Gaza, un an après le début de `` l'opération Bordure protectrice '' - CIDSE
Gary Walsh, Trocaire

Gaza, un an après le début de «l'opération Bordure protectrice»

Gary Walsh, Trocaire

Un an après le début de `` l'opération Bordure protectrice '', qui a conduit à 51 jours d'hostilités dévastatrices, les habitants de Gaza luttent pour reconstruire leurs maisons et leurs vies

Il y a un an, l'armée israélienne a lancé l'opération «Bordure de protection» dans la bande de Gaza, une partie du territoire palestinien occupé fermeture, au milieu des tirs de roquettes des groupes armés palestiniens. Les hostilités de 51 ont été la troisième escalade majeure en six ans et la plus dévastatrice depuis 1967. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), Des civils palestiniens 1462 et des civils 6 en Israël ont été tués. Au plus fort de l'opération, près d'un demi-million de personnes étaient internes déplacéet sur 18 Les maisons 000 à Gaza ont été totalement ou partiellement détruites. Un indépendant commission d'enquête nommés par l'ONU ont trouvé des indications selon lesquelles l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens avaient violé le droit international humanitaire.

Un an plus tard, les habitants de Gaza luttent pour reconstruire leurs maisons et leurs vies. À propos 100 000 les gens sont toujours déplacés. L’accès des biens et des personnes à destination et en provenance du territoire côtier demeure exceptionnelet la reconstruction a à peine commencé.

Un certain nombre de membres de la CIDSE soutiennent les organisations partenaires locales à Gaza qui mènent d'importants travaux de secours, de redressement et de développement à plus long terme dans une gamme de secteurs - tout en faisant face à ces circonstances difficiles. Plusieurs partenaires en Israël travaillent également à documenter la situation et à plaider pour la protection de tous les civils. Sur les liens ci-dessous, vous pouvez en savoir plus sur les activités de nos membres et de leurs partenaires:

Broederlijk Delen répond à l'anniversaire du début de l'opération Protective Edge huit questions importantes à propos de Gaza, ainsi que Soulignant que les enfants sont les principales victimes de la guerre (liens en néerlandais). Selon Ivan Karakashian de l'organisation partenaire Defence for Children International - Palestine, il n'y avait "pas de lieu sûr pour les enfants" lors de l'opération militaire de l'été dernier. «Des enfants ont été tués dans leurs maisons et leurs écoles. Même ceux qui n'ont pas été blessés physiquement subissent encore souvent de graves conséquences psychologiques ».

Dans ce vidéo, Majeda Al-Saqqa - directrice de l'organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire Association Culture et Libre Pensée (CFTA) à Gaza - décrit comment le soutien psychosocial de la ZLEC aux enfants a dû «revenir au niveau zéro». Elle explique également que la rénovation prévue du centre pour enfants de la CFTA, soutenue par le CCFD, ne peut avoir lieu car le ciment nécessaire ne peut passer à travers la fermeture. Alors que CFTA continue son travail pour renforcer les capacités des jeunes, Majeda souligne que «parler de citoyenneté, alors qu'ils sont sous des tentes… dans une zone où il y a peu d'accès à l'eau, où il n'y a pas d'électricité pendant presque 12 à 18 heures par jour … Est quelque chose de très difficile ». Voir également: Lettre à un enfant de un an à Gaza par le CCFD-Terre Solidaire, Handicap International, Médecins du Monde et Sécours Islamique France, publié dans «La Croix».

Ce article The Independent on Sunday décrit le travail effectué par les partenaires de CAFOD pour faire en sorte que les habitants de Gaza aient accès à de l’eau salubre et à des soins médicaux. Doha, 17 ans, qui a reçu un filtre à eau de Soulagement islamique, explique qu '«il était un temps avant le filtre que nous n'avions pas d'eau potable pendant cinq jours». Foz Boyouk, âgé de 36 ans, dont les parents handicapés sont maintenant traités par un Caritas Jerusalem clinique mobile, a dû risquer sa vie l’année dernière lors des combats pour que son père subisse ses traitements de dialyse: «Les ambulances n’ont aucune aide - c’est trop dangereux pour elles. Si vous étiez blessé, vous mourriez. »Mary Lucas, représentante de CAFOD au Moyen-Orient, dit: «L'année dernière, de nombreux membres du pouvoir ont déclaré qu'un retour à la situation avant la guerre n'était pas une option et que la reconstruction de Gaza devait s'inscrire dans un processus politique significatif. Pourtant, peu de choses ont changé.

Selon Sami El-Yousef du Mission pontificale à Jérusalem, organisation partenaire de MISEREOR, «la victoire a été déclarée à la fois par Israël et le Hamas», mais la réalité montre qu’il n’ya pas eu de vainqueur. «La population de Gaza a payé et continue de payer un prix très lourd alors que la situation sur le terrain reste inchangée». L'une des principales raisons pour lesquelles les habitants de Gaza ont survécu à trois guerres dévastatrices en six ans est leur profond sentiment de foi et d'espoir. El-Yousef conclut que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir les habitants de Gaza et être solidaires avec eux, car ils méritent une vie meilleure.

Les membres du personnel de Trocaire se sont rendus dans la bande de Gaza plus tôt cette année pour constater les dégâts et rencontrer les familles touchées. Certaines de leurs histoires sont dans cette vidéo - Nabil, un agriculteur qui a vu sa femme Shirin et quatre de ses enfants tués dans une attaque de drone; Rawda, qui a perdu deux de ses fils lors d'une frappe aérienne sur un café de plage en regardant un match de football de la Coupe du monde; et Bilal, sa cousine, qui a été gravement blessée lors de la même attaque et qui est maintenant incapable de travailler en raison d'un handicap. Partenaire local de Trocaire, le Centre palestinien pour les droits de l'homme, fournit une représentation légale pour aider ces familles à obtenir justice. Garry Walsh, responsable du programme Trocaire pour les TPO et Israël, souligne la nécessité pour la communauté internationale de soutenir la justice et la responsabilité: «Si personne n'est tenu pour responsable, nous sommes tous assurés de voir une autre vague de violence dévastatrice à l'avenir» .

 

Personne-ressource:
Deborah Casalin
Chargée de mission / conseillère en droit international humanitaire
(Groupe de travail israélo-palestinien)
deborah.casalin (at) broederlijkdelen.be

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange