Dernier appel des agences catholiques de développement avant la fin de la COP 21 - CIDSE

Dernier appel des agences de développement catholiques avant la fin de la COP 21

Hier soir, un nouveau texte de l'accord de Paris a été publié et la CIDSE, alliance des agences de développement catholiques 17, espère que certaines questions clés seront encore abordées avant la clôture des négociations prévues pour demain.

 
«Nous appelons les dirigeants, dans le peu de temps qui reste, à faire tout leur possible pour parvenir à un accord afin d'écouter les voix des plus vulnérables du monde et de ne pas les laisser pour compte.» a déclaré Bernd Nilles, secrétaire général de la CIDSE. 
 
Nous sommes particulièrement déçus que lors de la Journée des droits de l'homme (célébrée hier pour le 67ème anniversaire de la déclaration des droits de l'homme), les négociateurs aient supprimé le protection des droits de l'homme du cœur de l'accord. Cela risque de faire peser une menace sur les droits de l'homme sur certains projets climatiques et de marquer un pas en arrière au lieu d'améliorer la convention (CCNUCC).  
 
L’absence de toute référence à la nécessité de protéger la sécurité alimentaire dans le texte actuel, bien que le langage préjudiciable sur la production alimentaire reste, est un autre négatif majeur. Assurer une alimentation adéquate aux plus vulnérables est une question d'accès. Cela a été constamment déclaré par d'autres organismes des Nations Unies. Le simple fait de protéger la production ne garantit pas la sécurité alimentaire ni ne garantit le droit à suffisamment de nourriture, mais entraîne plutôt une augmentation dommageable des émissions.
 
Pays is également traité dans le texte seulement en tant que source de compensation des émissions et ne tient pas compte des personnes vivant sur ces terres et pourrait donc nuire à leurs moyens de subsistance et à leur mode de vie. Cela donne aux gros pollueurs une chance de s'emparer des terres à compenser les projets et déplacer les communautés autochtones, tout en réduisant les terres arables et en augmentant les émissions à la maison. 
 
Les pays ne fournissent aucune assurance sur financement des besoins d'adaptation des pays en développement: cela signifie que beaucoup de communautés pauvres et vulnérables qui ne disposent pas des ressources nécessaires pour faire face à l'évolution de leur climat doivent maintenant se débrouiller seules. Ceux qui ont le plus de responsabilités pour provoquer le changement climatique devraient fournir leur juste part, en fonction de leur responsabilité historique et de leur capacité de payer. Il est temps que les pays riches paient leur dette écologique. 
 
L’espoir est également que l’Accord de Paris donne au monde un signal clair et sans équivoque que le l'ère des combustibles fossiles est sur le point de se terminer. Dans l'état actuel des choses, le projet actuel donne une certaine certitude que nous sommes sur la bonne voie. La décarbonisation par 2050 et le passage aux énergies renouvelables 100%, comme le préconisent les pays les plus vulnérables, iraient plus loin et apporteraient la plus grande clarté sur notre direction collective des déplacements.
 
Nous ne nous contenterons pas d'un accord qui ne place pas le peuple au premier plan, et comme l'a dit le Pape: «Le défi urgent de protéger notre maison commune inclut le souci de rassembler toute la famille humaine pour rechercher un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer. - Laudato Si '.  
 
Contact: Valentina Pavarotti
Responsable Médias & Communication CIDSE
Mobile: + 32 (0) 491 39 54 75
pavarotti (at) cidse.org
 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange