Explorer les principes de l'agroécologie: points forts et voies à suivre - CIDSE

Exploration des principes d’agroécologie: points saillants et perspectives

Le 26 octobre, lors du Forum Agroécologie Europe à Lyon, la CIDSE a organisé un atelier intitulé «Explorer les principes de l'agroécologie», pour échanger et confronter des idées autour des intersections entre agroécologie et justice sociale, genre, jeunesse, viabilité économique et résilience climatique. Voici quelques-uns des faits saillants des tables de discussion. 

 

 

 

L'agroécologie comme moyen de justice sociale

La qualité des régimes alimentaires, la menace d'accaparement des terres, la santé de l'environnement naturel font partie des défis auxquels de nombreuses communautés sont confrontées aujourd'hui. Leur sécurité alimentaire et nutritionnelle est liée au respect de leurs droits fonciers, de la santé de leurs sols et de leurs voies navigables. Les discussions sur la manière de contrer des menaces telles que celles présentées par les industries extractives et les mégaprojets permettent de réfléchir à la manière de protéger le territoire dans toutes ses dimensions, à la fois sociale, culturelle, environnementale et économique.

L'agroécologie représente une réponse holistique à ces défis. Représentant un mode de vie par opposition à un système axé sur la production, les participants tiennent compte de son potentiel pour renforcer les relations au sein des communautés et entre celles-ci. Le potentiel de l'agroécologie à fournir des moyens de subsistance durables en tant que moyen de consolidation de la paix a été identifié comme un attribut important dans les contextes post-conflit tels que celui de la Colombie.

L'identification des opportunités d'influencer les politiques publiques qui soutiennent la promotion de l'agroécologie est essentielle. Parallèlement à l'engagement politique, le développement d'une masse critique grâce à la construction d'alliances avec des organisations de la société civile partageant les mêmes idées - y compris des consommateurs, des médias et des chefs religieux intéressés - a été identifié comme une stratégie importante pour promouvoir une transition politique agroécologique.

Michael O'Brien (Trócaire) a dirigé cette table avec Pedro Guzmán du Red Nacional de Agricultural Familiar, en Colombie.

 

Photo 26 10 2017 1

Agroécologie et… féminisme!

Sur l’un des tableaux de l’atelier CIDSE sur les principes de l’agroécologie, nous avons discuté de la question centrale de l’égalité des sexes. En fait, pas le genre. La réaction commune autour de la table à notre présentation initiale a été que nous devrions utiliser le terme «féminisme». Afin de ne pas nous limiter aux questions techniques et oublier les aspects politiques et sociaux: il n’ya pas d’agroécologie sans féminisme! C'est un message, un avertissement, exprimé à plusieurs reprises et de différentes manières et lié aux différents thèmes de ces trois derniers jours: ne limitez pas l'agroécologie à une pratique technique! Il s’agit avant tout de parvenir à la justice sociale.

Mais revenons au genre, ou plutôt au féminisme et à l’agroécologie. Nous avons appris que lors de la construction de l'agroécologie au cours de ces dernières décennies, la nature était plutôt patriarcale! Cela a commencé comme une lutte de fermiers de sexe masculin, luttant pour réaffirmer leurs droits sur la terre mais avec peu d’attention pour les droits des agricultrices. L'agroécologie doit aujourd'hui s'efforcer activement de créer l'équité. Et cela n'arrivera pas tout seul. L'agroécologie offre aux femmes la possibilité d'accroître leur autonomie économique et, dans une certaine mesure, d'influencer les relations de pouvoir, en particulier au sein du ménage. L'agroécologie peut dissocier tous les agriculteurs, hommes et femmes, du pouvoir des entreprises, mais ne déconstruira pas automatiquement la domination masculine sur les sociétés du monde entier. Dans l'agriculture, cela est d'autant plus important que la soi-disant agriculture moderne de la Révolution verte a effacé depuis des décennies le savoir agricole traditionnel, souvent détenu par les femmes. En Afrique, les gens se souviennent encore de nombreuses pratiques agroécologiques, ils ne sont pas nouveaux pour eux, ils ont les connaissances pratiques pour les mettre en œuvre. Cependant, la tradition s'avère être un obstacle majeur à la mise en œuvre de l'agroécologie.

Tout en cherchant des réponses, les participants à la table ont souligné que toute lutte pour la justice sociale, que ce soit le féminisme ou l'égalité, engendrerait toujours des conflits. Une résistance féroce sera rencontrée et les gens en souffriront inévitablement. Mais il est important de ne pas rester isolé. Les hommes féministes devraient être identifiés pour participer à la lutte avec les femmes. Le mouvement agroécologique vise à changer le système dans son ensemble et devrait donc toujours aller de pair avec le féminisme. Le potentiel particulier de transformation est illustré par l'exemple des conférences, des cours universitaires, entre autres espaces axés sur l'agroécologie, qui attirent une majorité de femmes et de jeunes. Cela contraste avec les études, séminaires, conférences sur l'agriculture conventionnelle qui ont tendance à être dominés par des hommes (plus âgés). Il y a donc beaucoup à espérer dans cette voie.

Katelijne Suetens (Broederlijk Delen) a dirigé la discussion avec Lynne Davis de La Via Campesina.

 

Agroécologie et jeunesse en milieu rural

Photo 26 10 2017 3

La question de la jeunesse dans les zones rurales est un problème mondial. Nous voyons de plus en plus de personnes émigrer des zones rurales en raison du taux de chômage élevé et de l’impression que les conditions de vie sont meilleures et meilleures dans les villes. L'impact de cette

La situation est un manque de dynamisme dans les zones rurales et le manque d'opportunités locales pousse cette situation dans un cercle vicieux. Sans la présence de jeunes ou d'agriculteurs dans les zones rurales, il devient plus facile pour les grands propriétaires terriens ou les grandes entreprises d'acheter ou d'acquérir plus de terres. En retour, cela rend plus difficile l'accès des jeunes agriculteurs ou des petits agriculteurs à la terre en raison de leurs faibles capacités financières.

De plus, les réponses techniques ou technologiques, telles que les semences OGM, poussent les agriculteurs au suicide. Ce n’est pas la technologie elle-même qui tue, mais les coûts qu’elle représente. Les entreprises agro-industrielles vendent un rendement idéal qui ne convient pas nécessairement au type de terrain. Les agriculteurs sont endettés et n’ont aucune possibilité de rembourser les prêts qu’ils ont contractés. Malheureusement, beaucoup se suicident, car ils ne trouvent pas d'autre solution. Le fait que les politiques globales et la publicité soient en faveur de ce modèle agro-industriel fait que les agriculteurs ont tendance à croire que c'est la solution. On oublie comment ce modèle a besoin d'externalités pour pouvoir exister.

Cependant, tout n'est pas négatif. Des exemples de changements se produisent lorsque des approches communautaires sont utilisées. Le fait qu'il existe peu ou pas de politiques rurales ou urbaines en faveur de la jeunesse montre l'importance de faciliter l'émergence d'organisations de jeunes et de femmes. Il est également nécessaire de changer la vision hégémonique de l'éducation et plus particulièrement des approches agricoles. Au Brésil, des systèmes comme les «semaines alternées» (une semaine à l'école, une semaine à la maison) devraient être encouragés pour maintenir le lien avec les réalités rurales.
En ce qui concerne les jeunes des zones rurales, il est nécessaire de «redonner de la vigueur à l'agriculture» ou de «rendre l'agriculture cool». L'agriculture joue un rôle essentiel qui nous permet de nous nourrir et donc aussi de partager des moments avec des amis et de tisser des liens sociaux. Montrer et expliquer à quel point cette profession est cruciale est une étape importante pour renforcer la relation des jeunes ruraux à leurs origines. Changer le récit dominant est essentiel. Comme l'a dit Krishnakar Kummari, président du MIJARC World, «l'agriculture est notre passé, notre présent et notre avenir». Pour lui permettre de rester un important héritage culturel, nous devons encourager les gens à se lier, communiquer et se soutenir, en particulier au sein des communautés paysannes et de plus en plus entre les communautés rurales et urbaines et les jeunes.

Vincent Melis (Entraide & Fraternité) a animé la table de discussion avec Krishnakar Kummari du MIJARC World.

 La dimension économique de l'agroécologie

Dans le débat sur la dimension économique de l’agroécologie, l’importance de la construction de systèmes alimentaires territoriaux a été soulignée. En utilisant les ressources locales et en fournissant de la nourriture sur les marchés locaux, l'agroécologie a le potentiel de stimuler les économies locales. Il existe différentes formes de construction de systèmes alimentaires locaux. Les stratégies de commercialisation des produits agroécologiques sont diverses, notamment les marchés de producteurs, les coopératives d’alimentation, les CSA, etc.

Un participant a évoqué son expérience d'une région d'Espagne, où la production alimentaire locale existait, mais la consommation locale était inexistante. Par conséquent, il y avait un manque de confiance et de relation. D'une part, il s'agit d'un problème politique car il montre quel type de consommation est encouragée et laquelle ne l'est pas. Il est clairement nécessaire d'élaborer des politiques qui soutiennent les marchés locaux, comme par exemple les marchés publics d'approvisionnement en aliments issus de sources durables dans les cantines scolaires. Par contre, il s’agit de sensibiliser, de s’organiser et de faire participer les gens. Une stratégie dans ce cas particulier pourrait être, par exemple, de créer des groupes de consommateurs avec les populations locales. Lorsque nous voulons reconstruire les systèmes alimentaires territoriaux, nous devons également repenser nos modes de consommation afin de les adapter aux conditions locales.

L'agroécologie contribue également aux économies en offrant des possibilités d'emploi dans les zones rurales et périurbaines. L'agroécologie a pour objectif de fournir un travail décent qui respecte les droits de l'homme et procure un revenu décent aux agriculteurs. Des innovations (techniques) telles que des outils et des machines adaptés à l'agriculture agroécologique et pouvant être utilisés pour une agriculture diversifiée et peu structurée peuvent faciliter le travail.

En ce qui concerne la viabilité économique, il est important de souligner que l'agroécologie n'a pas d'externalités, car elle ne produit pas de déchets et n'a pas d'impact négatif sur la santé. Mais pour comprendre le plein potentiel de l’agroécologie, il faut regarder les valeurs au-delà de l’argent. D'autres facteurs, qui jouent un rôle crucial dans le soutien à l'agroécologie, sont le temps utilisé pour soutenir les systèmes alimentaires locaux et la participation à des actions concrètes.

Sarah Schneider (Misereor) a dirigé la discussion avec Judith Hitchman d'Urgenci.

 

Agroécologie et résilience climatique

Les contributions d’agriculteurs proches de 25, de concepteurs de la permaculture, d’écologistes, d’étudiants et d’universitaires ont permis de lancer des réflexions novatrices sur la manière de donner à l’agroécologie l’attention qu’elle mérite. Ceci, non seulement pour une plus grande résilience aux impacts du changement climatique, mais également pour la réforme de tout le système alimentaire, qui contribue actuellement simultanément à la fois à la faim et à l'obésité et provoque le retrait à grande échelle des petits exploitants de la terre.

Il est important de commencer à compter les contributions sociales, économiques, culturelles et environnementales de l'agriculture afin que la véritable valeur de l'agroécologie devienne visible. Par conséquent, il est important de faire pression pour une recherche indépendante et d'exiger que la recherche agricole tienne compte des coûts externes négatifs des systèmes dominants à grande échelle à forte intensité de carbone pour la santé, l'intégrité de l'environnement naturel et l'agro-biodiversité.
Cette recherche indépendante doit également porter sur la restructuration des fermes et des paysages agricoles en appliquant les principes écologiques. Seul le 2% de la recherche agricole dans le monde est consacré à l'agriculture non conventionnelle! Faire cela avec les agriculteurs, les pasteurs, les apiculteurs et les autres producteurs d'une manière nouvellement «respectueuse» / ​​«décente», dans laquelle l'agriculteur dirige et possède les connaissances, est le seul moyen significatif de progresser.

Mais la pratique est ce qui a vraiment besoin de l'investissement. Les lobbyistes devraient exiger du gouvernement qu'il soutienne ceux qui sont prêts à prendre des initiatives pour changer la façon dont les aliments sont cultivés, conservés, transportés, commercialisés et consommés. Cultivée comme si la nature était un allié, préservée comme si le consommateur importait, transportée comme si l'air pur et le climat importaient, et consommée comme si chaque once d'énergie dépensée avec soin pour le mettre en valeur importait. Des initiatives locales sont lancées dans le monde entier, notamment par les pays d'Amérique latine il y a quelques décennies. Des exemples de Turquie, du Kenya, de France et d’Espagne ont été cités avec enthousiasme et enthousiasme.

Où prendre cet enthousiasme? Comment obtenir ce soutien gouvernemental? Selon Michel Pimbert, les gouvernements les plus efficaces et les plus agiles sont les gouvernements locaux tels que les municipalités. Il existe des exemples de bonnes politiques d'achats publics pour les repas des écoles et des hôpitaux, de la réduction du gaspillage alimentaire et des mesures de lutte contre le changement climatique prises par les gouvernements locaux d'Italie à la Californie. Les initiatives locales avec les gouvernements locaux sont moins écrasantes, plus accessibles et tangibles que les mécanismes de gouvernance nationaux, régionaux ou internationaux distants. Nous allons donc utiliser une partie de l'énergie de lobbying actuellement utilisée pour les processus internationaux au profit d'initiatives plus concrètes au niveau local! Tous les efforts pour adopter l’agroécologie finiront par s’additionner ou s’étendre sur le paysage, selon le cas.

Rose Hogan (Trocaire) a dirigé la discussion avec Michel Pimbert de l'Université de Coventry, au Royaume-Uni.

 

Le rôle de la jeunesse en agroécologie: une perception personnelle

Pour parvenir à une agriculture plus durable, l'agroécologie est selon moi la meilleure approche pour assurer la sécurité alimentaire. Les jeunes ont la part du lion dans la production d'aliments en synchronisation avec la nature et pour diminuer les impacts néfastes de la dégradation des sols, des dommages environnementaux, de la perte de biodiversité, des revenus inappropriés pour les agriculteurs, etc. Par une implication efficace, les jeunes peuvent lutter contre les problèmes de la faim dans le monde et garantir la sécurité alimentaire. Dans certaines régions d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine où le MIJARC est actif, une proportion importante de jeunes vivent en tant qu’agriculteurs et naturalistes. Ce sont également des producteurs agricoles et des exportateurs. Si les jeunes reçoivent correctement les connaissances traditionnelles et scientifiques, ils peuvent certainement garantir des systèmes alimentaires durables plus sains en utilisant les ressources plus efficacement, tout en conservant les ressources naturelles et en améliorant les moyens de subsistance ruraux. Par exemple, lorsque les jeunes ont accès aux connaissances scientifiques sur les pratiques de polyculture (cultures multiples telles que les cultures associées, les cultures mixtes) par opposition à la monoculture intensive (une seule culture sur la terre), ils peuvent améliorer la diversité de l'écosystème. Les jeunes peuvent également être de puissants agents d'un mélange fort entre les éléments écologiques et socio-économiques.

Le MIJARC travaille dans le sens des objectifs de la FAO, à savoir éliminer la faim et la malnutrition en promouvant la sécurité alimentaire. Notre récente réunion intercontinentale au Rwanda (août 2017) s'est concentrée sur le même sujet, à savoir atteindre l'objectif de la faim zéro. L'élimination de la faim prend deux mains pour applaudir: le producteur doit être indemnisé et subventionné de manière satisfaisante, tandis que le consommateur doit être nourri de manière adéquate. La faim ne peut être éliminée si les jeunes ne réagissent pas à ce problème colossal. Ces dernières années, les jeunes ont expérimenté la culture de légumes et de céréales dans des exploitations verticales ainsi que dans des exploitations de laboratoire, ce qui est très louable. Une éducation et une alphabétisation appropriées sont nécessaires pour que les jeunes puissent atteindre les objectifs de l'ONU et de la FAO. Une fois formés, ils travailleront efficacement à la conservation des ressources biologiques en utilisant les connaissances innovantes locales et traditionnelles pour créer des systèmes alimentaires durables fondés sur les besoins et les écosystèmes locaux. Les pratiques agroécologiques sont mieux adoptées lorsqu'elles ne sont pas imposées de haut en bas, mais sont partagées entre jeunes. Cela conduira à la création conjointe de connaissances. Ainsi, l’éducation - formelle et non formelle - joue un rôle essentiel dans le partage des connaissances à la fois horizontalement et verticalement. Les jeunes peuvent également être des agents efficaces des ressources renouvelables, du traitement des déchets, de la biofertilisation, de la gestion intégrée des cultures et du système agricole, ce qui accroît l'activité microbienne. Ils peuvent également diffuser les connaissances empiriques locales des jeunes agriculteurs pour autonomiser les communautés voisines.

Inspiration de ce forum: 

En tant que président mondial du MIJARC et produit de l'agriculture rurale de l'État de Telangana en Inde, je considère comme un privilège rare d'avoir participé au forum de la CIDSE. Au nom de l'équipe du MIJARC, je voudrais remercier les organisateurs pour les exposés enrichissants et les discussions très utiles sur l'agroécologie. Ce fut un plaisir de voir comment et où les méthodes agroécologiques sont déjà mises en pratique. J'ai personnellement apprécié la discussion et les interventions qui m'ont permis de mieux comprendre les pratiques agroécologiques. Ils sont édifiants et inspirants. La CIDSE a fourni une plate-forme permettant à différents représentants du monde entier de partager leurs expériences. Agroécologique L'agriculture durable n'étant pas toujours garantie dans les économies en développement du monde entier, le MIJARC s'est engagé à contribuer à cette mission dans certaines régions d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Nous utiliserons nos prochaines réunions mondiales, continentales, nationales et locales pour nous concentrer davantage sur l’agroécologie. Nous nous sommes engagés à travailler avec les organisations membres concernées, engagées dans la même cause.

Krishnakar Kummari, président du MIJARC World

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange