Déclaration: Arrêtez la BCE de subventionner la catastrophe climatique - CIDSE

Déclaration: Stop à la catastrophe climatique subventionnée par la BCE

La politique économique devrait contribuer à la lutte contre l'injustice sociale et le changement climatique, et non soutenir les pollueurs et les spéculateurs.

Depuis juin 2016, la Banque centrale européenne (BCE) a injecté quelque milliards de 67 dans l’économie de la zone euro pour financer les achats d’obligations de sociétés. Cela fait partie d'un programme de création monétaire dénommé «assouplissement quantitatif», qui vise à stimuler l'économie de la zone euro grâce à l'achat d'obligations de sociétés. Cependant, au nom de la croissance, ce programme soutient les entreprises au cœur de la crise climatique.

Parmi les sociétés favorisées par la BCE figurent certaines des industries les plus sales de la planète. La banque n'a pas révélé combien d'argent avait été dépensé pour les obligations d'entreprises individuelles. Mais les sociétés pétrolières et gazières, telles que Shell, Total et Repsol, semblent avoir reçu un soutien particulier, de même que les constructeurs automobiles et les entreprises de voirie. Par exemple, des obligations Shell ont été achetées onze fois depuis le lancement du programme. Et si les achats d’obligations dans l’industrie du carbone représentent jusqu’à concurrence de 68 pour cent des investissements de certaines banques centrales nationales dans le cadre du programme, très peu d’investissements dans les énergies renouvelables sont visibles dans les listes d’achats d’obligations.

En d'autres termes, six mois seulement après la signature de l'Accord de Paris par les pays européens, la BCE a commencé à verser de l'argent bon marché dans les poches d'énormes entreprises qui peuvent déjà facilement accéder aux marchés de capitaux et dont les activités sont - par nature - destructrices pour le climat et donc la vie et les moyens de subsistance des gens du monde entier.

Quelle que soit la logique de la BCE dans la sélection de ces obligations, un tel programme ne peut être justifié dans le contexte de l'urgence climatique en cours. Toutes les institutions de l'Union européenne et tous ses États membres ont la responsabilité de lutter contre le changement climatique. Investir des milliards d'euros dans des industries à forte intensité de carbone va clairement à l'encontre de l'objectif consistant à mettre un terme au changement climatique désastreux.

Il existe peu de preuves montrant que les achats en cours de la BCE par les entreprises ne font que fournir de l'argent moins cher aux entreprises. Apparemment, l'argent finit par devenir un revenu supplémentaire pour quelques actionnaires fortunés, tandis que les petites et moyennes entreprises créatrices d'emplois sont mises à l'écart.

En revanche, des politiques économiques bien conçues pourraient aider à soutenir des projets bénéfiques sur le plan social et environnemental, dans lesquels le secteur bancaire traditionnel n'a pas voulu investir.

Il est temps de changer cela.

Dans un premier temps, nous demandons la transparence. Il est inacceptable que la BCE ne soit pas disposée à révéler ses achats au public. Le public a le droit de savoir quelles sociétés bénéficient du programme de la BCE et, en particulier, combien d'argent est dépensé en obligations de sociétés individuelles.

Deuxièmement, nous demandons un changement de cap. Arrêtez de financer les combustibles fossiles. La stratégie de l'UE en matière d'achat d'obligations et ses objectifs sociaux et environnementaux, notamment la réalisation des objectifs de Paris en matière de climat, doivent être alignés.

Troisièmement, nous demandons aux décideurs européens de développer une alternative: nous avons besoin d’une stratégie sous contrôle démocratique qui oriente les investissements vers des industries créatrices d’emplois et nous mette sur la bonne voie pour lutter contre la crise climatique.

signataires:

350.org (EU / global)
Action d'Irlande (Irlande)
ActionAid (Royaume-Uni)
Alternativa antimilitarista de Las Palmas (Espagne)
Ander Europa (Pays-Bas, Belgique)
Alternative Association d'économie alternative (Espagne)
ATTAC Deutschland (Allemagne)
ATTAC España (Espagne)
ATTAC France (France)
ATTAC Irlande (Irlande)
ATTAC Norge (Norvège)
ATTAC Österreich (Autriche)
Bankwatch (EU)
Bio Consom'acteurs (France)
Bond Beter Leef Milieu (Belgique)
CADTM (EU)
Observatoire du marché du carbone (UE)
ChristianAid (Royaume-Uni)
CIDSE (UE)
Réseau Action Climat, CAN (EU)
Collectif des Tables Rondes Citoyennes (France)
Collectif Roosevelt (France)
Confederación Intersindical (Espagne)
Observatoire européen des entreprises (UE)
Contre-balance (UE)
Résistance à la dette UK (UK)
Ecologistas en Acción (Espagne)
End Ecocide on Earth (UE-global)
Ingénieurs sans frontières (Espagne)
ENTREPUEBLOS / ENTREPOBLES / ENTREPOBOS / HERRIARTE (Espagne)
FSESP, Fédération européenne des syndicats de services publics (UE)
Alternatives Européennes (UE)
Fairfin (Belgique)
Association Focus pour le développement durable (Slovénie)
Fondation Nicolas Hulot (France)
Amis de la Terre Chypre (Chypre)
Amis de la Terre Europe
Amis de la Terre Finlande (Finlande)
Fundacja «Rozwój TAK - Odkrywki NIE» (Pologne)
Global 2000 - Amis de la Terre Autriche (Autriche)
Global Forest Coalition (UE-global)
Global Witness (Royaume-Uni)
Alliance santé et environnement (UE)
Institut Veblen (France)
Institut international pour le droit et l'environnement, IIDMA (EU)
Confédération générale du commerce de l'Espagne (Espagne)
Laissez-le sur le terrain (UE)
Les jours heureux (France)
Miljöförbundet Jordens Vänner (Suède)
Monétatif (Allemagne)
Mouvement Écologique (Luxembourg)
NOAH - Amis de la Terre Danemark (Danemark)
Notre affaire à tous (France)
Parroquia do Cristo da Victoria (Espagne)
Plate-forme en Cantabrie pour les Enfants et les Chambres (Espagne)
Plataforma Rural (Espagne)
QE for People (UE)
Re Common (Italie)
REDESSCAN: Canaries rouges en défense des services sociaux (Espagne)
ReINFORM (Pays-Bas, Grèce)
Réseau international des dialogues en humanité (France)
SOMO (Pays-Bas)
Éliminer la pauvreté (Royaume-Uni)
Changement de système - pas changement climatique (Autriche)
transformer! Europe (UE)
Institut transnational (UE / mondial)
Transport et environnement (UE)
Trocaire (Irlande)
Urgewald (Allemagne)
World Future Council
WWF European Policy Office
Jeunes amis de la terre Ecosse (Ecosse)
ZERO - Association pour la durabilité du système terrestre (Portugal)
Zukunftskonvent (Allemagne)

https://corporateeurope.org/economy-finance/2017/03/stop-ecb-subsidising-climate-disaster 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange