Nourriture pour la pensée; pensée pour l'action - CIDSE

Nourriture pour la pensée; pensé pour l'action

L'idiome bien-aimé "matière à réflexion" prend une signification particulière cette semaine alors que les décideurs politiques et les organisations de la société civile se réunissent pour une semaine de négociations intenses et très stimulantes à la 41st session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) à Rome.

Le premier jour des discussions a débuté par une présentation des principales conclusions du très vénéré Etat de l'insécurité alimentaire (SOFI) Rapport 2014. Alors que les délégués du CSA ont pu entendre de première main les progrès accomplis et les lacunes à combler dans la lutte mondiale contre la faim et la malnutrition, ceux qui suivent de loin les discussions de Rome peuvent être désireux d'apprendre certains des faits et chiffres clés émergeant de la rapport disponible en ligne:

  • Selon la FAO, la réduction de la faim dans le monde se poursuit, avec environ X millions de personnes estimées comme étant chroniquement sous-alimentées sous 805 – 2012 (une réduction de plus de millions de 14 au cours de la dernière décennie)
  • Depuis 1990-92, les pays 63 ont atteint l'objectif du Millénaire pour le développement, l'objectif de réduction de la faim 1 - les chiffres suggérant que l'objectif consistant à réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées dans les pays en développement par 2015 est à notre portée.
  • Malgré cette apparente bonne nouvelle, la FAO reconnaît les disparités considérables existant dans toutes les régions du monde. Le rapport suggère que l'Amérique latine et les Caraïbes ont fait des progrès considérables dans la lutte contre la faim et la malnutrition, mais souligne également que la situation en Afrique subsaharienne et en Asie occidentale est moins rose.

Si nous devions essayer de dévoiler ces statistiques, que signifieraient-elles réellement pour les luttes des populations sur le terrain? La FAO pointe du doigt les "catastrophes et les conflits" en tant que causes principales de la lenteur des progrès dans la lutte contre la faim en Afrique subsaharienne, mais cela dit-il vraiment toute l'histoire? Alors que le changement climatique et d’autres catastrophes naturelles ou causées par l’homme pèsent réellement sur les communautés les plus pauvres et les plus marginalisées, la CIDSE estime que le rôle de l’industrie agroalimentaire, qui pousse constamment les intérêts fondés sur le profit sur des produits équitables sur les plans environnemental et social, soutenir les petits producteurs de denrées alimentaires dans ces régions et, partant, ne pas atteindre l'objectif global d'éradication de la faim. Cette situation désastreuse est uniquement exacerbée par les règles commerciales internationales injustes et par une série de «fausses solutions» (telles que le biochar, l'agriculture industrialisée sans labour et les organismes génétiquement modifiés, pour n'en citer que quelques-unes) proposées par les mêmes grosses entreprises . Ces «solutions rapides» technologiques favorisent l'agriculture à grande échelle et créent une dépendance vis-à-vis des sociétés, ce qui enferme les petits exploitants dans des cycles d'endettement et de pauvreté catastrophiques et souvent dévastateurs. À cette fin, le résultat de la Principes de l'investissement agricole responsable (RAI) négociations (à débattre mercredi 15th Octobre), sera essentielle pour éviter les effets sociaux et environnementaux négatifs des investissements agricoles dirigés par les entreprises et pour accélérer les investissements positifs et les politiques qui donnent la priorité à la sécurité alimentaire.

Le rapport SOFI, 2014, souligne également qu '"un engagement politique soutenu au plus haut niveau, avec la sécurité alimentaire et la nutrition au premier rang des priorités, est une condition préalable à l'éradication de la faim", en particulier à l'Afrique, en Amérique latine… et à chaque pays. 'pour les progrès dans ce domaine. Cependant, que peut-on dire des pays développés dans ce jeu d'engagement?

Par exemple, plus de deux ans après l’adoption de la résolution Directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes d'occupation, où en sont les gouvernements dans la mise en œuvre de ces lignes directrices au niveau national et optimiser l’impact des Principes directeurs et leur contribution à une gouvernance plus efficace? La société civile évoquera ces questions et d’autres encore mercredi lors d’un événement parallèle intitulé »Vers un mécanisme de suivi innovant du CSA: Suivi des lignes directrices et du Programme d'action du CSA pour la sécurité alimentaire dans les situations de crise prolongée. Inquiétant, derniers rapports du sol à Rome (#cfs41) suggèrent que de nombreuses portes ouvertes juste après la crise alimentaire 2008 se ferment progressivement, la société civile étant obligée de se battre pour les principes et éléments les plus fondamentaux - et convenus au niveau international. Les obstacles politiques menacent de compromettre le succès des principes du RAI, du droit à l'alimentation, des crises prolongées et de la sécurité nutritionnelle, ouvrant potentiellement la voie à une série de processus longs et frustrants qui aboutissent de plus en plus à une série de documents politiques inefficaces. Pendant ce temps, l'urgence et l'ampleur sans précédent des crises mondiales auxquelles nous sommes confrontés continuent de ne pas être contrôlées, les communautés de première ligne étant laissées à elles-mêmes dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Veiller à ce que le droit à l'alimentation - une pierre angulaire du CSA réformé - soit au cœur de toute politique alimentaire et agricole, est une nécessité absolue, et la société civile investira massivement dans leurs efforts au cours des prochains jours pour rappeler aux décideurs .

La volonté politique des gouvernements du Nord et du Sud est également nécessaire dans le sujet des pertes et des déchets alimentaires: la société civile appelle les gouvernements faire preuve d'engagement et de volonté politique pour améliorer la collecte, la transparence et le partage des données, des expériences et des bonnes pratiques en matière de pertes et de gaspillages alimentaires à toutes les étapes du système alimentaire. Compte tenu de l'importance commerciale de données substantielles, il est essentiel que toutes les mesures nécessaires soient prises pour que son accès soit transparent et non exclusif. Suivre toutes ces étapes importantes pourrait contribuer à éviter les informations erronées et les distorsions d’initiatives novatrices et très efficaces en matière de pertes et de gaspillage alimentaires, qui contribuent de manière décisive à la mise en place de systèmes alimentaires plus durables et à la sécurité alimentaire mondiale. Malheureusement, des informations provenant de Rome suggèrent que les organisations de la société civile ont un combat acharné entre leurs mains: discussions tenues au cours de la journée d'hier. Table ronde politique on Pertes et gaspillages alimentaires dans le contexte de systèmes alimentaires durables révéler rapidement une omission flagrante dans la Rapport HLPE: tant que les causes profondes des systèmes alimentaires non durables ne seront pas résolues, les pertes et gaspillages alimentaires continueront de nuire à notre société et à notre environnement. La société civile soulignera ses revendications lors de l'événement parallèle de ce soir sur le sujet.

Nous avons besoin d'un changement de paradigme pour réduire le gaspillage et les pertes alimentaires et créer des systèmes alimentaires véritablement durables et résilients.
(Mécanisme de la société civile)

Le rapport SOFI souligne également la nécessité d'une "approche intégrée" pour réduire la faim, la FAO désignant "des investissements publics et privés pour accroître la productivité agricole", un "accès accru aux intrants, à la terre, aux services, aux technologies et aux marchés", et la promotion du développement rural et la «protection sociale des plus vulnérables, notamment en renforçant leur résilience aux conflits et aux catastrophes naturelles», en tant que pièces essentielles du puzzle de la sécurité alimentaire. Alors que les retombées positives potentielles de "l'augmentation de la productivité agricole" per se CIDSE estime que le filet doit être jeté beaucoup plus loin: les approches qui ne se concentrent que sur la production ne parviennent pas à assurer une durabilité environnementale à long terme, et ignorent également les causes structurelles de la faim et liées entre elles catastrophe climatique. Quiconque a l'oreille au sol, à l'écoute des luttes quotidiennes - et des solutions innovantes qui en résultent - des communautés touchées par la pauvreté et des mouvements populaires va vite se rendre compte qu'il existe en fait un véritable trésor d'outils, de politiques, de cadres, des modèles et des alternatives à notre disposition pour faire face à la crise alimentaire de manière globale, durable et efficace (les lecteurs intrigués sont invités à approfondir notre nouveau papier CIDSE Pour en faire plus!) Pour concrétiser cette vision, il faut toutefois la mettre en œuvre - c’est là que la «matière à réflexion» doit mener à une action efficace et significative. CFS-41 fournira de nombreuses opportunités pour cette transition au cours de la semaine à venir… mais les décideurs vont-ils intervenir en conséquence?

Vers un mécanisme de suivi innovant du CSA
Rester local - la clé pour libérer le potentiel de réduction du gaspillage alimentaire

Partager ce contenu sur les médias sociaux