Près de 100 organisations dans le monde condamnent les plans de biocarburants de l'Agence des Nations Unies pour l'aviation - CIDSE

Presque toutes les organisations 100 du monde condamnent les projets de biocarburants de l'Agence de l'aviation de l'ONU

Des organisations environnementales et de développement des cinq continents ont écrit aujourd'hui à l'agence de l'aviation des Nations Unies (OACI) condamnant une proposition d'utilisation à grande échelle de biocarburants dans les avions.

 

 

 

La lettre signée par les groupes 96 stipule que l'utilisation de biocarburants à grande échelle entraînera inévitablement une nouvelle expansion de l'huile de palme [1], ce qui entraînera une déforestation accrue, une augmentation des émissions dues au changement climatique, ainsi que davantage d'accaparement de terres et de violations des droits de l'homme et des terres. Les propositions seront discutées cette semaine (octobre 11-13) par l’Autorité de l’aviation civile internationale (OACI) lors de sa conférence sur l’aviation et les carburants de remplacement, à Mexico.

Selon la proposition «Vision» de l'OACI, l'industrie aéronautique utiliserait 5 millions de tonnes de biocarburants par an à partir de 2025, qui passeront à 286 millions de tonnes d'ici 2050 - plus de trois fois la quantité de tous les biocarburants produits aujourd'hui [2]. Il fait partie d'une tentative de l'industrie aéronautique et de l'OACI de maintenir des niveaux élevés de croissance de l'aviation tout en les présentant comme «neutres en carbone» à partir de 2020 [3].
Un rapport approfondi publié par Biofuelwatch la semaine dernière [4] montre que les matières premières (matières premières utilisées pour produire du biocarburant) autres que l'huile de palme ne peuvent être converties à grande échelle en carburants d'aviation, ni à cause d'obstacles techniques, ni pour des raisons économiques.

Mary Louise Malig, de la Global Forest Coalition, l'un des signataires de la lettre ouverte, a déclaré: «Les biocarburants sont déjà responsables de la déforestation à grande échelle, de l'accaparement de terres, de violations des droits humains, de la perte de souveraineté alimentaire et de la sécurité alimentaire. Le ravitaillement des avions en plus des voitures avec eux amplifierait ces graves conséquences sans rien faire pour lutter contre le changement climatique. "
Almuth Ernsting de Biofuelwatch a déclaré: «Si les membres de l'OACI adoptent la proposition du Secrétariat, ils enverront un signal dangereux aux entreprises mondiales d'huile de palme, qui en seront les principaux bénéficiaires et qui voudront en profiter pour saisir encore plus de terres. pour les plantations. "

Les émissions de gaz à effet de serre de l'aviation internationale ont augmenté de 87% entre 1990 et 2014 [5] et augmentent plus rapidement que celles de presque tout autre secteur. Les organisations soulignent qu’il est urgent de réduire cette croissance vertigineuse si l’on veut que le monde ait la possibilité de respecter les engagements de l’Accord de Paris.

«L'industrie du transport aérien veut nous faire croire qu'elle passe au vert, tout en augmentant considérablement ses émissions de carbone d'ici le milieu du siècle. Leur solution est d'utiliser plus de biocarburants - c'est-à-dire de l'huile de palme - ce qui ne fera qu'accélérer la destruction des forêts tropicales du monde. Pourquoi d'autres secteurs devraient-ils réduire leurs émissions et les compagnies aériennes s'en tirent-elles? » a déclaré Julia Christian, une militante de l'ONG forestière Fern. "

Carlos Calvo Ambel, directeur du climat et de l'analyse chez Transport & Environment (T&E), a déclaré: «Le transport aérien a connu une croissance exponentielle, alimenté par des subventions publiques telles que l'absence de taxe sur les carburants et peu ou pas de TVA. Le battage médiatique des biocarburants ne doit pas être utilisé comme une autre mesure de greenwashing. L'OACI devrait plutôt obliger l'aviation à payer sa juste part de taxes et promouvoir des mesures qui réduisent effectivement les émissions de l'aviation. »

 

Contacts:
Valentina Pavarotti, responsable des médias et des communications à la CIDSE
pavarotti [at] cidse.org; + 32 (0) 2 2824073

 

Notes:
[1] La lettre est disponible sur www.biofuelwatch.org.uk/2017/aviation-biofuels-open-letter
[2] La «Proposition de vision de l'OACI sur les carburants de remplacement pour l'aviation» du Secrétariat de l'OACI est disponible à l'adresse suivante: icao.int/Meetings/CAAF2/Documents/CAAF.2.WP.013.4.en.pdfCAAF.2.WP.013.4.en.pdf. Notez que tous les «carburants de remplacement» potentiellement disponibles sont des biocarburants.
[3] Assemblée de l'OACI en octobre 2013 a adopté un objectif ambitieux de «croissance neutre en carbone de 2020», voir: icao.int/environmental-protection/Pages/A39_CORSIA_FAQ1.aspx
[4] Le rapport de Biofuelwatch intitulé «Biocarburants dans l’aviation: comment les plans de l’OACI et de l’industrie pour des« carburants alternatifs alternatifs durables »pourraient conduire à des avions volant à l’huile de palme» peut être téléchargé à biofuelwatch.org.fr/2017/aviation-biofuels.
(5) unfccc.int/resource/docs/2016/sbi/eng/19.pdf

Aviation_biofuels_sign-on__letter.pdf
Aviation_biofuels_sign-on_letter_in_Spanish.pdf
ICAO_biofuels_conference_PR.docx
ICAO_biofuels_conference_PR_in_Spanish.docx

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange