des entreprises et permettre aux victimes de violations des droits de l'homme d'accéder à la justice.

Le 5th de novembre, 2015, le barrage de Fundão a éclaté dans la municipalité de Mariana à Minas Gerais, au Brésil. Des millions de mètres cubes de résidus miniers de la mine exploités par Samarco, une entreprise commune de Vale-BHP Billiton, ont créé un torrent de boue qui a détruit des villages entiers, y compris des écoles et des églises, et a contaminé les rivières Gualaxo do Norte, Carmo et Doce. 19 est mort et des centaines de milliers de personnes ont été touchées. En ce qui concerne les réparations et les indemnisations, la plupart des personnes touchées attendent toujours que justice soit rendue.

CIDSE a développé un dossier multimédia en ligne faire éclater l'histoire scandaleuse du Mariana et la lutte des personnes touchées pour la justice aussi largement que possible.

La défaillance du barrage de Samarco Fundão n'est pas un cas isolé; Dans le monde entier, de nombreuses personnes sont victimes d'atteintes aux droits humains imputables aux activités d'entreprises transnationales. Bien qu'il existe un certain nombre de cadres internationaux non contraignants, les victimes de violations des droits de l'homme ne peuvent en tirer aucun droit directement opposable. Et s’appuyer principalement sur les différents États pour promouvoir et garantir la protection des droits de l’homme lorsque des entreprises puissantes opèrent au-delà des frontières n’est tout simplement pas suffisant.

"La CIDSE demande des règles contraignantes au niveau international par le biais d'un traité des Nations Unies visant à garantir que les sociétés exercent leurs activités de manière responsable, en veillant à ce que les personnes et la nature n'en pâtissent pas. Maintes et maintes fois, nous constatons que les seules approches nationales sont incapables de faire face à l'internationalisation du monde des affaires. Les défis mondiaux exigent des réponses mondiales », a déclaré Denise Auclair, conseillère principale à la CIDSE.

La semaine dernière, le groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée, qui a pour mandat d'élaborer un instrument juridiquement contraignant sur les sociétés transnationales, les autres entreprises et les droits de l'homme, s'est réuni à Genève. La CIDSE est heureuse de constater l'élan croissant du traité, avec la participation des États de 100 à la session de cette année, ainsi que de nombreuses contributions d'universitaires et d'experts montrant la voie vers un futur traité. Nous appelons tous les États à prouver leur engagement envers les victimes de violations des droits de l'homme, comme cela a été annoncé au cours de la session, en s’engageant de manière constructive dans les prochaines étapes efficaces du processus visant à remplir le mandat.

Pendant ce temps, les victimes du barrage qui a éclaté à Mariana continueront de réclamer justice et une prévention plus efficace, et le réseau CIDSE est déterminé à les soutenir.

Le dossier est disponible en Anglais, Portugais, Espagnol, Français et de Allemand.

Contact: Valentina Pavarotti, chargée de communication et des médias à la CIDSE, pavarotti (at) cidse.org

 

CIDSE_press_release_Mariana_anniversary.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux