Des nuages ​​sombres se rassemblent sur Rio + 20 - CIDSE

Des nuages ​​sombres se rassemblent sur Rio + 20

À Rio de Janeiro, les différences entre Copacabana et la favela Rocinha illustrent ce qui ne va pas dans notre monde, mais les espoirs que Rio + 20 se traduira par des actions audacieuses s'estompent.

Les plages animées de Copacabana et les gratte-ciel brillants du centre montrent aux participants à la conférence Rio + 20 sur le développement durable le bon côté de l'économie en plein essor du Brésil. Mais la croissance économique du pays en laisse beaucoup derrière, comme les habitants de la Rocinha taudis. Ici, près de 200.000 vivent dans moins d’un kilomètre et demi, s’efforçant de gagner leur vie décemment.

L'écart entre les riches et les pauvres de Rio n'est qu'un exemple des conséquences de notre système économique défaillant, mais il est indéniable. Malheureusement, le texte de la déclaration finale de la conférence, que les négociateurs ont transmis à leurs chefs d'État et de gouvernement pour approbation, ne fait aucune tentative sérieuse pour combler ce fossé.

Par exemple, la déclaration souligne clairement la contribution positive que le secteur privé peut apporter au développement durable, grâce à des solutions fondées sur le marché et aux nouvelles technologies. Ses promoteurs seront impatients de capitaliser sur les nouvelles opportunités commerciales offertes par ces mesures d'économie «verte». Mais le texte reste plutôt silencieux sur les impacts négatifs des entreprises (principalement multinationales) sur le plan social, environnemental et sur les droits de l'homme, qu'il convient de prendre en compte pour rendre le développement plus durable et plus équitable.

Dans le même temps, l'absence dans le document de mesures concrètes et structurelles sur des problèmes urgents tels que l'insécurité alimentaire et le changement climatique illustre le peu de considération qu'il accorde aux plus pauvres et aux plus vulnérables du monde.

La déclaration parle davantage de la reprise de la croissance, touchée par le ralentissement économique mondial, que de la construction d'un monde plus juste et durable. C'est plus Copacabana que Rocinha.    

Les organisations de développement et environnementales, les syndicats et d'autres acteurs de la société civile ont critiqué le contenu de la déclaration. Alors que les négociateurs de Rio + 20 ont donné la priorité aux mesures d'économie «verte», ils affirment que le développement durable consiste également à respecter pleinement les droits de l'homme, à créer un secteur commercial et financier en bonne santé qui profite aux personnes sans but lucratif, ainsi qu'à reconnaître les limites de la planète. et un réexamen fondamental de nos modes de consommation et de production.

Des milliers de personnes ont exprimé haut et fort leur déception mercredi 20 juin, lors d'une marche organisée par le Sommet du peuple, événement parallèle au sommet officiel de l'ONU. Lors de la marche, Mgr Theotonius Gomes, président de Caritas Bangladesh, a déclaré que «les dirigeants ne devraient pas avoir peur de prendre des décisions qui comptent», avertissant que les plus pauvres paieraient les conséquences de mesures inadéquates. Dans son pays, le Bangladesh, les moyens de subsistance des communautés côtières sont menacés par l'élévation du niveau de la mer, conséquence d'une hausse des températures mondiales due au changement climatique.  

Après plusieurs jours ensoleillés, Rio a accueilli les chefs d’État et de gouvernement qui se préparaient à assister au sommet avec des nuages ​​sombres et de la pluie, comme pour souligner que les perspectives de résultats ambitieux sont vraiment sombres.

Vidéo: CIDSE à la marche populaire à Rio de Janeiro (20 June 2012) 
Négociations Rio + 20: une énorme déception si le texte actuel est approuvé, déclare la CIDSE

Photos de la CIDSE à Rio + 20

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange