Journée mondiale de l'alimentation: l'industrie des biocarburants se heurte au droit à l'alimentation - CIDSE

Journée mondiale de l'alimentation: l'industrie des biocarburants se heurte au droit à l'alimentation

Nous célébrons aujourd'hui la Journée mondiale de l'alimentation, mais il n'y a pas grand chose à célébrer, car le processus de l'Union européenne sur les biocarburants menace d'être bloqué. Alors que les organisations de la société civile et les mouvements sociaux tentent de défendre les intérêts des personnes poussées à la faim, les gouvernements ignorent leurs recommandations sur les biocarburants, refusant d'accepter les liens entre la production de biocarburants, la flambée des prix des denrées alimentaires et l'accaparement des terres qui met en péril le droit à l'alimentation des nombreuses communautés des pays en développement. La semaine dernière, lors de la 40e session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale à Rome, les gouvernements ont reconnu que les cultures de biocarburants concurrencent les cultures vivrières, mais n'ont recommandé aucune action pour y mettre fin. La présidence lituanienne du Conseil européen tente actuellement d'affaiblir ses limites. sur l'utilisation de la nourriture pour le carburant.

«Les petits producteurs de denrées alimentaires parlent avec force de la réalité à laquelle ils sont confrontés tous les jours: les cultures de biocarburants entrent en concurrence avec leur production alimentaire, pour la terre qu’elles cultivent et pour l’eau qui la nourrit. Les gouvernements défendent plutôt les intérêts de l'industrie des biocarburants et légitiment ainsi les violations du droit à l'alimentation », a déclaré Gisele Henriques, responsable de la politique et du plaidoyer de la CIDSE pour l'alimentation, l'agriculture et le commerce durable.

Environ six millions d'hectares de terres en Afrique subsaharienne sont déjà contrôlés par des sociétés européennes de biocarburants et environ 293 accaparements de terres - couvrant plus de 17 millions d'hectares dans le monde - ont été signalés en raison des biocarburants.
Plus de 80, dont la CIDSE, ont signé une lettre dans laquelle ils avertissaient que l'état actuel des biocarburants ne respectait pas le droit à l'alimentation et alimentait la faim, les déplacements et la dégradation de l'environnement sans parvenir aux réductions d'émissions attendues.

Aujourd’hui, une réunion des ambassadeurs du Conseil européen a pour thème les biocarburants et prépare une décision finale sur la position du Conseil en décembre 2013. Malheureusement, les représentants des États membres de l’UE essaieront d’utiliser cette occasion pour affaiblir la proposition de la Commission européenne afin de relever le plafond des biocarburants dans l’essence, de l’actuel 5% à 7%, voire plus. Une telle augmentation conduirait à une déforestation accrue et à une pression sur la production alimentaire. Dans le même temps, la présidence lituanienne adopte une position faible en plaidant pour un plafond plus souple et contre les mesures visant à limiter l'impact des biocarburants sur le climat.

Le mois dernier, le Parlement européen a voté sur la proposition de la Commission visant à réduire au minimum l'impact de la production de biocarburants sur la sécurité alimentaire et le climat, en mettant en place un plafond pour les biocarburants issus de cultures vivrières. Cependant, le résultat était loin de ce qui était nécessaire, avec des décisions faibles et un manque de clarté quant à savoir si le processus de réforme serait achevé d’ici avril 2014. Demain, un vote important à la commission ENVI est prévu - un moment crucial pour la réforme indispensable des directives sur les biocarburants. Si ENVI continue de stagner, la législation pourrait être retardée de deux ans.

CIDSE_Press_Release_World_Food_Day_and_Biofuels.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange