Le droit à l'alimentation fête ses 10 ans: remettre la `` bonne '' solution en politique alimentaire - CIDSE
Manos Unidas

Le droit à l'alimentation transforme 10: réintroduire la «bonne» solution dans la politique alimentaire

Manos Unidas

Le programme de la deuxième journée du CSA de cette année était chargé de sujets de discussion brûlants.

Une coordination et des liens ont été établis à la fois au niveau international (mettant l'accent sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans le cadre post-2015) et au niveau régional (examinant les efforts du PDDAA et du NEPAD pour intégrer la nutrition dans l'agriculture) occupant une place centrale le matin. Cependant, un fil commun et vital tout au long de ces sessions mais également de tous les domaines thématiques à débattre lors des négociations de cette semaine à Rome est - ou devrait être - le droit à l'alimentation. Avec le Directives volontaires à l'appui de la concrétisation progressive du droit à une nourriture suffisante dans le contexte de la sécurité alimentaire nationaledocument célébrant son 10th anniversaire de cette année, la société civile mettra au défi les gouvernements en posant une question particulièrement pertinente et pertinente à la CFS-41: à quel point sommes-nous sur la voie pour garantir le droit de tous les êtres humains de vivre dans la dignité, à l’abri de la faim et de l’insécurité alimentaire et malnutrition?

Malheureusement, des preuves venant de Rome suggéreraient que la réponse est "pas assez loin". Au fur et à mesure que les négociations de cette semaine se déroulent, les gouvernements continuent de chercher - voire même de rejeter carrément - une approche fondée sur les droits dans l'élaboration des politiques en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, de plus en plus alarmante. Comme indiqué dans le Mécanisme de la société civile relevé de position, les tentatives des décideurs politiques pour affaiblir le droit à l’alimentation sont extrêmement abondantes à Rome: le processus de prise de décision sur le sujet s’étant révélé de plus en plus fermé au cours des derniers mois et, grâce aux tentatives répétées des gouvernements de Dans les documents de politique mondiale, les décideurs vont à l’encontre du CFS.

Promouvoir la réalisation progressive du droit à une alimentation adéquate est au cœur du mandat du CSA ... C'est une partie essentielle du document de réforme du CSA, de l'énoncé de vision du CSA et de nombreuses décisions depuis lors, y compris la Cadre stratégique mondial et les terres parsemées de Directives de tenure sur les terres, les pêches et les forêts. Toute tentative visant à affaiblir le droit à l'alimentation est une tentative d'affaiblir le CSA.
(Mécanisme de la société civile)

Pourquoi le droit à la nourriture est-il juste?

La CIDSE estime qu'une approche centrée sur la dignité humaine concernant tous les secteurs et toutes les politiques devrait être au cœur de nos efforts pour soutenir les communautés et les personnes dont l'accès à la nourriture est précaire. Suivre cette voie nous aidera non seulement à nous attaquer aux causes profondes de la faim, en particulier face au climat et aux crises financières, mais garantira également que les voix des personnes les plus touchées par la pauvreté et l'insécurité alimentaire jouent un rôle actif. dans les discussions en cours, en leur donnant l’espace et l’environnement propice dont ils ont besoin pour devenir leurs propres agents de changement.

Ces sentiments résonnent haut et fort parmi nos amis de la société civile, qui, en prévision de leurs efforts de lobbying à Rome cette semaine, ont préparé un excellent travail préparatoire par la production de deux rapports opportuns:

Lors de la cérémonie de lancement du rapport sur le droit à la nutrition et à la nutrition, qui a eu lieu à Rome le X octobre, le Rapporteur spécial sur le droit à la nourriture, le Dr Hilal Elver, a mis en garde: "Alors que nous célébrons les progrès réalisés au cours de la dernière décennie, en gardant à l'esprit que nous devrons travailler encore plus fort pour réaliser le droit à l'alimentation afin que la faim et la malnutrition n'affectent plus l'humanité. ”

Ce qui est donc clair, c’est que tant le gouvernement que la société civile ont du pain sur la planche si nous voulons que le droit à l’alimentation devienne une réalité pour les millions de personnes qui doivent faire face au quotidien pour essayer de vivre dans la dignité, à l’abri de la pauvreté et de la faim. C'est un scénario qui exige une action urgente et efficace de la part des décideurs politiques, qui doivent faire ce qu'il faut "de bon" en remettant les "droits" dans l'alimentation.

Lire plus sur le CFS41 ici.

Partager ce contenu sur les médias sociaux